Eurosport

Coupe du monde 2018 - L'Arabie Saoudite, un Petit Poucet capable d'une royale surprise ?

L'Arabie Saoudite, un Petit Poucet capable d'une royale surprise ?

Le 13/06/2018 à 22:53Mis à jour Le 14/06/2018 à 12:10

COUPE DU MONDE - L'Arabie Saoudite a connu une préparation pour le Mondial russe chaotique en changeant deux fois d'entraîneur depuis sa qualification. Son parcours, sa star, son sélectionneur, ses ambitions.

Le profil de l'Arabie Saoudite

Palmarès : Vainqueur de la Coupe d'Asie des Nations en 1984, 1988 et 1996

Classement Fifa : 66e

Son parcours en qualification

Les Saoudiens ont débuté leur campagne de qualification en juin 2015. Ils ont d'abord dominé un groupe qui comprenait les Émirats arabes unis, la Palestine, la Malaisie et le Timor Oriental en décrochant 6 victoire et 2 matches nuls. Les "Faucons Verts" ont ensuite fini deuxièmes d'un autre groupe dominé par le Japon et ont devancé de justesse l'Australie à la différence de buts pour obtenir un billet direct vers la Russie.

Australia and Saudi Arabia line up during the 2018 FIFA World Cup Qualifier match

Australia and Saudi Arabia line up during the 2018 FIFA World Cup Qualifier matchGetty Images

Le onze type

Al-Mayouf - Al-Shahrani, Hawsawi, Hawsawi, Al-Harbi - Otayf, Al-Shehri, Al-Abid, Al-Faraj, Al-Muwallad - Al-Sahlawi

Saudi Arabia players

Saudi Arabia playersGetty Images

La star

Mohammed Al-Sahlawi sera l'avant-centre titulaire des Saoudiens en Russie. Il évolue à Al-Nassr dans le championnat national et a marqué 102 buts en 174 matches depuis son arrivée en 2009. Après des débuts timides en sélection à partir de 2010, il se montre très efficace depuis 2015. Le joueur de 31 ans a signé 14 buts en qualification est allé se perfectionner en s'entraînant avec Manchester United.

Mohammad Al-Sahlawi (Saudi Arabia)

Mohammad Al-Sahlawi (Saudi Arabia)Getty Images

Le jeune à suivre

Avec leur moyenne d'âge de 29 ans, les Faucons Verts ne laisseront pas beaucoup de place aux jeunes durant le Mondial. Peu importe pour Fahad Al-Muwallad qui a déjà fait la sienne et est devenu titulaire. L'ailier droit de poche (1,67m) s'est mis en valeur durant les éliminatoires et a pu aller s'aguerrir en prêt du côté de Levante depuis janvier dernier. A 23 ans, Al-Muwallad compte déjà plus de quarante sélections et une dizaine de but en équipe nationale. Sa vitesse et ses dribbles devraient faire quelques dégâts dans le groupe A.

Al Muwallad, Vermaelen - Belgium-Saudi Arabia - international friendly match 2018 -

Al Muwallad, Vermaelen - Belgium-Saudi Arabia - international friendly match 2018 - Imago

Le sélectionneur

Juan Antonio Pizzi a vite su rebondir et doit faire attention à son poste. L'ancien international espagnol n'a pas réussi à qualifier le Chili, qu'il dirigeait depuis 2016, pour le Mondial mais il a été appelé par la fédération saoudienne pour prendre en mains les Faucons Verts en novembre dernier. C'est le Néerlandais Bert van Marwijk qui était sélectionneur durant la campagne de qualification mais il a quitté son poste en septembre 2017 en raison d'un désaccord sur sa prolongation de contrat. L'Argentin Edgardo Bauza a pris le relais puis a été limogé après deux défaites en matches amicaux.

Pizzi, entrenando al San Lorenzo de Almagro

Pizzi, entrenando al San Lorenzo de AlmagroImago

Son histoire en Coupe du monde

L'Arabie Saoudite a déjà disputé quatre phases finales. La toute première date de 1994 aux Etats-Unis où elle avait atteint les huitièmes de finale avant de s'incliner devant la Suède. Lors de ses trois autres participations en 1998, 2002 et 2006, elle n'a pas remporté un seul match et a été éliminée dès le premier tour.

Saudi Arabia forward Sami al- Jaber celebrates scoring against Tunisia in their first round Group H World Cup football match at Munich's World Cup Stadium, 14 June 2006. The match ended in a 2-2 draw

Saudi Arabia forward Sami al- Jaber celebrates scoring against Tunisia in their first round Group H World Cup football match at Munich's World Cup Stadium, 14 June 2006. The match ended in a 2-2 drawAFP

Pourquoi cette Coupe du monde sera la bonne

L'Arabie Saoudite apparait comme la plus faible équipe du Mondial mais elle fait partie du groupe le moins relevé et peut croire en ses chances. Si l'Uruguay devrait sortir de la poule sans trop de dommage, les Saoudiens pourraient réussir à tirer leur épingle du jeu face à une Russie moribonde et à une Egypte très dépendante d'un Mohamed Salah potentiellement diminué.

Omar Othman, Verdi, Belotti, Italia - Italy-Saudi Arabia - International friendly match 2018 - Getty Images

Omar Othman, Verdi, Belotti, Italia - Italy-Saudi Arabia - International friendly match 2018 - Getty ImagesGetty Images

Son progamme dans le groupe A

14 juin : Russie - Arabie Saoudite (Moscou)

20 juin : Uruguay - Arabie Saouduite (Rostov)

25 juin : Arabie Saoudite - Egypte (Volgograd)

0
0