Vous êtes en quarts de finale de Coupe de France, vous êtes encore à la lutte pour le titre de champion. La première question est simple : vous parlez du doublé tous les jours dans le vestiaire ?
Guillermo Maripán : Non. On sait qu’on est à la lutte pour la Coupe et en très bonne position pour la Ligue 1 mais on joue chaque match les uns après les autres. Mais c’est vrai qu’on est ravi de la saison actuelle. On sait que si on continue sur ce rythme et qu’on gagne ces matches, on peut faire quelque chose de grand. Mais non, on n’en parle pas spécialement dans le vestiaire, il n’y a pas de pression autour de tout ça.
L’AS Monaco n’a plus gagné la Coupe de France depuis 1991, soit trente ans. C’est une priorité pour le club ? Et pour Kovac, particulièrement à l’aise en Coupe par le passé ?
Ligue 1
Succession de Memphis, milieu à dégraisser, concurrent pour Lopes : les chantiers de Bosz à l’OL
10/07/2021 À 12:58
G.M : On sait que c’est un enjeu très important pour le club. Mais des matches importants, il n’y a presque plus que ça maintenant. Face à Lyon, ce sera un match super difficile donc on y va pas à pas, sans vraiment penser à tout ça. On se concentre simplement sur notre jeu.

L1 ou Coupe, même combat : Monaco est trop costaud pour Nice

Vous allez croiser le fer avec l’OL, contre qui vous aviez perdu 4-1 en octobre dernier, la pire défaite de Monaco cette saison. Qu’est ce qui a changé depuis cette défaite ?
G.M : Après de telles défaites, il y a forcément des choses qui changent. Collectivement, on est bien meilleur aujourd’hui, on a eu plus de temps pour connaître et apprendre du staff technique, on se connaît de mieux en mieux entre nous. Donc forcément, ça change beaucoup de choses. Physiquement, techniquement, tactiquement, on a beaucoup travaillé et on voit les résultats aujourd’hui. Il reste quasiment deux mois, on espère très bien les terminer.

La joie des Monégasques après le but de Guillermo Maripan lors de PSG - AS Monaco (0-2) en Ligue 1

Crédit: Getty Images

On s'appuie sur Fabregas et Ben Yedder
Entre Lyon, Lille ou le PSG, quelle équipe vous a le plus impressionné lorsque vous les avez affrontés ?
G.M : Ce sont trois équipes très différentes, avec des caractéristiques de jeu très différentes, et toutes les équipes du championnat sont compliquées à jouer. Mais, bon, Paris a une ligne offensive vraiment très forte, Lille est une équipe tactiquement très forte, très organisée et Lyon dispose de supers individualités qui arrivent à jouer en équipe. Donc ce sont trois équipes très différentes mais très fortes.

Chassé-croisé PSG-Lille, folle ascension de Monaco : comment la locomotive de L1 s'est formée

Vous avez connu Leonardo Jardim à vos débuts, puis Roberto Moreno. Et maintenant, vous avez Niko Kovac. Qu’est-ce qu’il a changé depuis son arrivée ?
G.M : Tous les entraîneurs ont évidemment leur méthode, ils sont tous différents. Avec Kovac, on travaille beaucoup l’aspect physique des choses mais aussi pas mal la tactique. L’équipe a réussi à comprendre ses attentes très rapidement et très bien. On a des jeunes joueurs qui ont beaucoup de qualités mais qui comprennent surtout ce que leur demande l’entraîneur. Et les joueurs avec plus d’expérience ont su très bien s’adapter à ses demandes. Donc depuis son arrivée, avec un peu de temps, on a pu réaliser de très belles choses.
On a eu l’impression par le passé que Monaco était une équipe irrégulière mais Kovac a réussi à donner un peu de stabilité. Quels rôles ont joué Wissam Ben Yedder et Cesc Fabregas dans cette optique ? Ce sont eux les piliers du vestiaire ?
G.M : Oui, les joueurs les plus expérimentés sont toujours ceux qui emmènent le groupe plus haut. Surtout avec tous les matches qu’ils ont joués, tous les clubs qu’ils ont connus ou tous les trophées qu’ils ont remportés. Donc on s’appuie toujours sur eux.
Ben Yedder, Volland, Jovetic, Martins ou Golovin : vous avez une force de frappe offensive impressionnante. C’est ça la grande force de cette équipe ?
G.M : La force offensive de l’équipe, elle vient de partout, de l’équipe toute entière. Tout le monde connaît son rôle et sait ce qu’il doit faire. C’est ça la grande force de Monaco. On est bon offensivement mais aussi défensivement mais on le doit uniquement à l’équipe.

Guillermo Maripan avec Wissam Ben Yedder après son but pour Monaco à Nantes en Ligue 1 le 31 janvier 2021

Crédit: Getty Images

D’un point de vue personnel, lequel est le plus dur à suivre à l’entraînement ?
G.M : Bon, c’est vrai que Wissam (Ben Yedder) et Stevan (Jovetic) sont des attaquants de très grande qualité vraiment compliqués à suivre pour un défenseur. Leur prendre la balle, c’est vraiment difficile, ils savent parfaitement utiliser leur corps, ils sont intelligents dans tout ce qu’ils font. Mais bon ça aide à progresser (rires)…
Je suis ravi aussi des moments que je vis actuellement
On a parlé des attaquants mais vous avez déjà marqué cinq buts cette saison, un total très élevé pour un défenseur central. C’est quelque chose que vous avez toujours eu dans votre jeu ou c’est apparu d’un coup ?
G.M : Non, c’est quelque chose de très récent. Mais franchement je suis super content et j’espère que ça pourra continuer comme ça avec des buts qui peuvent aider l'équipe.
Le but de rêve, c’est en finale de Coupe de France par exemple ?
G.M : (Rires) Non, je n’ai pas de but idéal mais je sais que chaque but peut aider l’équipe. Si ça peut aider l’équipe, c’est tant mieux, surtout dans des matches importants.
Vous êtes arrivés à Monaco en 2019, vous êtes devenu un membre important de la sélection, avez- vous l'impression d'avoir grandi ici ?
G.M : Totalement. Quand je suis arrivé ici depuis l’Espagne, je savais que ça serait un pas important dans ma carrière. Je voulais continuer de grandir et c’est le cas ici. Je vais continuer à avoir des opportunités avec la sélection donc je suis ravi de la décision que j’ai prise et ravi aussi des moments que je vis actuellement.
D1 Arkema
Parris quitte l'OL pour Arsenal
02/07/2021 À 14:15
Tokyo 2020
Conflit en vue : Nice et Monaco refusent que Gouiri et Badiashile participent aux Jeux
25/06/2021 À 15:15