Valbuena contre Höwedes : "Petit vélo" au pied de la montagne

Un remake de David contre Goliath. Physiquement, ce n'est pas une petite différence qui sépare les deux joueurs mais un gouffre. L'Allemand est plus grand (1,87m contre 1,67m), plus lourd (80 kilos contre 67 kilos) mais il est également moins rapide. Tout le contraire de Mathieu Valbuena (37 sélections). Depuis le début du Mondial, "Petit Vélo" roule plus vite que tout le monde. Tout y passe : les buts, les passes décisives, la percussion encore et toujours, le milieu offensif de l'OM est le joueur le plus en forme du côté des Bleus.

Mathieu Valbuena (France) face au Nigeria

Crédit: Panoramic

Coupe du monde
Ces 10 stats qu'il faut bien avoir en tête avant France - Allemagne
03/07/2014 À 08:18
Les solutions passent par lui et pour le moment, ses adversaires ne peuvent que constater les dégâts. Izaguirre (Honduras), Rodriguez (Suisse) et Oshaniwa (Nigéria) ont tous été dépassés par les dribbles et les déplacements de l'international français. Des mouvements rapides et des changements de rythme qui pourraient être compliqués à gérer pour Benedikt Höwedes (25 sélections), défenseur central de formation, rarement à son aise dans un poste de latéral gauche qu'il n'occupe quasiment jamais à Schalke 04. L'international de 26 ans préfère les duels, ce n'est pas un joueur de couloir. A Valbuena l'explosivité, à Höwedes la puissance physique. Le point fort des Bleus contre le (supposé) point faible de la Mannschaft. Le duel majeur du match, c'est celui-ci.

Varane - Sakho contre Müller (voire Klose) : Cette fois, ce sont de vraies gâchettes

Sans faire offense aux premiers adversaires de l'équipe de France, on ne peut pas comparer l'opposition que peuvent offrir Müller et Klose par rapport à Drmic, Emenike et Valencia. Si la défense française impressionne par sa solidité et sa sérénité depuis le début de la compétition, elle va être soumise au test ultime. Face à Thomas Müller, Raphaël Varane et Mamadou Sakho seront obligés d'élever le niveau de vigilance. L'attaquant du Bayern est imprévisible : son style n'est pas très séduisant mais il reste terriblement efficace, Müller est complet. C'est une plaie pour n'importe quel défenseur, aussi expérimenté soit-il. Le joueur de 24 ans a un CV de prodige. 53 sélections pour 21 buts (dont 9 en Coupe du monde) avec l'équipe nationale, les 32 sélections cumulées de Varane (10 capes) et de Sakho (22 sélections) ne pèsent pas lourd à côté.

Mamadou Sakho et Raphaël Varane souriants avec Mathieu Valbuena lors de France - Jamaïque en préparation au Mondial 2014

Crédit: Panoramic

Si Müller est réduit au silence, la défense centrale bleue pourrait avoir à se coltiner Miroslav Klose, qui débutera très probablement sur le banc. On ne présente plus l'attaquant de la Lazio Rome, meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du monde (15 buts) et redoutable finisseur. 70 buts en 134 sélections, c'est plus que le total des 23 joueurs tricolores présents au Brésil (63 buts en tout). Son profil de renard peut débloquer les situations les plus compliquées comme contre le Ghana où le buteur de 36 ans avait marqué sur son premier ballon. Klose est chirurgical, opportuniste et c'est pour cela qu'il faut le surveiller comme le lait sur le feu. A la moindre erreur d'inattention ou de jugement de Varane ou de Sakho, l'avant-centre d'origine polonaise ne se privera pas de faire mal aux Bleus.

