Une confiance inébranlable. Rien ne semble en effet pouvoir faire douter Mateja Kezman malgré la saison noire qu'il vit à Paris. Mis à pied quinze jours pour avoir jeté son maillot devant les supporters parisiens, l'attaquant attend toujours son heure. De retour au match aller face à Braga (0-0), il a dû faire face à l'hostilité du Parc des Princes. Sifflé, il n'avait pas réussi à cadrer ses deux occasions. "On m"a dit que ce serait dur, mais je n"ai pas été effrayé. J"ai fait une erreur sous le coup de l"émotion, c"est vrai. Je n"aurais pas dû et je me suis excusé, expliquait alors le Serbe, qui avait profité de son entrée en jeu à la 70e minute pour demander le pardon du public. J"ai senti que les supporters m"avaient compris et je vais tout faire pour leur prouver que je suis un guerrier et que j"aime ce maillot. Je donne chaque fois le maximum et j"espère toujours que mon avenir s"inscrit ici à Paris".
Mais, depuis, rien n'a changé. Batman, que l'on surnommait ainsi lorsqu'il évoluait au PSV Eindhoven, ne fait plus peur. Et son compteur but n'a toujours pas décollé. Dans l'Hexagone, il n'a trouvé les filets qu'à trois reprises : une fois en championnat (sur penalty face à Nantes lors de la 5e journée) et deux en Coupe de France (un doublé face à Ajaccio). Soit un but toutes les 282 minutes... Pire, depuis son retour de suspension, il n'a joué qu'une quarantaine de minutes en deux matches et a assisté au clasico face à l'OM depuis le banc. "Ces dernières semaines, j'ai montré que mon agressivité était en train de revenir. J'ai montré que je voulais vraiment me battre pour ce maillot. Je suis sûr que des jours meilleurs vont arriver et je vais montrer que je suis de retour. J'espère que je vais vite retrouver le chemin des filets" , assurait-il pourtant après le match face à Braga.
Trois buts en UEFA
Ligue 1
Landreau: "Tout était réuni"
16/03/2009 À 14:00
Alors l'Europe peut-elle lui permettre de renaître ? En six matches en Coupe de l'UEFA, Kezman a inscrit trois buts. A Braga, Paul Le Guen devrait d'ailleurs lui faire confiance afin de concilier un calendrier surchargé et un effectif limité. Comme Clément Chantôme, Sammy Traoré ou Fabrice Pancrate, il devrait profiter de ce turn-over pour s'offrir une chance de briller. Sans doute la dernière de convaincre PLG. "Avec le coach, on a eu de bons moments, d'autres moins bons. En ce moment, ça se passe bien. Au fur et à mesure, nous communiquons un peu plus. Jour après jour, on s'apprécie davantage. Ça va aller encore mieux", avoue-t-il d'ailleurs au sujet de ses relations avec l'entraîneur parisien. Ce dernier veut désormais des faits.
Loin de la Porte d'Auteuil, où il n'est plus vraiment en odeur de sainteté, l'occasion paraît en effet idéale de prouver qu'il peut être davantage qu'un joker de luxe. D'ailleurs, Kezman a conscience de l'enjeu pour la suite de sa saison et a préparé le rendez-vous portugais en conséquence. "En Serbie, j'ai travaillé dur avec un coach personnel. Je me suis bien entraîné depuis mon retour et je suis prêt à jouer, a-t-il affirmé sur le site du club. Je n'attends plus qu'une opportunité. J'aime profondément jouer au football et cela me manque. J'ai besoin de ma dose d'adrénaline. Ce ne sera pas facile de rebondir après la défaite face à Marseille, mais nous l'avons déjà fait après Bordeaux. A Braga une victoire ou même un match nul 1-1 ou 2-2 peut suffire à se qualifier pour le prochain tour. Ce serait fantastique pour le club".
"Je n'ai pas encore démontré toute ma valeur"
A la veille du déplacement au Portugal, Mateja Kezman a d'ailleurs tenu à faire une mise au point quant à son niveau actuel. "Je n'ai pas eu l'opportunité de m'expliquer depuis mon retour et il y a deux points que j'aimerais aborder, a-t-il déclaré sur le site officiel du club. D'abord, certaines personnes essayent de me juger sur mon football. Or, je pense que personne n'est à même de me juger alors que je n'ai pas encore démontré toute ma valeur ici. J'ai mon caractère, c'est vrai, mais je suis certain qu'il peut être bénéfique pour le groupe". Mais, près de huit mois après son arrivée dans la capitale, ils sont de plus en plus nombreux à s'impatienter.
Pointé du doigt pour ses performances mais aussi ses émoluments, qui s'élèveraient selon Le Parisien, à 250 000 euros brut mensuels, soit le troisième salaire du PSG après Claude Makelele et Ludovic Giuly, il s'est encore défendu : "je suis surpris par l'incohérence de certains journalistes qui cherchent à comparer les salaires des joueurs sans tenir compte du vécu des uns et des autres. J'ai ainsi joué la Coupe du Monde, je compte 49 sélections nationales, j'ai joué en demi-finale de Champions League, je suis Champion dans quatre pays différents…". Inébranlable, on vous dit. Mais c'est Paul Le Guen qu'il va désormais falloir convaincre.
Ligue 1
Kezman, le retour du banni
24/02/2009 À 15:50
Ligue 1
Kezman mis à pied
06/02/2009 À 18:45