Getty Images

Coupe de la Ligue : Le PSG en finale après sa victoire à Rennes (2-3)

Le PSG s'est fait une petite frayeur

Le 30/01/2018 à 23:00Mis à jour Le 31/01/2018 à 03:12

COUPE DE LA LIGUE - Le PSG disputera sa 5e finale de suite le 31 mars prochain. Les joueurs d'Unai Emery ont écarté Rennes, mardi soir, en s'imposant au Roazhon Park (2-3). Les Parisiens ont mené de trois buts grâce à Meunier, Marquinhos et Lo Celso. Avant que Mbappé ne se fasse directement expulser. Et Sakho et Prcic ne réduisent l'écart dans les cinq dernières minutes. En vain.

Le Paris Saint-Germain a souffert au Roazhon Park. Mais le quadruple tenant du titre de la Coupe de la Ligue a obtenu son billet pour la finale, le 31 mars prochain à Bordeaux contre Monaco ou Montpellier, en venant à bout d'une équipe de Rennes accrocheuse (2-3). L'assistance vidéo à l'arbitrage a tenu un rôle important dans cette rencontre, tout comme Kylian Mbappé, exclu pour la première fois sa carrière. Les Parisiens ont trouvé leur salut grâce à des buts de Thomas Meunier (24e), Marquinhos (54e) et Giovani Lo Celso (58e). Le Stade Rennais a espéré une improbable remontée en fin de match avec Diafra Sakho (85e) et Sanjin Prcic (90e+2).

Le PSG a entamé son marathon de cinq matches consécutifs à l'extérieur qui doit l'emmener à Santiago Bernabeu le 14 février prochain. Dans ses valises ramenant le club parisien dans la capitale, une cinquième qualification de rang pour la finale de la Coupe de Ligue. Sans la manière. Et il a perdu, a priori pour plusieurs matches Kylian Mbappé, exclu. Vexés par les corrections infligées par la bande à Neymar en Ligue 1 (1-4) et en Coupe de France (1-6) au Roazhon Park, les Rennais ont pris cette demi-finale par le bon bout devant leur public en se montrant agressifs. Mais ils ont manqué de justesse dans les 30 derniers mètres. Et Paris n'en demandait pas tant pour les sanctionner.

La VAR a eu tout bon

Sur sa première frappe du match, le leader du championnat de France a trouvé l'ouverture sur une frappe lumineuse de Thomas Meunier (0-1, 24e). Le latéral belge est un coutumier du fait depuis son arrivée à l'été 2016 même si son but a été facilité par un contre favorable et que sa copie d'ensemble est entachée par une prestation défensive approximative.

Ensuite, la VAR a fait son entrée en jeu. D'abord pour refuser un but à Wahbi Khazri qui s'était aidé de la main avant d'ajuster Kevin Trapp (43e). L'assistance vidéo a encore été sollicitée pour ne pas accorder un autre but à Kylian Mbappé, à la limite du hors-jeu (49e) avant d'aider M. Lesage à exclure l'attaquant parisien pour une vilaine semelle sur la jambe gauche d'Ismaïla Sarr (64e). Elle rappelait la faute du Stéphanois Kévin Théophile-Catherine dont le Sénégalais avait été en victime en septembre et l'avait mis sur le flanc plus de deux mois.

Une dernière fois, la VAR a été mise à contribution pour refuser la réduction du score de Benjamin André (84e). Entre-temps, le Paris Saint-Germain avait gonflé son avantage grâce à Marquinhos (0-2, 53e) dans une position d'attaquant à la conclusion d'une action sur laquelle Neymar était peut-être hors-jeu. Le premier but de Giovani Lo Celso sous le maillot parisien, bien aidé par un Abdoulaye Diallo léger, a donné un matelas d'avance (0-3, 58e) non négligeable aux joueurs d'Unai Emery. Puisque la fin du match, durant laquelle Lassana Diarra a débuté son aventure francilienne, a été intense et débridée.

En infériorité numérique, Paris a cédé à deux reprises sur des buts de Diafra Sakho (1-3, 85e), débarqué ce lundi en Bretagne, et Sanjin Prcic (2-3, 90e+2). Mais a réussi à garder sa qualification et sa 41e victoire consécutive en Coupes nationales (Trophées des champions inclus) sous le bras avec un Neymar toujours aussi taquin qui s'est accroché avec plusieurs Rennais. A un peu plus de deux semaines du match aller contre le Real Madrid, tous les voyants ne sont pas encore verts. Javier Pastore (blessé ou en instance de départ ?) est sorti à la pause, l'équilibre défensif est par séquences précaire, Kevin Trapp n'a pas été exempt de tout reproche sur le second but des Rennais. Et Mbappé, susceptible d'être suspendu plusieurs matches, risque d'avoir peu de matches dans les jambes d'ici le déplacement chez le double champion d'Europe.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0