Getty Images

Coupe de la Ligue : Lyon, inefficace, puni par Strasbourg (1-2) en quart de finale

Inefficace, Lyon a été puni

Le 08/01/2019 à 22:18Mis à jour Le 09/01/2019 à 12:25

COUPE DE LA LIGUE - Lyon s'est fait surprendre à domicile par de valeureux Strasbourgeois qui sont venus s'imposer dans le Rhône (1-2), mardi au Groupama Stadium. L'OL dit au revoir à la compétition, les Alsaciens continuent leur route.

Encore une fois, le dicton s'est vérifié. L'Olympique Lyonnais, malgré une domination à outrance, n'a pas gagné. Strasbourg, héroïque du début à la fin à l'image de son gardien Bingourou Kamara, s'est donc imposé 2 buts à 1 au Groupama Stadium. Le Racing retrouve le dernier carré de la Coupe de la Ligue pour la troisième fois de son histoire, une première depuis son titre en 2005.

Pas question de faire l'impasse ou de tenter le diable. Malgré les titularisations de Gorgelin, Diop et Terrier, la formation lyonnaise composée par Bruno Genesio ressemblait fortement à celles que l'on peut retrouver chaque week-end en Ligue 1. D'ailleurs, les Rhodaniens ont rapidement pris les commandes de la partie. Fekir et Aouar ont souvent combiné, mettant à mal la défense à 5 concoctée par Thierry Laurey, un technicien alsacien rapidement obligé de revoir ses plans : après un quart d'heure de jeu, Kenny Lala est remplacé pour des douleurs au dos. Dimitri Liénard, l'Alsacien pur souche, est donc appelé à rentrer sur le gazon.

Si l'OL a accentué sa domination suite à ce premier changement, Strasbourg a décidé de se montrer impérial sur le plan défensif, avant de procéder en contre. Une stratégie qui a fonctionné à merveille. Alerté par Thomasson, Martin est crocheté illégalement par Tete dans la surface olympienne. M. Turpin n'a pas hésité et le VAR n'a pas tardé à valider la décision : penalty et voilà Strasbourg devant contre le cours du jeu (1-0, 26e).

Trois poteaux et un penalty manqué pour l'OL

Cette ouverture du score s'est révélée être le véritable coup d'envoi de cette rencontre. Si Lyon a réussi à se créer des opportunités, Strasbourg s'est transcendé pour mettre le plus d'intensité possible, histoire de venir perturber le maître à jouer lyonnais, Nabil Fekir. Au fil du match, le champion du monde a douté et s'est éteint. Conséquences ? Ce sont ses coéquipiers qui ont été obligés de prendre leurs responsabilités. En même pas trois minutes, et juste avant la pause, l'OL a cru trouver la solution. Mais deux poteaux, de Terrier (43e) et de Depay (45e), et un penalty complètement raté de Fekir (45e + 1) sont venus climatiser un Groupama Stadium à moitié vide et silencieux comme jamais.

Après la pause, Bruno Genesio a décidé de remuer ses troupes. Si on n'a pas entendu son discours, on a rapidement constaté les bénéfices de son coaching. Bertrand Traoré a pris le relais de Ferland Mendy, provoquant une nouvelle organisation tactique. Du 3-5-2, l'OL est passé en 4-3-3. Plus offensif, plus entreprenant, Lyon est récompensé, enfin et à juste titre. Et c'est le rentrant qui a permis aux Gones d'égaliser ! Sur un service subtil de Depay, Traoré est trouvé en plein cœur de la surface, sa frappe est légèrement déviée, et Kamara est battu (1-1, 40e). Le plus dur est fait ont pu croire les Olympiens… Ce fut sans compter sur le sursaut d'orgueuil du Racing.

Kamara, la muraille alsacienne

Quelques secondes après le coup d'envoi, Koné, sur un corner parfait de Liénard, est trouvé au milieu de trois défenseurs adverses. L'Ivoirien est monté trop haut pour Gorgelin (2-1, 54e). La suite est un festival du dernier rempart de Strasbourg. Bingourou Kamara (73e, 84e, 85e) est chauffé à bloc et plus rien ne semble pouvoir rentrer dans sa cage. Puis, tel un symbole de cette partie marquée par l'incroyable inefficacité de l'OL, Fekir ne parvient pas à lever le ballon au-dessus du mur sur un coup franc aux abords de la surface (88e). Strasbourg a d'abord craqué puis le Racing s'est multiplié de toutes parts pour tenir son exploit. Une performance qui permet au club strasbourgeois de retrouver le dernier carré pour la troisième fois. Lors des deux précédentes, en 2005 et en 1997, le Racing a remporté la compétition.

0
0