Imago

Papin: "Il faut la gagner"

Papin: "Il faut la gagner"
Par Eurosport

Le 29/03/2008 à 07:45Mis à jour

Jean-Pierre Papin espère que Lens saura faire preuve de plus d'envie que le PSG en finale de la Coupe de la Ligue. L'entraîneur du club nordiste, habitué des finales en tant que joueur, évoque la préparation de son équipe et tient à dissocier la situation

JEAN-PIERRE PAPIN, comment abordez-vous cette finale?

J.P.P. : Aujourd'hui, tranquillement, demain ce sera sans doute différent... Une finale de coupe reste un moment particulier dans la carrière d'un joueur, d'un entraîneur, d'un club. Dans la préparation, on n'a rien changé cette semaine par rapport à d'habitude, à part les penalties à la fin de chaque entraînement.

Arrivez-vous à faire abstraction du championnat, où vous êtes 17e ?

J.P.P. : On n'est pas là pour parler du championnat, mais de la Coupe de la Ligue; le championnat ce sera plus tard, la situation est ce qu'elle est de l'autre côté. Il y a des différences, quand on voit le match du Mans (victoire de Lens 5-4 a.p. en demi-finale), parce que c'est fou. On doit tout donner dans un match. Des matches comme au Mans, on en a tous les quatre cinq ans. Cette année on en a fait quelques-uns, c'est le paradoxe. Eric Sikora (ex-Lensois qui estimait que le perdant samedi aurait du mal à se relever en championnat) a le club dans le coeur, mais c'est des mots.

Donc selon vous, le vainqueur de cette finale ne prendra pas un ascendant dans la course au maintien en championnat ?

J.P.P. : Pour moi, pas du tout. Il restera huit matches, 24 points après cette finale. Tout le monde aura encore son destin entre ses mains. Nous, on a la chance de jouer la finale de la coupe de la Ligue. Paris peut la perdre, ils auront encore la Coupe de France et le championnat pour s'en sortir. Nous, on aura tout à donner sur ce match.

Vous avez vous-même joué pas mal de finales...

J.P.P. : Douze je crois, j'en ai gagné cinq ou six, demain ça balancera peut-être du bon côté... Ca se jouera sur des détails. En coupe, ce n'est pas toujours le plus fort qui gagne, mais celui qui en a le plus envie. Une finale, ça veut dire qu'on a fait un parcours parfait pour en arriver jusque-là. Une finale, il faut la gagner.

Avez-vous tiré une recette de vos expériences en finale ?

J.P.P. : Il faut surtout ne rien regretter. Il faut jouer à fond pendant 90 voire 120 minutes. Quand c'est fini, c'est mieux de repartir avec la coupe mais, si on ne l'a pas, il ne faut pas penser à ce qu'il aurait fallu faire. Il faut donner le maximum.

La Coupe de la Ligue a eu le droit à deux demi-finales spectaculaires. La finale peut-elle être du même niveau ?

J.P.P. : Je me souviens en avoir gagné une 4 à 3 donc ça veut dire que c'est possible !

On dit souvent que le PSG est une équipe de Coupe. Etes-vous d'accord avec cela ?

J.P.P. : Ca tombe bien, Lens aussi ! Mais je n'ai pas l'habitude de craindre qui que ce soit. Le PSG est une grande équipe, une équipe qu'on respectera à 100 % mais on espère bien remporter la Coupe. Ce genre de match peut se jouer sur tout. Ce sont deux équipes qui sont capables du meilleur comme du pire avec de très bons joueurs. Ça peut se jouer sur un détail, une erreur...

Il devrait y avoir 30.000 supporters lensois au Stade de France...

J.P.P. : Ca va être quelque chose. En passant à la Gaillette cette semaine, j'ai vu les photos du Stade de France en 1999 avec des Sang et Or partout, les drapeaux, les écharpes... Rien que sur les photos, ça donnait la chaire de poule. Alors vivre ce moment, ça va vraiment être quelque chose.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0