Getty Images

Coupe de la Ligue : Kylian Mbappé, une semaine où il est redevenu lui-même

Mbappé, une semaine où il est redevenu lui-même

Le 01/04/2018 à 13:15Mis à jour Le 01/04/2018 à 13:39

COUPE DE LA LIGUE - Samedi soir, lors de la finale, Kylian Mbappé a semblé retrouver un naturel qu'il avait souvent délaissé cette saison. Sa semaine en équipe de France l'y a peut-être aidé. Et cela a fait toute la différence.

Il était impossible d'oublier tout ce qu'il était capable de réussir sur un terrain. A vrai dire, il avait tout de même pris soin d'injecter quelques rappels, tout au long d'une saison remarquable à défaut d'être grandiose. Exilé à droite, à l'ombre de Neymar malgré lui, Kylian Mbappé n'a eu besoin que d'une petite semaine, avec l'équipe de France ou le Paris Saint-Germain, pour redevenir celui qu'il est véritablement.

Au Matmut Atlantique, le prodige de Bondy a retrouvé tous les traits qui avaient fait de lui le joueur le plus convoité d'Europe, l'été dernier. A la vitesse de percussion et d'exécution qu'il a toujours eue, même après son transfert faramineux, l'attaquant de 19 ans y a de nouveau ajouté la spontanéité qu'il avait souvent égarée. Cohabiter avec les deux mastodontes que sont Edinson Cavani et Neymar, sous la gigantesque exposition du PSG, incite, probablement inconsciemment, à plus de calculs.

Kylian Mbappé déborde Andrea Raggi lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2018

Kylian Mbappé déborde Andrea Raggi lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2018Getty Images

L'ironie de l'histoire ne réside pas dans le moment qu'il a choisi -une finale de Coupe de la Ligue face au club qui l'a poli- mais plutôt dans la conférence de presse d'avant-match, où Leonardo Jardim avait dit espérer "qu'il ne [soit] pas à son niveau, parce que c'est le meilleur moyen de le stopper". Avant cela, le technicien portugais avait dressé, une nouvelle fois, la longue liste des qualités de son ancien joueur : "Il est fort dans les transitions, dans les espaces". Comme pour rappeler qu'il avait beaucoup moins l'occasion de tirer profit de ces aptitudes-là, dans une équipe qui dévore la possession du ballon face à des équipes jouant souvent bas.

L'instinct qui change tout

Le jeune attaquant a mis moins de cinq minutes à lui rappeler qu'il pouvait aussi briller dans les petits espaces, lorsqu'il a effacé tour à tour Tielemans, Jemerson, Fabinho puis Glik, sur une dizaine de mètres, avant de provoquer un penalty. Parce qu'après tout, qu'importe la dimension du rectangle dans lequel il évolue. La différence, Mbappé la construit avant tout lors de sa prise de décision, et l'action qui amène le deuxième but en est une preuve supplémentaire : le Français a choisi de profiter de son élan pour déborder Lemar, quand sa trajectoire et celle du ballon l'orientaient naturellement vers l'axe, et a opté pour un angle que personne n'avait vu pour servir Di Maria.

C'est bel et bien cet instinct, intimement lié à l'insouciance du gamin, qui a "déséquilibré un peu le match", comme l'a déploré le coach de l'AS Monaco. "Il n'a pas marqué mais il a fait un grand match, a ajouté Unai Emery après la rencontre. Il a constamment cherché la verticalité et le contre. Il a joué pour faire mal à l'adversaire". Comment expliquer qu'il ait retrouvé ce naturel ? Seul lui le sait. Mais la semaine qu'il a passée avec l'équipe de France a peut-être joué un rôle, notamment lorsque Didier Deschamps a choisi de l'installer dans l'axe pour affronter la Russie, lors d'un match sans enjeu où il avait tout à gagner et absolument rien à perdre. Là, il a inscrit un doublé, sur deux actions où il n'a pas semblé se poser beaucoup de questions. La spontanéité, on y revient.

Kylian Mbappé, heureux après la victoire du Paris Saint-Germain en Coupe de la Ligue

Kylian Mbappé, heureux après la victoire du Paris Saint-Germain en Coupe de la LigueGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0