Eurosport

Coupe du monde 2018 - Le Maroc animé par la volonté de créer la surprise

Le Maroc animé par la volonté de créer la surprise

Le 12/06/2018 à 22:41

COUPE DU MONDE - Après 20 ans d'absence, le Maroc est de retour au Mondial. Il évoluera dans un groupe compliqué avec deux favoris au titre final que sont l'Espagne et le Portugal. Son parcours en qualification, sa star, son sélectionneur, ses ambitions.

Le profil du Maroc

Palmarès : Vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 1978, Vainqueur du championnat d'Afrique des Nations en 2018

Classement Fifa : 42e

Son parcours en qualification

Le Maroc a créé une certaine surprise lors des qualifications à la Coupe du Monde. Après un deuxième tour sérieusement négocié face à la Guinée Equatoriale, les Lions de l'Atlas ont fini en tête d'un groupe relevé qui comprenait la Côte d'Ivoire, le Gabon et le Mali. Ils sont allés décrocher leur billet pour la Russie en s'imposant en Côte d'Ivoire lors de la dernière journée (0-2). Invaincus avec trois succès et trois nuls, ils ont bouclé les éliminatoires sans encaisser le moindre but, une statistique unique au sein de la zone Afrique. Grâce à cette solidité, les Marocains reviennent sur le devant de la scène mondiale, vingt ans après leur dernière participation à une Coupe du monde.

La déception de la Côte d'Ivoire et la joie du Maroc

La déception de la Côte d'Ivoire et la joie du MarocAFP

Le onze type

El Kajoui - Benatia (cap), Dirar, Saiss, Mendyl - El Ahmadi, Boussoufa, Amrabat - Ziyech, Belhanda, Boutaïb

La star

Si le Maroc s'est montré si imperméable durant les qualifications, c'est bien grâce à l'expérience de son capitaine Mehdi Benatia. Le défenseur central de 31 ans a été formé en France notamment à Marseille mais il n'a jamais joué en Ligue 1. C'est en Italie du côté de l'Udinese qui a révélé tout son potentiel. Ses performances remarquées ont convaincu l'AS Rome de le recruter en 2013 puis le Bayern Munich l'a enrôlé un an plus tard.

Mehdi Benatia, Marocco, Getty Images

Mehdi Benatia, Marocco, Getty ImagesGetty Images

Depuis l'été 2016, Benatia évolue à la Juventus où il a remporté deux titres de champion et encore gagné en maturité tactique. Combatif et à l'aise techniquement, il porte le maillot de l'équipe nationale depuis près de dix ans et fait office de valeur sûre.

Le jeune à suivre

Le Maroc compte plusieurs jeunes joueurs à fort potentiel dans ses rangs. Amine Harit apparait comme le plus prometteur d'entre eux. Agé de 20 ans, le milieu de terrain offensif a fait ses débuts à Nantes et a longtemps évolué dans les sélections de jeunes de la France avant de récemment choisir de représenter le Maroc. Transféré à Schalke 04 l'été dernier, Harit s'est rapidement adapté à la Bundesliga et son club a fini à la deuxième place du classement. Ses 3 buts et 7 passes décisives en 31 matches disputés cette saison lui ont même valu le titre de "rookie" de l'année et il entend bien continuer sur sa lancée en Russie.

Morocco's Amine Harit (L) vies with Ukraine's midfielder Marlos Romero Bonfim

Morocco's Amine Harit (L) vies with Ukraine's midfielder Marlos Romero BonfimGetty Images

Le sélectionneur

Hervé Renard connait encore le succès avec une équipe africaine. Le Français s'était fait un nom en remportant la CAN 2012 avec la surprenante Zambie, il a récidivé avec la Côte d'Ivoire en 2015. Alors que ses expériences en France comme entraîneur de Sochaux puis de Lille ont été mitigées, il a su relancer le Maroc depuis sa nomination en février 2016 en sachant intégrer de jeunes joueurs. Le technicien de 49 ans a permis aux Lions de l'Atlas de réaliser une CAN 2017 très encourageante puis de négocier proprement les qualifications pour le Mondial russe qui sera le premier de sa carrière.

Hervé Renard durante un partido de Marruecos

Hervé Renard durante un partido de MarruecosGetty Images

Son histoire en Coupe du monde

Le Maroc arrive à la Coupe du monde 2018 après 20 ans sans participer à une phase finale. En 1998 en France, les Lions de l'Atlas étaient tombés au premier tour. Après un match nul contre la Norvège (2-2), une large défaite devant le Brésil (0-3) et une nette victoire sur l'Écosse (3-0), ils avaient loupé les hutièmes de finale à cause d'une différence de but en leur défaveur. Ils n'ont pas su confirmer ensuite.

Pourquoi cette Coupe du monde sera la bonne

Après une aussi longue période de disette, le Maroc est déjà ravi de prendre part à la fête en Russie. Les Lions de l'Atlas rêvent tout de même désormais de franchir la phase de groupe ce qui ne sera pas aisé face à l'Espagne et au Portugal. Grâce à leur groupe solidaire, leur rigueur défensive et leurs jeunes talents, les hommes d'Hervé Renard ont tout à gagner et doivent profiter de leur premier match contre l'Iran pour bien lancer leur compétition.

Mehdi Benatia, Manuel da Costa, Morocco

Mehdi Benatia, Manuel da Costa, MoroccoGetty Images

Son programme dans le groupe B

15 juin : Maroc - Iran (Saint-Pétersbourg)

20 juin : Maroc - Portugal (Moscou)

25 juin : Maroc - Espagne (Kaliningrad)

0
0