ILS SE SONT RELANCES
Sylvain Wiltord : Retour en grâce. Boudé par Guy Lacombe depuis le début de saison, l'ancien Lyonnais a profité de la Coupe de la Ligue pour effectuer un come back salvateur et inscrire son premier but cette saison. Pour son deuxième match officiel, l'international français s'est montré très inspiré. Plus globalement, le onze aligné par le coach rennais ne comptait aucun des titulaires présents à Nancy dimanche (0-0). A l'image du jeune Téophile Catherine et de l'expérimenté Wiltord, cette rencontre a permis aux réservistes rennais de se montrer et de briguer du temps de jeu en L1.
Cédric Fauré : Auteur d'un début de saison délicat, avec un seul but à son actif en L1, l'avant-centre du Havre est sorti de sa boîte durant la prolongation et permis à son équipe de franchir le cap des 16es face à Caen (3-1, a.p.). Emprunté en championnat, il a semblé se libérer à l'image de ses deux coups de canon qui sont allés se loger sous la barre du portier caennais. De quoi lancer sa saison ?
Coupe de Ligue
Lyon-Monaco et Lille-Bordeaux à l'affiche des huitièmes
05/11/2014 À 12:18
Issam Jemaa : Titularisé pour la première fois de la saison, le Tunisien a mené les Sang et Or sur le chemin des huitièmes. Seul en pointe, il fut un véritable poison pour l'arrière-garde lorientaise. Sa frappe du gauche et sa pichenette pleine de sang froid ont délivré les Nordistes face à un adversaire hiérarchiquement supérieur. Difficile pour Jean-Guy Wallemme d'ignorer la performance de Jemaa. Grâce à sa performance, l'ancien Caennais pourrait très vite retrouver les pelouses de Ligue 2.
Fabrice Pancrate : Autre attaquant à retrouver un regain de confiance grâce à la Coupe de la Ligue, le Parisien a signé son premier but de la saison en compétition officielle. Auteur d'une préparation intéressante, il n'a goûté qu'à une reprise aux joies de la titularisation en Ligue 1 cette saison. Son opportunisme face à Monaco pourrait pousser Paul Le Guen à revoir son jugement même si la concurrence fait rage au sein de l'effectif parisien. Il constitue quoi qu'il en soit une alternative intéressante à Ludovic Giuly sur le côté droit. Le PSG peut se réjouir : cette saison, son banc semble armé pour palier à d'éventuelles défections des titulaires.
ILS SE SONT ENFONCES
Daisuke Matsui : Certes il ne fut pas le seul Stéphanois à se noyer au Roudourou (4-1). Mais le staff ligérien attend plus de la recrue japonaise. Brillant au Mans, Matsui traîne sa misère dans le Forez. A Guingamp, les 7760 spectateurs n'ont vu que le fantôme du joueur décisif qui fit les beaux jours du MUC 72. Transparent comme intimidé par son nouvel environnement, Matsui n'a jamais fait la différence depuis le début de saison. Sa performance ce mercredi n'incitera certainement pas Laurent Roussey à l'intégrer dans son onze type. Au vu de leurs piteuses performances, Cédric Varrault, David Sauget, David Gigliotti ou encore Yohan Hautcoeur doivent, eux-aussi, s'attendre à reprendre place sur le banc dans les semaines à venir.
Freddy Adu : Pour sa première apparition sous le maillot monégasque, Freddy Adu n'a pas justifié son statut d'ancien grand espoir du football mondial. Peu disponible, l'Américain s'est rarement distingué mis à part sur un double contact suivi d'un centre qui aurait pu être décisif pour Leko. Pour le reste, rien. Un simple manque de fraîcheur ? Quoi qu'il en soit, il part avec quelques longueurs de retard sur Park et Nimani. Sa prestation face au PSG devrait la cantonner au rôle de joker en L1.
Mamadou Samassa : L'attaquant de l'OM a symbolisé la faillite des habituels remplaçants phocéens face à Sochaux (défaite 1-0). Eric Gerets a pu constater que son banc ne collait pas forcément aux ambitions affichées par Marseille. L'ex-Manceau, comme Charles Kaboré ou Elamine Erbate, n'a rien démontré. Dépassés par l'enthousiasme et l'envie des Lionceaux. Maladroit sur ses rares opportunités, Samassa a fait preuve d'un manque flagrant d'agressivité face à la lanterne rouge de l'élite. Mamadou Niang et Baky Koné semblent bien seuls à la pointe de l'attaque marseillaise.
Les réservistes nantais : Depuis son arrivée à Nantes, Elie Baup s'est souvent plaint de l'effectif pléthorique des Canaris. La défaite à Créteil (1-0) ne l'a pas rassuré sur la valeur de ses réservistes. Alors que le groupe pro comporte 32 joueurs, Baup n'a pas exclu de trouver un moyen pour le réduire, quitte à écarter ou libérer plusieurs d'entre eux. Mardi, Thomas, Poulard, Dossevi et Capoue ont sombré. Incapables de faire la différence face à une formation de l'échelon inférieur. "Je continue ma revue d'effectif, je tire des enseignements à chaque fois", a commenté le coach à la casquette. A Créteil, certains Canaris ont sans doute grillé leurs dernières chances.
Coupe de Ligue
Gautier arbitrera la finale OM-Montpellier
07/04/2011 À 11:15
Coupe de Ligue
La compétition attribuée
26/06/2009 À 16:06