Getty Images

Adrien Thomasson (Strasbourg), un sportif multicarte passé des skis aux crampons

Thomasson, un sportif multicarte passé des skis aux crampons
Par AFP

Le 07/01/2019 à 18:34Mis à jour Le 07/01/2019 à 22:36

COUPE DE LA LIGUE - À Lyon, mardi en quart de finale de la Coupe de la Ligue, Adrien Thomasson, 25 ans, déjà 4 buts et autant de passes décisives en L1 avec Strasbourg, ne sera pas loin de sa Savoie natale où il a longtemps cumulé trois pratiques sportives dans sa jeunesse : ski, cross, et football.

Adrien Thomasson est ce qu’on appelle un athlète complet, multisport, aussi bien à l’aise sur la neige, le bitume ou le gazon. Demandez-lui, spatules aux pieds, d'attaquer un slalom ou de rentrer un "backflip", un salto arrière, sur le snow-park de la station La Rosière où il aimait s'amuser avec ses "potes" : avec un peu d'entraînement, il pourrait le refaire. "Parfois j'aimerais faire une journée au ski, c'est quand même super plaisant quand il y a de la bonne neige et du soleil", raconte à l'AFP le Savoyard, licencié à la fois au Ski Club La Rosière de 9 à 14 ans et au club de foot de l'AS Bourg-Saint-Maurice.

Mais la poudreuse et les sauts vertigineux attendront. Car Thomasson, devenu footballeur professionnel à 18 ans avec Evian-Thonon Gaillard, sans passer par un centre de formation, a signé une charte lui interdisant de skier. "J'irai en fin de carrière et j'espère encore avoir de bonnes aptitudes", confie le Strasbourgeois.

À l'âge où les jeunes footballeurs ne pratiquent qu'un sport et rêvent d'intégrer un club pro, le milieu de terrain alternait entre chaussures de ski et crampons. "Il lui est arrivé de finir l'entraînement par la piste des Ecudets qui mène à Bourg-Saint-Maurice puis de prendre une navette pour aller à un match de foot. Il se donnait à fond quel que soit le sport", se souvient Thibault Gaidet, son ancien entraîneur au ski club, aujourd'hui Directeur de l'ESF La Rosière. "Mes parents m'ont poussé à faire les deux sports, poursuit Thomasson. Mais j'ai toujours préféré le foot. J'étais un skieur moyen souvent classé aux alentours de la cinquantième place aux compétitions régionales."

Adrien Thomasson

Adrien ThomassonGetty Images

"Dernière chance"

Skieur moyen... et coureur chevronné adepte du cross. Champion de France par équipes avec le collège de Bourg-Saint-Maurice, Adrien se rappelle avoir été approché par quelques clubs d'athlétisme à l'adolescence. "Cela m'aurait plus plu que le ski", dit-il. Mais c'est le football qui l'a emporté pour le franco-croate.

À 15 ans, il joue au FC Annecy, en district, rejoint deux ans plus tard, en 2010, Evian-Thonon Gaillard fraîchement promu en L2, et voit cette opportunité comme une "dernière chance" après avoir été refoulé par plusieurs centres de formation (Guingamp, Lorient, Sochaux, Saint-Etienne).

Endurant, capable d'avaler les kilomètres sur le terrain, le discret Thomasson séduit rapidement l'ETG qui lui offre ses premières minutes en L1 à 18 ans. Il se fera remarquer ensuite en prêt à Vannes (8 buts et 8 passes) avant de convaincre Pascal Dupraz de l'utiliser avec l'ETG en L1. "Je devais partir pour un nouveau prêt au Gazélec Ajaccio promu en L2 mais le coach m'a retenu au dernier moment", a rappelé le buteur altruiste du Racing de Strasbourg. L'entraîneur du club corse était un certain... Thierry Laurey. "Sa valise était prête pour aller en Corse mais il a bien fait de le retenir puisqu'il a débuté vraiment en L1 à ce moment-là", explique l'entraîneur actuel de Thomasson.

Cinq ans plus tard et trois années pleines à Nantes (99 matches et 9 buts), Adrien Thomasson poursuit une étonnante carrière à Strasbourg et enfile buts et passes décisives ces dernières semaines. Des pentes alpines au rectangle vert.

Adrien Thomasson

Adrien ThomassonGetty Images

0
0