Mertesacker contre Benzema : L'expérience défensive contre la fougue du "Benz"

Les deux joueurs ont vécu des huitièmes de finale assez difficiles. Replacé à gauche contre le Nigeria, Karim Benzema a livré une performance catastrophique. Incapable de combiner avec ses partenaires et "bougon", le buteur du Real retrouvera surement l'axe de l'attaque contre l'Allemagne et devra montrer le même visage que lors des deux premiers matches. Idem pour Per Mertesacker, à l'agonie contre les Algériens. Mais le défenseur d'Arsenal en a vu d'autres. A 29 ans, le natif d'Hanovre dispute actuellement sa troisième Coupe du monde. Benzema est un gros client mais l'Allemand a déjà dû se frotter à Messi (2010), Agüero (2010), Ibrahimovic (2006) ou Cristiano Ronaldo (2014) durant un Mondial et il s'en est souvent sorti avec brio. Pour forcer le cadenas allemand, il faudra du très grand Benzema. L'ancien Lyonnais doit étirer la défense allemande, exploiter le moindre espace et ne pas rester esseulé en pointe.

Karim Benzema, lors de France-Nigeria - Coupe du monde 2014

Crédit: AFP

Les milieux : technique contre physique ?

Entre deux formations d'une telle qualité, le combat dans l'entrejeu aura une importance capitale. Techniquement, les Allemands bénéficient d'un petit avantage mais les Français disposent d'une force physique plus importante. C'est un atout non négligeable. Contre l'Algérie, Bastian Schweinsteiger et Toni Kroos ont semblé manquer de jus après l'heure de jeu, ce qui n'est jamais arrivé à Matuidi ou à Pogba depuis le début du Mondial. Même si l'organisation tactique des deux équipes est similaire, l'animation et le repli défensif des milieux ne sont pas identiques. Idem dans la manière de construire les offensives. Kroos et Schweinsteiger aiment jouer long, Pogba et Cabaye un peu moins. Sur le papier, le trio du Bayern semble plus armé mais le replacement de Lahm, la forme incertaine de "Schweini" et le déchet parfois excessif de Kroos permettent de croire que les trois joueurs tricolores auront des opportunités pour lutter à armes égales.

Philipp Lahm (Allemagne) face à Mohammed Rabiu (Ghana)

Crédit: AFP

Evra contre Özil : Deux gauchers en difficulté

Même s'il a marqué un but contre l'Algérie à la fin de la prolongation, Mesut Özil a du mal, beaucoup de mal. Repositionné ailier droit par Joachim Löw, le milieu d'Arsenal n'arrive pas à rayonner dans cette position. Avec son profil de 10 à l'ancienne, le joueur de 25 ans ne trouve pas sa place dans le onze allemand. Tout le monde connait ses qualités mais sur un côté, l'Allemand perd de son influence. Evra n'a pas de quoi se réjouir non plus. La performance du Mancunien contre le Nigeria a été sans relief. Apport offensif zéro, repli défensif hasardeux, le latéral gauche va devoir se ressaisir. Özil ne brille peut-être pas mais il est encore capable de trouver ses attaquants dans les intervalles. En une passe, l'ancien milieu du Real peut mettre une défense hors d'état de nuire. Sa faculté à repiquer dans l'axe pourrait être un problème pour Evra qui serait obligé de défendre sur son pied droit.

Patrice Evra (France) à la lutte avec Peter Odemwingie (Nigeria)

Crédit: Panoramic

Lloris contre Neuer : Les barrières

Les deux gardiens n'ont pas particulièrement brillé ni commis de grossières erreurs depuis le début du Mondial. Pendant qu'Hugo Lloris réussissait quelques parades face au Nigéria, Manuel Neuer jouait "goal volant" face à l'Algérie. L'Allemand est une référence mondiale à son poste, il passe rarement à côté dans les grands rendez-vous. Le dernier rempart du Bayern a la faculté d'être toujours décisif dans les instants les plus chauds et il est à l'aise dans les séances de tirs au but. Lloris est également un grand gardien mais au niveau du vécu dans les grandes compétitions, le natif de Gelsenkirchen conserve un avantage conséquent.

Valbuena, Giroud, Lloris et Mavuba fêtent la qualification de la France pour les quarts de finale

Crédit: Panoramic

Coupe du monde
Ce que les Bleus craignent de l'Allemagne : en font-ils trop ou ont-ils tout compris ?
03/07/2014 À 06:58
Coupe du monde
"Les tirs au but ? A 90%, une question de psychologie"
02/07/2014 À 18:56