Imago

"La Ligue 1, la priorité"

Le Guen : "La L1, la priorité"
Par Eurosport

Le 29/03/2008 à 10:00Mis à jour

Avant d'affronter Lens en finale de la Coupe de la Ligue, Paul Le Guen rappelle que "la priorité des priorités" reste le championnat. Mais il sait aussi qu'une victoire au Stade de France, pourrait avoir une influence positive pour la fin de saison du clu

PAUL LE GUEN, malgré le contexte difficile du club en championnat, est-ce que vous arrivez à savourer cette finale ?

P. L G. : Différemment. Je suis content d'être en finale de la Coupe de la Ligue, de pouvoir gagner un trophée. Mais je ne savoure pas de la même façon, c'est clair et net.

Lens, en difficulté en championnat, vit un peu près la même situation que le PSG. Cela peut-il être un avantage ?

P. L G. : Peut-être. Je ne suis pas certain. Nous, on s'occupe surtout de nous, de notre parcours à la fois dans les Coupes et en championnat. On a suffisamment de soucis pour éviter de se positionner par rapport à l'adversaire. C'est Lens. On va se bagarrer un peu contre eux ce soir et sur la fin de saison aussi lors des dernières journées du championnat.

On a souvent vu vos joueurs plus libérés en Coupe de la Ligue. Le contexte de cette finale peut-il à nouveau les contracter ?

P. L G. : J'espère que non. Au contraire, j'espère que le contexte va leur permettre de s'exprimer totalement, de se libérer et de faire valoir leurs qualités. Je ne pense pas que ce soit un contexte inhibant. Bien au contraire. C'est un contexte excitant. C'est intéressant de jouer une finale devant un stade plein, devant nos supporters. Même si on a des soucis par ailleurs, qu'ils en profitent, qu'ils jouent et qu'ils s'expriment...

En cas de défaite, pensez-vous que le groupe sera assez fort pour se reconcentrer sur le championnat ?

P. L G. : De toute façon, il le faudra. Il faudra avoir de la ressource si on perd ce match. Je ne veux pas me placer dans ce cas de figure mais il peut arriver. Dans ce cas, il faut se remobiliser pour mercredi (face à Strasbourg), c'est évident. On sait où est la priorité des priorités. Mais on a un beau match à jouer malgré tout.

Et en cas de victoire...

P. L G. : De toute façon, c'est difficile. Mais on a pris des "mesures". On va jouer ce match à fond, on va tout faire pour le gagner. Mais c'est vrai que ce qui se passera après sera différent. On est dans une situation difficile en championnat et il faut en tenir compte. Je le dis et je le répète, et on est à l'heure de la finale de la Coupe de la Ligue, le plus important c'est le championnat. C'est la priorité des priorités. Mais des succès en coupes peuvent être aussi importants à des moments pour un club. Samedi, c'est un match très important pour le club et, pourquoi pas, peut-être pour la suite du championnat.

Quels souvenirs gardez-vous du Stade de France ?

P. L G. : J'en ai de bons souvenirs en tant qu'acteur, puisque j'avais disputé les deux finales de 1998 (avec le PSG), mais aussi en tant que spectateur ou en tant que consultant télé qui m'avais permis de suivre la Coupe du monde 1998 ici. C'est un stade qui me rappelle de belles choses. Mais je n'ai pas parlé du doublé de 1998 à mes joueurs. Ça fait dix ans. Il ne faut pas les encombrer avec ce genre de choses qui les intéresse assez peu. Moi, je prends juste quelques éléments. Par exemple, on est allé se préparer au même endroit. Ce sont des petits détails, c'est tout.

Vous avez disputé de nombreuses finales dans votre carrière mais ce sera la première en tant qu'entraîneur...

P. L G. : Je crois que j'ai disputé sept finales et j'en ai gagné six. Mais c'est ma première en tant qu'entraîneur, c'est vrai. Mais ça n'est pas cet aspect là qui est difficile. Malgré le fait que ce soit la première fois, ça reste un beau match à jouer. Mais le contexte et le fait de ne pas pouvoir apprécier l'événement comme on le souhaiterait, c'est ce qui est plus difficile que tout le reste.

Le dernier PSG- Lens vous a été très favorable. Vous attendez-vous à une autre opposition ?

P. L G. : Oui. Ils ont fait de très bons matches depuis. Des matches enlevés, séduisants. Ils sont allés assez haut dans la performance. C'est vrai qu'on avait eu l'opportunité de les battre assez lourdement mais avec pas mal de réussite, il faut le reconnaître. On avait fait ce qu'il fallait mais les événements avaient plutôt bien tourné pour nous. Dernièrement, ils ont encore démontré leur potentiel offensif. Ils ont fait des matches très réussis sur ce plan là avec un 3-3 contre Marseille, 5 buts contre Le Mans... C'est un potentiel offensif large, varié, avec différentes options, l'apport de Rémy lors du mercato. C'est une équipe qui a des moyens dans ce secteur.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0