Imago

C'est grave docteur ?

C'est grave docteur ?
Par Eurosport

Le 26/10/2006 à 00:45Mis à jour

Après deux défaites sur le même score (1-4) face à Lyon et à Saint-Etienne en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue, l'Olympique de Marseille va mal. Et le problème semble mental. La tête ne suit plus les jambes. Avant d'aller à Nice, dimanche en Li

Le ciel bleu a laissé place à l'orage. En moins d'une semaine, l'Olympique de Marseille est passé du statut de tombeur potentiel de Lyon à celui d'une équipe complètement désarçonnée. Deux volées reçues en moins de temps qu'il ne faut pour le dire face à Lyon (1-4) et mercredi à Saint-Etienne (4-1) et voilà les Marseillais dans le flou le plus total. On en oublierait presque que les Phocéens occupent la deuxième place du Championnat de France. Quelque chose s'est cassé et l'ASSE a su "appuyer là où ça fait mal ", selon Damien Perquis, défenseur heureux de Saint-Etienne.

A la sortie des vestiaires, Pape Diouf était le premier à le déplorer. Sonné comme ses hommes, le président du club a tout de même tenté d'avancer une explication. "Deux fois 4-1, ce n'est pas léger, c'est même préoccupant. Il y a manifestement un ressort qui est cassé. Prendre quatre buts ici, ça n'apparaît quand même pas comme quelque chose de très normal. " Pour Diouf, le problème est avant tout mental. L'équipe qui brillait en début de saison est la même que celle qui s'effondre ces derniers temps. "Ça ne peut être que psychologique puisque c'est la même équipe qu'on avait saluée plus tôt dans la saison et qui prend huit buts en deux matches. Si les joueurs ont cru être arrivés un peu vite ? C'est ce que j'appelle le ressort psychologique cassé. "

"Ne pas dramatiser"

D'ici la 11e journée disputée ce week-end et lors de laquelle l'OM se rendra à Nice, le staff et les joueurs vont resserrer les rangs. Surtout, les Marseillais devraient s'éloigner de la Commanderie et de la pression ambiante jusqu'au déplacement au stade du Ray. C'est en tout cas le souhait de Pape Diouf. Il est temps de se retrouver. "Il faudrait s'éloigner un tout petit peu de Marseille. Ce n'est pas du tout punitif. L'intérêt pour nous, c'est de nous retrouver, de discuter, de trouver collectivement les maux qui aujourd'hui nous frappent. " Avec le rythme actuel et des rencontres tous les trois jours, l'Olympique de Marseille n'a pas de temps à perdre. Nancy, Toulouse et la clique de poursuivants sont désormais collés aux basques des Olympiens.

Mais Marseille reste devant. Et il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Le début de saison de l'OM reste globalement positif. "Depuis deux matches, on s'est peut-être tous relâchés , confie Franck Ribéry. Maintenant, on va tous se réunir, on va discuter et on va chercher à gagner à Nice. Ce n'est pas facile à digérer, mais maintenant il faut oublier cette élimination. Il faut vite rebondir. On a pris deux claques, mais l'objectif reste de terminer dans les trois premiers en L1 pour la Ligue des champions. Il ne faut pas dramatiser. Jusque-là, on avait fait de bonnes choses. Mais c'est sûr qu'on ne s'attendait pas à perdre deux fois comme ça." Aux Marseillais de réagir. Les grands destins se dessinent souvent dans la difficulté.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313