Panoramic

Coupe de la Ligue : Bastia rejoint le PSG en finale en éliminant Monaco aux tirs au but

C'était interminable et insipide, mais pour Bastia, c'est savoureux !
Par Eurosport

Le 04/02/2015 à 23:41Mis à jour Le 05/02/2015 à 09:13

Le SC Bastia est en finale de la Coupe de la Ligue. Le club corse a rejoint le PSG en s'imposant à Monaco aux tirs au but après un 0-0 insipide mais à l'issue d'une folle séance de tirs au but, remportée 7-6 par les Bastiais.

Le choc PSG - Monaco n'aura pas lieu. Bastia a surpris l'ASM mercredi en demi-finale en décrochant son billet au bout de l'ennui et d'une séance de tirs au but interminable (0-0, 6-7 tab). A l'issue d'un match d'une tristesse infinie, où les deux équipes se sont procuré très peu d'occasions, l'ancien Monégasque Sébastien Squillaci a joué un mauvais tour à l'ASM et envoyé le club corse au Stade de France en réussissant le dernier tir. A défaut d'un choc, la Coupe de la Ligue s'offre un remake de sa première finale, en 1995, entre Paris et Bastia.  Le 11 avril, on espère que le spectacle sera cette fois au rendez-vous.

A Louis II, Monaco a été fidèle au visage qu'il offre depuis le début de saison : une défense de fer mais une attaque parfois inefficace. Une fois n'est pas coutume, la recette n'a pas fonctionné. Après avoir éliminé Lyon aux tirs au but en huitièmes de finale (1-1, 4-5 tab), l'ASM n'a pas pu récidiver. Globalement, elle a pourtant eu la maîtrise du match mais ses attaquants se sont montrés trop maladroits, à l'image de Silva (8e) ou Moutinho (58e). Berbatov, lui, a trouvé les gants d'Areola sur la meilleure occasion de la rencontre (22e). Et l'absence de Yannick Ferreira-Carrasco a sans doute pesé.

Squillaci, comme un symbole

Poussés par 4000 supporters corses, les Bastiais n'ont non plus su prendre en défaut l'actuelle meilleure défense de France. Giovanni Sio, une des deux recrues du Sporting alignées mercredi soir avec Gaël Danic, a d'abord buté sur Marteen Stekelenburg (43e). Et tandis que le jeu monégasque se délitait avec le temps, Bastia poussait de plus en plus. Mais le portier néerlandais, alerté par une frappe au ras du poteau de Squillaci quelque minutes plus tôt (76e), a encore sauvé les siens en stoppant sur sa ligne une tête de Palmieri (82e). C'est à près tout ce que les 22 acteurs ont proposé en 120 minutes.

Entre deux équipes visiblement fatiguées, il ne faisait plus grand doute que la place en finale se jouerait aux tirs au but. Héros du 8e de finale arraché face à l'OL, Stekelenburg a bien cru pouvoir revêtir à nouveau le costume de sauveur en arrêtant les tirs de Gillet et Sio pour effacer les ratés de Bernardo Silva et Moutinho. Mais Dirar ratait la balle de match. Pas Squillaci. Bastia s'offre ainsi une finale de Coupe nationale, treize ans après celle de la Coupe de France, perdue contre Lorient en 2002. Et vingt ans après celle remportée par les Parisiens grâce à Raï et Alain Roche (2-0). La Corse espère désormais que l'histoire ne se répétera pas.

Anthony Martial (Monaco) face à Bastia.

Anthony Martial (Monaco) face à Bastia.Panoramic

0
0