Imago

Coupe du monde: Le top des groupes de la mort

Le top des groupes de la mort

Le 06/12/2013 à 10:26Mis à jour Le 06/12/2013 à 15:33

C'est une tradition: un bon tirage au sort de phase finale n'est pas un bon tirage sans son groupe de la mort. Retour sur ces poules pas comme les autres.

Coupe du monde 1970: Brésil, Angleterre, Tchécoslovaquie, Roumanie

La première fois qu'on a évoqué la notion de groupe de la mort dans une phase finale de Coupe du monde. Les journalistes mexicains avaient parlé de "grupo de la muerte" suite au tirage au sort du premier tour de "leur" Coupe du monde. Dans le groupe C, le Brésil, grandissime favori de l'épreuve, hérite de l'Angleterre, tenante du titre, et deux autres équipes européennes: la Tchécoslovaquie, toujours solide et finaliste en 1962, ainsi que la Roumanie. Des quatre groupes, celui-ci apparait de loin le plus corsé. Le groupe de la mort était né.

Coupe du monde 1970 Bresil Angleterre

Coupe du monde 1970 Bresil AngleterreEurosport

1986: RFA, Danemark, Uruguay, Ecosse

Deux ans après être passé à côté de l'Euro en France, la RFA tombe sur un os au premier tour du Mondial. Les Allemands de l'Ouest se retrouvent dans la poule de l'Uruguay, champion d'Amérique du Sud et, surtout, de l'épouvantail danois. Avec la génération Danish dynamite (Eljkaer-Larsen, Laudrup, Arnesen, les deux Olsen, Lerby, Busk…), le Danemark a une pancarte de favori collée dans le dos. Ajoutez à cela l'Ecosse qui, s'il n'a toujours pas passé un tour en Coupe du monde, présente quelques vraies pointures du moment, comme Strachan, Souness, Leighton, Archibald et est dirigée par un certain Alex Ferguson. Difficile de faire plus homogène, à ceci près que le Danemark va survoler le premier tour en battant ses trois adversaires et en marquant les esprits face à l'Uruguay étrillé 6-1. Pétris de talent, les Danois n'iront pas beaucoup plus loin. Ils seront pulvérisés par l'Espagne en huitièmes. Pétris de réalisme, les Allemands de l'Ouest iront - presque - au bout. 

Coupe du monde 1986 RFA Allemagne Danemark

Coupe du monde 1986 RFA Allemagne DanemarkImago

1990: Angleterre, Pays-Bas, Eire, Egypte

Ce groupe est un cas unique dans l'histoire de la Coupe du monde. Pas tant par sa composition, plus par son épilogue. Pays-Bas, Angleterre et Eire se connaissent plutôt bien puisqu'avant de se tirer la bourre du côté du Sud de l'Italie, les trois formations se sont affrontées au premier tour de l'Euro, deux ans plus tôt. Un Euro remporté par les Pays-Bas de Rinus Michels. Leo Beenhakker a pris la suite. Il aura moins de réussite que son prédécesseur. L'Angleterre est de son côté en train de renaitre avec un certain Paul Gascoigne, qui porte les espoirs d'une nation. L'Eire, elle, est la petite puissance qui monte. Quant à l'Egypte, elle fait preuve d'une solidité à toute épreuve. Le groupe est hyper serré jusqu'au bout. La preuve ? Une seule équipe va gagner un match : l'Angleterre face à l'Egypte (1-0). Le reste, ce sont des matches nuls 1-1 ou  0-0. Si bien qu'au bout de l'histoire, il faudra départager les Néerlandais et les Irlandais, à égalité parfaite. Comment ? Par un tirage au sort. A l'époque, les quatre meilleurs troisièmes du premier tour continuent l'aventure. Il n'y a aura pas d'élimination. Mais un gros coup dur puisque le perdant du tirage se frottera aux Allemands, devenus favoris de la compétition à l'issue d'un premier tour impressionnant. Ce sont les Pays-Bas qui perdront le pile ou face. Et seront éliminés quelques jours plus tard. L'Eire atteindra les quarts.

1990 Coupe du monde Lineker Koeman

1990 Coupe du monde Lineker KoemanImago

2002: Argentine, Angleterre, Suède, Nigéria

Dans l'histoire de la Coupe du monde, aucun groupe n'a été plus relevé que celui mettant aux prises l'Argentine, l'Angleterre, la Suède et le Nigéria. Les Argentins débarquent en Corée et au Japon avec une étiquette de favoris, loin derrière les Bleus tout de même, qui avaient déjà la deuxième étoile brodée sur le maillot avant même le début de la compétition. Le résultat, on le connait... Pour les Argentins, ça n'a pas été plus flamboyant. Vainqueurs du Nigéria (1-0) lors de leur premier match, les joueurs de Marcelo Bielsa, aux méthodes de jeu éprouvées, vont tomber face à l'Angleterre lors d'une énième revanche de la guerre des Malouines (1-0) puis partager les points face à la Suède (1-1), petit poucet présumé du groupe et grand vainqueur final puisque les copains d'Olof Mellberg sortiront en tête, devant l'Angleterre. 

2002 Coupe du monde Angleterre Argentine Beckham Veron

2002 Coupe du monde Angleterre Argentine Beckham VeronImago

2006: Argentine, Pays-Bas, Serbie, Côte d'Ivoire

Sur le papier, difficile de faire plus brillant, plus alléchant. Plus terrible également pour une équipe de Côte d'Ivoire qui découvrait la compétition suprême à l'occasion de l'édition allemande. Imaginez, un double champion du monde, un double finaliste et la Serbie-Monténégro, dont les talents individuels étaient légion. A l'arrivée, ce groupe de la mort sera vite expédié par les deux grands favoris argentin et néerlandais. Deux victoires lors de deux premiers matches, dont un 6-0 mémorable que les Sud-Américains infligeront à la Serbie-Monténégro. La Côte d'Ivoire n'aura fait que passer. Ou presque puisque Drogba et ses copains battront les Serbo-Monténégrins lors de la dernière journée (3-2). 

2006 Coupe du monde Crespo Argentine

2006 Coupe du monde Crespo ArgentineEurosport

BONUS: Le groupe de la mort de la mort

Un cas à part car c'était une deuxième phase, pas un premier tour. Mais impossible de ne pas le mentionner. C'est la dernière fois que la Coupe du monde s'est orchestrée autour de deux phases de poules avant des demi-finales. Nous sommes en 1982, en Espagne. La formule est alambiquée: 24 équipes au départ, six groups de quatre lors du premier tour puis quatre groupes de trois au deuxième. Lors de cette deuxième phase, le Brésil, grand favori de ce Mundial espagnol, se retrouve avec l'Argentine, championne du monde en titre, et l'Italie, future gagnante. Un groupe hallucinant pendant que les Bleus, vernis, sont avec l'Irlande du Nord et l'Autriche. Le sort de ce groupe de la mort sera scellé lors d'un fantastique Italie-Brésil à Barcelone, remporté par la Squadra, 3-2, via un triplé de Paolo Rossi.

1982 Coupe du monde Bresil Italie Socrates

1982 Coupe du monde Bresil Italie SocratesImago

0
0