Lyon, le festin continue

Lyon, le festin continue
Par Eurosport

Le 26/10/2006 à 10:45Mis à jour

Mené à trois minutes du terme, Lyon a éliminé le PSG (2-1) en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue. Rien n'arrête l'Olympique Lyonnais dont l'appétit grandit au fil des matches. Vainqueur de leurs douze dernières parties, les coéquipiers de Tiago r

"On refuse la défaite". Erigée en véritable leitmotiv par l'ensemble des membres de l'Olympique Lyonnais, cette affirmation a été une nouvelle fois vérifiée mercredi soir face au Paris Saint-Germain (2-1). Bien moins impressionnant que dimanche à Marseille (1-4), le leader du Championnat de France a dominé mais peiné face à un PSG qui aura bien joué le coup. Solide et physique malgré une formation de départ remaniée (Rothen, Pauleta, Kalou, Rozenhal sur le banc), l'équipe de Guy Lacombe a bien cru se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Menant au score depuis l'heure de jeu et un penalty transformé par Paulo Cesar, le PSG se serait certainement imposé dans 99% des cas. Et ne l'aurait pas volé. Mais voilà, Lyon est définitivement sur une autre planète.

Certes, il y aurait bien à redire sur l'égalisation de Sylvain Wiltord, qui était en position de hors-jeu au départ de l'action, mais l'OL est bien au-dessus de tout cela actuellement. Trois jours après un sommet remporté haut-la-main au Vélodrome et malgré un relâchement bien compréhensible, les Rhodaniens ont trouvé les ressources pour revenir de nulle part. Capitaine d'un soir, Sylvain Wiltord a frappé aux 88e et 90e minutes de jeu. Radieux, Gérard Houllier ne redescend plus de son nuage : "J'étais presque résigné. Plus que mes joueurs en tout cas qui ont affiché des vertus d'acharnement pour revenir à la marque. Après l'égalisation, il y a toujours une période de flottement pour l'équipe qui a résisté avant de concéder le but. C'est cruel quand cela arrive comme cela. Sur l'ensemble du match, nous méritions cependant de gagner sous l'impulsion de notre capitaine, Sylvain Wiltord."

Et de douze !

"C'est un réel bonheur d'appartenir à ce groupe et de jouer de tels matches , assure le Portugais Tiago. L'OL est vraiment une équipe très forte. Pour ma part, je veux d'ailleurs gagner cette Coupe de la Ligue, une épreuve que j'ai remportée en Angleterre et que j'aimerais donc bien gagner maintenant avec Lyon ". L'OL n'en est pas encore là. Mais la route semble quelque peu dégagée puisque les Gones joueront leurs prochains matches (quart de finale et peut-être demi-finale si l'OL élimine Nancy) au stade Gerland. De quoi espérer revenir au Stade de France, cinq ans après la seule victoire de l'OL en Coupe de la Ligue face à Monaco (2-1) et quelques mois après avoir manqué la finale de la Ligue des Champions qui s'y disputait. Les deux compétitions n'ont certes pas le même prestige. Mais l'appétit venant en mangeant, Lyon est de plus en plus affamé. Plus que refuser la défaite, Lyon adore la victoire.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313