AFP

Mondial 2014 - Antisèche Côte d'Ivoire - Japon (2-1) : Drogba est indispensable aux Eléphants

Drogba est indispensable aux Eléphants, même quand il ne marque pas

Le 15/06/2014 à 05:52Mis à jour Le 15/06/2014 à 06:35

Remplaçant face au Japon dimanche, Didier Drogba a indirectement fait basculer la rencontre après son entrée, les deux buts ivoiriens contre le Japon (2-1) intervenant quelques instants après son entrée en jeu. Les Eléphants ne peuvent pas se passer de son apport et devront compter sur lui pour aller loin dans ce Mondial. Notre antisèche.

Le jeu : A force de jouer sans arrière-pensée, le Japon s’est brûlé les ailes

Les Japonais ont réussi le match parfait dimanche, à Recife. Le hic, c’est qu’ils ont tenu une heure. Pendant soixante minutes, ils ont répondu avec à propos au défi imposé par les Ivoiriens. Exerçant un pressing étouffant, leur permettant de récupérer le ballon haut, ils ont déployé des combinaisons en triangle qui ont causé des tourments aux ailes des Eléphants. Ils se sont montrés menaçants à chaque incursion dans le camp adverse, par la vivacité de leur quatuor offensif et en s’efforçant de poser le ballon.

Rien ne semblait pouvoir leur arriver et ils n'ont jamais changé de philosophie en dépit du score, jusqu’à ce qu’ils s’effondrent physiquement. L’entrée de Didier Drogba a aussi offert aux Ivoiriens d’autres solutions, qui ont profité de sa présence pour grimper d’un cran sur le terrain et pilonner la défense japonaise de ballons longs. Son déficit de taille et de poids a alors coûté cher aux hommes d’Alberto Zaccheroni. Qui ont fini par se prendre les pieds dans le tapis dans l’opposition de styles la plus marquée depuis le coup d’envoi de cette Coupe du monde.

Salomon Kalou devant Keisuke Honda lors de Côte d'Ivoire - Japon (Mondial 2014)

Salomon Kalou devant Keisuke Honda lors de Côte d'Ivoire - Japon (Mondial 2014)AFP

Les joueurs : Drogba et Aurier, le ticket gagnant

Didier Drogba n’a pas marqué, il n’a même pas délivré une passe décisive. Mais l’attaquant de Galatasaray a largement contribué au succès ivoirien. Placé sur le banc par Sabri Lamouchi au coup d’envoi, au profit d’un Wilfried Bony emprunté jusqu’à son but, l’ancien Marseillais est entré à l’heure de jeu et a immédiatement pesé sur les débats. Avec sa présence athlétique, sa couverture de balle et sa conservation dos au but, il a servi de point d’ancrage à une équipe alors en manque de repères. Ce n’est pas tout à fait un hasard si la Côte d’Ivoire a fait basculer le match dans la foulée de son arrivée sur le terrain, même s’il n’est pas directement impliqué sur les deux buts. Au contraire de Serge Aurier, qui a fini par trouver preneur sur ses centres après avoir passé toute la soirée à arroser. Le Toulousain a été récompensé de son envie de bien faire et d’apporter le surnombre en phase offensive.

Auteur de mauvais choix à répétition, Gervinho a sauvé son match en marquant le but de la victoire. Loin d’être à 100% de ses moyens physiques, Yaya Touré n’a pas eu son rayonnement habituel, hormis deux incursions en solitaire dans la surface japonaise. D'abord peu sollicité dans ce match, Eiji Kawashima a plombé son équipe. Le gardien des Samouraïs Bleus a commis une faute de main préjudiciable sur le deuxième but ivoirien. Comme à son habitude en sélection, Keisuke Honda a brillé de mille feux. Impliqué dans tous les bons coups nippons, le milieu de l’AC Milan a fait oublier six mois sans saveur en Italie pour martyriser la défense ivoirienne, même s’il a baissé de pied dans la dernière demi-heure. Plaque tournante du Japon, Makoto Hasebe a régné sur l’entrejeu pendant cinquante-cinq minutes. Jusqu’à ce que Zaccheroni le sorte. La rencontre a changé de tournure aussi à ce moment-là.

Makoto Hasebe au duel avec Yaya Toure pendant Côte d'Ivoire - Japon (Mondial 2014)

Makoto Hasebe au duel avec Yaya Toure pendant Côte d'Ivoire - Japon (Mondial 2014)AFP

Le tournant qui n’a pas eu lieu : Uchida a manqué d’achever la bête blessée

21e minute : Encore sonnés par l’ouverture du score de Keisuke Honda, les Ivoiriens sont dans les cordes. Panique à bord chez les Eléphants et Atsuto Uchida se présente seul face à Copa Barry. Le latéral japonais frappe en force dans un angle fermé et bute sur le gardien ivoirien. Une occasion que les Samouraïs Bleus rumineront pendant un moment, au vu du score final.

La stat : 4

Comme le nombre de matches remportés par des équipes ayant concédé l’ouverture du score depuis le début de la Coupe du monde. Sur les huit matches disputés depuis le début de la compétition, la Côte d’Ivoire donc, mais aussi le Brésil (contre la Croatie), les Pays-Bas (face à l’Espagne) et le Costa Rica (devant l’Uruguay) ont réussi cet exploit. C’est déjà autant que lors du Mondial 2010 tout entier.

Le tweet qui nous a fait sourire :

La décla (Sabri Lamouchi, sélectionneur de la Côte d'Ivoire) :

" Avoir un joueur comme Didier Drogba dans son équipe, titulaire ou remplaçant, ça change un match."

La question : Drogba doit-il débuter contre la Colombie ?

C’est le paradoxe de la prestation de Didier Drogba dimanche à Recife : tout en marquant les esprits et des points dans celui de son sélectionneur, il lui a aussi donné raison de lui réserver un rôle d’impact player en sortie de banc sur ce premier match du Mondial. Mais en une demi-heure, l’ex-star de Chelsea en a fait suffisamment pour mériter une place dans le onze titulaire contre la Colombie jeudi prochain. Attaquant de pointe au sens premier du terme, le natif d’Abidjan a fait parler son alliage de puissance et de technique. Sur son premier ballon, il a effacé en force toute la défense japonaise avant de servir Gervinho d’une subtile talonnade. Un résumé de ses qualités en une action.

Sans forcément toucher le ballon, sa simple présence focalise l’attention des adversaires et libère des espaces pour ses compères de l’attaque. Elle rassure aussi ses partenaires, à l’image d’un Serge Aurier libéré après son entrée en jeu. Autant d’arguments qui plaident en sa faveur, surtout que l’opposition colombienne devrait lui convenir parfaitement. Son expérience et son vécu au niveau international seront très utiles face aux Cafeteros. Sabri Lamouchi y est forcément préparé, il ne va parler (quasiment) que de Drogba dans les jours à venir. Son joueur, lui, a tout fait pour l’obliger à revoir ses plans.

Gervinho en pleine célébration avec Didier Drogba après son but contre le Japon (Mondial 2014)

Gervinho en pleine célébration avec Didier Drogba après son but contre le Japon (Mondial 2014)AFP

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313