Getty Images

Avec le coeur du champion, l'Allemagne a arraché la victoire à la dernière seconde contre la Suède

Avec le coeur du champion !

Le 23/06/2018 à 22:03Mis à jour Le 23/06/2018 à 22:28

COUPE DU MONDE - L'Allemagne est encore en vie ! Menée à la pause, réduite à dix en fin de match, la Mannschaft a évité le pire en arrachant la victoire contre la Suède samedi soir (2-1), grâce à un superbe coup franc de Toni Kroos au bout du temps additionnel (90e+5). Avec ce succès incroyable, les champions du monde en titre relancent totalement le suspense dans un groupe F où rien n'est joué.

Il ne faut jamais enterrer l'Allemagne. Même au bout du temps additionnel. Moment choisi par Toni Kroos pour expédier le ballon dans la lucarne et permettre à la Mannschaft de renverser la Suède vendredi soir à Sotchi (2-1). Menés au score sur un but d'Ola Toivonen et virtuellement éliminés à la mi-temps, réduits à dix en fin de match après l'expulsion de Jérôme Boateng, malheureux sur un poteau de Julian Brandt qui semblait mettre fin à leurs espoirs de victoire, les champions du monde en titre n'ont jamais lâché. Et cette éternelle Allemagne est allée chercher ce succès qui la relance totalement dans la course à la qualification, dans un groupe F dominé par le Mexique mais où rien n'est encore joué pour la qualification.

Les Allemands sont passés par tous les états. Toni Kroos en premier. Le milieu du Real a d'abord plombé son équipe avec une relance manquée à l'origine du but suédois inscrit, avec beaucoup de classe et un brin de réussite, par l'attaquant toulousain Ola Toivonen (0-1, 32e). Kroos n'aura pas à ruminer cette erreur. Sur un dernier coup franc joué à deux avec Marco Reus, il a effacé toute sa frustration, et celle de toute l'Allemagne par la même occasion, d'une merveille de frappe enveloppée dans la lucarne du but suédois (2-1, 90e+5).

Un grand Neuer

Une issue inespérée pour l'Allemagne. Elle s'est longtemps vue subir cette malédiction qui frappe la majorité des champions du monde en titre sortis dès le premier tour au XXIe siècle. La Suède a parfaitement joué le coup en exploitant le manque toujours évident de rigueur défensive allemande. Mais pas assez. Guère aidée par l'arbitrage sur deux interventions douteuses de Thomas Müller (6e) et Jérôme Boateng (13e), elle a surtout buté sur un grand Manuel Neuer au moment de faire le break avant la pause (45e+1) ou de tuer le match en fin de rencontre (76e, 83e).

Non, l'Allemagne n'a pas été souveraine, à l'image de l'expulsion de Boateng pour l'ensemble de son œuvre (82e). Mais elle a tout donné pour se montrer digne de son rang. Surtout après la reprise, avec un Timo Werner devenu insaisissable sur le côté gauche et à l'origine de l'égalisation, du genou, de Marco Reus (1-1, 48e). La Mannschaft a fait le siège du but suédois. Elle est tombée sur un énorme Olsen (40e, 56e, 88e). Elle a touché le poteau (90e+3). Elle semblait condamnée à se contenter d'un nul qui l'aurait laissée dans une situation précaire. Et c'est le moment qu'elle a choisi pour faire ce qu'elle fait le mieux : gagner.

0
0