Panoramic

Après Uruguay - Angleterre (2-1), notre antisèche : Les Uruguayens maitrisent la Premier League

L'Uruguay a gagné, normal, c'était un grand match de Premier League

Le 20/06/2014 à 00:28Mis à jour Le 20/06/2014 à 07:37

Dans un match à couteaux tirés, les combattants uruguayens, Luis Suarez en tête, ont dompté les Three Lions, joueurs mais pris dans le duel. Notre antisèche.

Le jeu : Les Three Lions manquent de mordant

La pression de l'enjeu a largement pesé sur les débats. Ça n'a pas empêché un nouveau spectacle de qualité dans un Mondial toujours aussi riche en buts, réjouissons-nous. La première période a été particulièrement âpre : beaucoup de duels, de vraies intentions de faire mal à l'adversaire mais peu de tirs. L'ouverture du score de Luis Suarez est ainsi intervenue sur la première frappe cadrée de la rencontre (39e), si on exclut un corner rentrant repoussé en catastrophe par Joe Hart d’entrée de match (Suarez a répété l’expérience au retour des vestiaires, pour le même résultat). Les Anglais avaient la possession mais peinaient à trouver des espaces dans une défense uruguayenne bien regroupée et très agressive, avec Arevalo et Lodeiro pour mener un pressing étouffant dans l'entrejeu.

Wayne Rooney (Angleterre) face à l'Uruguay

Wayne Rooney (Angleterre) face à l'UruguayAFP

Menés au score, les Anglais se sont logiquement installés dans la moitié de terrain adverse au retour des vestiaires, imposant un siège de plus en plus intense dans les 30 derniers mètres. Mais, incapables de faire des différences dans l'axe, les joueurs de Roy Hodgson ont abusé de centres à chaque fois repoussés par la défense uruguayenne. Sturridge a beau faire 1m88, il ne fait pas le poids face aux golgoths Diego Godin et (surtout) Jose Maria Gimenez. Dans un style beaucoup plus direct, avec des transmissions très rapides dès la récupération du ballon, la Celeste a trouvé deux fois la faille, Luis Suarez prenant la défense anglaise à revers sur un contre puis sur un long renvoi de Muslera.

Les joueurs : Suarez asservit l'Angleterre

Les Anglais étaient prévenus, mais comment contenir un Luis Suarez enragé ? Il y a seulement un mois, l'attaquant uruguayen sortait de l'hôpital sur un fauteuil roulant après une opération du ménisque. Une intervention trop lourde pour le laisser participer au premier match de l'Uruguay, perdu face au Costa Rica, mais pas pour contenir cette rage de vaincre qui a déjà dévasté tant de supporters anglais.

Luis Suárez marca ante Hart en el Uruguay-Inglaterra

Luis Suárez marca ante Hart en el Uruguay-InglaterraAFP

Techniquement, ce n'était pas le meilleur Suarez. Même dans l'intensité, on l'a connu plus éprouvant encore pour les défenses adverses, sans qu'il ait besoin de sortir les crocs. Mais avec l'altruisme d'Edinson Cavani, les limites de l'arrière-garde anglaise (Joe Hart…) et son opportunisme, Luis Suarez a tenu son rôle : celui de fer de lance d'un groupe de morts de faim prêts à tout donner sur le terrain, en témoigne Alvaro Pereira, allongé par un coup de genou au visage avant de hurler au staff uruguayen sa volonté de poursuivre le match.

Ce rôle, Wayne Rooney ne l'assume toujours pas, même s'il a marqué. Dans le jeu, le Mancunien n'a fait que de rares différences, les Britanniques devant surtout compter sur les bons mouvements de Sturridge pour tromper les alignements uruguayens.

La stat : 0/2

Comme l'Espagne, l'Angleterre a perdu ses deux premiers matches dans un Mondial pour la première fois de son histoire. Ça ne l'élimine pas encore officiellement, mais c'est presque tout comme. Jamais une équipe ne s’est qualifiée en huitièmes après avoir perdu ses deux premières rencontres.

Le tournant qui n'a pas eu lieu : Sturridge avait la balle de break

Dans la foulée de l'égalisation, l'Angleterre a eu l'occasion d'assommer des Uruguayens déjà sonnés. À la 77e, Daniel Sturridge déclenche une frappe soudaine… qui amène la parade de Muslera. Las, l'autre avant-centre de Liverpool a beau avoir son joli petit lot de qualités, il n'est pas Suarez. Et Muslera a beau avoir ses défauts, il n'est pas Joe Hart.

Le tweet qui nous a touchés

Luis Garcia, ancien coéquipier de Steven Gerrard à Liverpool… "Parce que parfois, on a besoin d'un ami pour se relever… et être plus fort."

La décla : Roy Hodgson, sélectionneur de l'Angleterre

"Il (Suarez) a eu deux occasions et il les a mises, c'est le propre des grands joueurs. »

La question : Avec Luis Suarez, l'Uruguay redevient-il candidat au titre ?

La défaite surprise face au Costa Rica a porté un sérieux coup à tous les fantasmes qui peuvent entourer cet Uruguay, la troisième nation forte du continent sud-américain avec le Brésil et l'Argentine. Oui mais… l'Uruguay sans Luis Suarez, c'est comme si vous enleviez Lionel Messi à l'Argentine ou Fred, Oscar ET Hulk au Brésil (rien que ça, oui). Cet homme est effrayant. Même avec un genou toujours convalescent, le voilà qui envoie valdinguer une légende comme Steven Gerrard et qui multiplie les appels déroutants pour l'arrière-garde anglaise. En même temps qu'un attaquant à l'envergure unique, la Celeste s'est retrouvé un bloc extrêmement difficile à transpercer. Les espoirs de dernier carré pour l'Uruguay reposeront en grande partie sur le rendement de Suarez. Ensuite, tout sera imaginable.

Le retour de Luis Suarez a transformé l'Uruguay face à l'Angleterre

Le retour de Luis Suarez a transformé l'Uruguay face à l'AngleterrePanoramic

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0