Il n'a jamais quitté les terrains. Entre Mamadou Niang et le foot, c'est une aventure qui ne s'est pas arrêtée après sa brillante carrière d'attaquant. Co-fondateur et collaborateur au sein d'une agence de représentation de joueurs (Champions Nation Group), l'ancien Marseillais est aussi très investi dans le football amateur avec un rôle d'ambassadeur pour Madewis. Il s'apprête à endosser un nouveau costume, celui de consultant pour Eurosport sur la Coupe de France. En toute décontraction. "Je n'ai pas ressenti de pression en tant que joueur, je ne vois pas pourquoi j'en ressentirais maintenant", s'amuse-t-il.
Coupe de la Ligue
La Coupe de la Ligue a changé leur destin
26/10/2015 À 20:54
Niang portait pourtant les couleurs d'un club où la pression a toujours été plus forte qu'ailleurs. Après avoir évolué au Havre, à Troyes et à Strasbourg, le Sénégalais a fait le bonheur de l'Olympique de Marseille durant cinq ans, entre 2005 et 2010. La Coupe de France, dont l'OM est le deuxième club le plus titré avec 10 trophées, est une compétition qui a toute son importance sur la Canebière. "Le poids de la Coupe de France, on le ressent plus quand on arrive vers les quarts, ou quand on approche du dernier carré et qu'on a la possibilité de jouer un match au Stade de France, explique-t-il. On sent un peu plus la pression. Mais c'est toujours une compétition qu'on aborde avec le plus grand intérêt."

Paris ? "Un match qui a laissé beaucoup de regrets"

Pour Niang, elle a été source de beaucoup d'émotions. L'ancien attaquant marseillais avait connu deux épopées jusqu'en finale, en 2006 et 2007. Deux finales perdues au Stade de France, face au PSG (2-1), puis contre Sochaux (2-2 a.p., 4-5 t.a.b.). "Ce sont des souvenirs partagés, reconnaît-il. C'était toujours de beaux parcours où on éliminait de grandes équipes. Mais des souvenirs plus amers parce qu'on a perdu à chaque fois en finale, contre Paris et contre Sochaux aux tirs au but. On méritait d'en gagner au moins une des deux."

Saliba bientôt en équipe de France ? "Je dois être plus constant"

Laquelle ? Niang a une idée claire sur la question. "Certains diraient le PSG, d'autres diraient Sochaux… Moi pour ma part c'est Paris, dit-il. On domine tout le match, on est supérieurs aux Parisiens, ils doivent frapper deux ou trois fois durant tout le match et ils marquent deux buts incroyables. Nous on a des opportunités incroyables qu'on ne met pas au fond, on a un penalty pas sifflé. C'est un match qui a laissé beaucoup de regrets. C'était une grande finale, un grand match… Tout était réuni pour que ce soit une grande fête mais elle a été gâchée par les Parisiens."

"Niveau ambiance, c'était vraiment quelque chose à vivre"

La déception reste encore vive, mais pas au point de faire oublier les ambiances uniques d'une finale de Coupe de France. "De l'extérieur, oui, il y avait de l'effervescence, mais de l'intérieur on était concentrés sur notre sujet, se souvient Niang. On essayait de rester dans notre bulle et de préparer au mieux ce match. Mais au stade, c'était incroyable de voir tous ces supporters marseillais remplir la moitié du stade, nous encourager, nous pousser pour qu'on obtienne cette victoire mais malheureusement, on n'a pas su le faire à deux reprises. C'était dommage, mais niveau ambiance c'était vraiment quelque chose à vivre."

Saliba : "A Bondy, on a peur de personne"

Ces émotions, Marseille, qui affronte Cannet-Rocheville (N3) dimanche en 32es de finale (13h45), attend de les revivre. L'OM n'a plus remporté la moindre Coupe de France depuis 1989. Mais Niang voit des qualités dans la formation de Jorge Sampaoli pour mettre fin à cette disette. "C'est une équipe agréable à regarder jouer, avec un système tactique assez spécial, décrit-il. J'aime bien les voir évoluer. C'est vrai qu'ils ont perdu des matches à leur portée mais le bilan est assez correct, ils sont deuxièmes du championnat avec un match en retard, ils ont fait une première partie de saison tout à fait honorable."
Reste à savoir si la deuxième sera de la même teneur. Et si l'OM saura décrocher un trophée qui le fuit depuis 32 ans en Coupe de France. Niang y croit. "C'est possible, surtout en Coupe de France, rappelle le Sénégalais. On l'a vu avec Rennes qui a battu le PSG en finale de cette compétition. J'espère qu'ils y arriveront, et si ce n'est pas cette année, au moins dans les années à venir. Tout le monde a ses chances dans la Coupe de France." Une compétition que l'ancienne idole du Vélodrome suivra de très près cette année.

Mamadou Niang rejoint Eurosport pour la Coupe de France ! (Crédit photo : Emmanuel Bournot)

Crédit: Eurosport

Ligue 1
Top 100 : de Gignac (19e) à Benzema (10e)
13/08/2015 À 08:57
Ligue 1
Top 100 : de Malouda (9e) à Hazard (5e)
11/08/2015 À 14:21