Imago

Henry a songé à arrêter

Henry a songé à arrêter
Par Eurosport

Le 23/11/2009 à 07:59Mis à jour

Dans un entretien accordé à l'Equipe, Thierry Henry révèle qu'il a pensé à un mettre un terme à sa carrière internationale, suite à l'affaire de la main face à l'Irlande. Le Français explique pourquoi il a renoncé et sera bel et bien en Afrique du Sud. Entre temps, il règlera quelques comptes...

Il ne s'est pas passé un jour depuis mercredi dernier sans que la main de Thierry Henry ne suscite débats, réactions ou indignations. Le principal concerné, qui s'était expliqué après la rencontre sur son geste, avait osé une première sortie vendredi à travers un communiqué de presse en anglais. Il y exprimait notamment son souhait de rejouer le barrage retour face à l'Irlande, solution "la plus équitable" selon lui. Mais l'attaquant des Bleus n'avait rien laissé transparaître de ses émotions ou intentions devant le lynchage dont il faisait l'objet. Il s'est donc longuement confié dans les colonnes de l'Equipe ce lundi.

Que révèle-t-il? Au plus fort du tourbillon vendredi, avant que la FIFA ne mette un logique véto à une nouvelle rencontre, Thierry Henry a songé quelques instants à mettre un terme à sa carrière internationale. "Oui, je me suis posé la question, avoue-t-il. J'étais très remonté. Vendredi, tout est allé trop loin". Avant de se raviser très vite comme après la Coupe du monde 2006 ("trop tôt") ou l'Euro 2008 ("Pas le moment"). "Je suis toujours venu me battre pour les Bleus. Comme un chien. Je n'ai jamais volé une sélection. J'ai mis mon avenir en balance avec le Barça pour aller jouer blessé en sélection. Mais là, c'est décidé, je me battrai jusqu'au bout".

"Je me suis senti seul"

Le Français revient également sur plusieurs moments clés de ce "fait de jeu" comme il le nomme. Pourquoi n'en-a-t-il pas référé à l'arbitre dans la foulée? "J'étais dans une situation où, de toute façon, je ne pouvais pas être gagnant", reconnnait-il, conscient que s'il avait dit que son but n'était pas valable, c'est sans doute de son propre camp que les attaques seraient venues. L'explosion de joie? "On peut me le reprocher. Je n'aurais pas dû faire ça. Mais franchement, c'était incontrôlable. Après tout ce qu'on avait subi... Ça oui, je le regrette. C'est pour cela que tout de suite après je vais saluer les Irlandais un à un".

Mais si le meilleur buteur de l'histoire des Bleus (51 buts) sera donc bien en Afrique du Sud, cela ne se fera pas sans régler certains comptes. Thierry Henry explique qu'il s'est senti abandonné, notamment par la Fédération. "Au lendemain du match, et même le surlendemain, je me suis senti seul, vraiment seul. Ce n'est qu'une fois que j'avais adressé mon communiqué que les gens de la Fédération française se sont manifestés [...]. Cela a été très dur. Tout est parti d'un fait de jeu pour finir loin. Trop loin. J'ai entendu certaines personnes donner des leçons sur ce plan-là alors que j'ai dit que j'étais désolé, sur le terrain et en dehors".

La pilule a vraiment eu du mal à passer pour Thierry Henry qui avoue encore que le soutien de ses proches et de grands noms du sport l'ont bien aidé. "Cela m'a vraiment touché. Sans l'appui de mes proches, je n'aurais peut-être pas eu la même réflexion. Ce qui vient de se passer restera gravé. Tu peux toujours pardonner mais tu ne peux pas toujours oublier". La suite? "J'appellerai les personnes que je dois appeler. Je n'ai pas à citer de noms, elles se reconnaîtront. On juge souvent sans avoir les données en main". Si sur le terrain, l'affaire de la main est visiblement réglée, dans les coulisses, elle est loin d'avoir connu son épilogue.

0
0