Getty Images

Benjamin Pavard, six sélections, de l'aplomb et une titularisation qui se précise

Pavard, six sélections, de l'aplomb et une titularisation qui se précise

Le 14/06/2018 à 07:57Mis à jour Le 14/06/2018 à 10:20

COUPE DU MONDE – En sept mois, Benjamin Pavard est passé du statut d'énorme surprise dans la liste de Didier Deschamps à celui de titulaire en puissance pour le premier match de la Coupe du monde. Grâce à solides performances et à l'incertitude qui plane au-dessus de Djibril Sidibé.

Six sélections, une moyenne de 6 aux notes d'Eurosport, une passe décisive et une facilité bluffante. L'histoire de Benjamin Pavard en équipe de France est toute fraîche mais déjà riche. A 22 ans, il a découvert un nouveau monde mais s'y sent déjà bien à l'aise. La surprise du mois de novembre, devenue certitude en mai, pourrait bien devenir incontournable dès juin. Ses solides prestations en Bleu ont largement justifié le choix de Didier Deschamps, et le bulletin de santé très incertain de Djibril Sidibé l'a fait basculer du côté des titulaires pour l'ouverture des festivités samedi face à l'Australie.

Vidéo - Pavard et Hernandez, partis pour durer ?

01:23

C'est en tout cas le sens de l'opposition à huis clos de mercredi. Benjamin Pavard évoluait aux côtés de Varane et derrière Kylian Mbappé. Si le sélectionneur s'en tient à cette mise en place comme c'est si souvent le cas, Pavard occupera le côté droit à Kazan. Une trajectoire qui n'étonne pas René Girard, celui qui l'a lancé chez les professionnels à Lille : "Il répond parfaitement à tout ce qu'on lui demande", nous a confié l'ancien coach du LOSC. "Le match amical contre les Etats-Unis était une occasion pour Didier Deschamps de donner des garanties sur Djibril Sidibé et Benjamin Mendy. Au final, ce sont les deux remplaçants qui se sont révélés."

Girard : "Benjamin a de l'avance sur Djibril dans la rigueur défensive"

Dans l'entretien qu'il nous a accordé la semaine dernière, le défenseur de Stuttgart se fixait un objectif clair, "titiller Sidibé" : "D'être là, c'est énorme. Mon but, c'est de gratter le plus de minutes possibles." Le match d'ouverture de l'équipe de France devrait le combler. Bien avant la rechute de Sidibé, privé d'entraînement collectif lundi et mardi à cause d'un genou de nouveau gonflé, Pavard avait instauré un vrai débat.

Car le profil des deux hommes offre des solutions différentes. Girard, qui a connu les deux hommes à Lille quand le plus jeune était doublure de l'actuel Monégasque, dissèque : "Benjamin a de l'avance dans la rigueur défensive mais il a moins de possibilités dans la multiplication des allers-retours, il est moins généreux. Djibril a bien travaillé depuis Lille sur le replacement et l'aspect défensif mais c'est plus naturel pour Benjamin."

Avec une passe décisive pour Kylian Mbappé et un centre parfait pour l'attaquant du PSG contre l'Italie, le Nordiste a prouvé qu'il n'était pas maladroit dans la moitié de terrain adverse. Des facilités qui rappellent des souvenirs à Girard : "Quand je l'ai connu, il était en réserve", se souvient-il. "Soumaoro et Sidibé se blessent et je fais appel à lui. Son assurance m'a frappé. Il arrivait comme un cheveu sur la soupe mais jouait comme s'il avait toujours été là. Je l'alignais sans arrière-pensée et il me le rendait avec aplomb et maturité." Un schéma sur le point de se reproduire en sélection.

Vidéo - Pavard : "Je voulais être dans les 30"

00:47
0
0