Eurosport

Coupe du monde 2018 - La Suisse pour faire sauter la banque

La Suisse pour faire sauter la banque

Le 10/06/2018 à 01:21Mis à jour Le 10/06/2018 à 01:45

COUPE DU MONDE - La Suisse n'a pas arraché son billet pour la Russie pour y faire de la figuration. Grâce à sa rigueur et à son expérience, elle compte bien tirer son épingle du jeu. Son parcours en qualification, sa star, son sélectionneur, ses ambitions.

Le profil de la Suisse

Palmarès : Argent aux Jeux Olympiques (1924, Paris)

Classement Fifa : 6e

Son parcours en qualification

La Suisse est passée par un trou de souris pour décrocher sa place en Russie. Deuxième du groupe B des éliminatoires derrière le Portugal (même nombre de points mais moins bonne différence de buts), elle a dû disputer un barrage ultra-serré contre l'Irlande du Nord avec un match aller remporté 1-0 à Belfast grâce à un penalty controversé mais transformé par Ricardo Rodriguez et un match nul 0-0 à Bâle trois jours plus tard avec un sauvetage sur sa ligne du même Rodriguez.

Ricardo Rodriguez marque avec la Suisse contre l'Irlande du Nord en barrage aller

Ricardo Rodriguez marque avec la Suisse contre l'Irlande du Nord en barrage allerGetty Images

Le onze type

Sommer - Lichtsteiner, Schär, Djourou, Rodriguez - G. Fernandes, G. Xhaka - Shaqiri, Dzemaili, Behrami - Seferovic

La star

Granit Xhaka, 25 ans qui a quitté le Borussia Moenchengladbach pour Arsenal à l'été 2016 contre 40 millions d'euros. Le talentueux gaucher est le pivot de l'entrejeu de la Nati même s'il n'a pas répondu à toutes les attentes chez les Gunners. Après une saison en demi-teinte avec le club londonien, Xhaka aura l'occasion de se racheter en Russie en permettant à la Suisse de réaliser un joli parcours.

Le maillot déchiré de Granit Xhaka lors de France-Suisse à l'Euro 2016.

Le maillot déchiré de Granit Xhaka lors de France-Suisse à l'Euro 2016.AFP

Le jeune à suivre

Manuel Akanji évolue comme défenseur central au Borussia Dortmund. Malgré ses 22 ans, Petkovic lui a fait confiance pour disputer les barrages contre l'Irlande du Nord. Transféré du FC Bâle à Dortmund contre 21 millions d'euros l'hiver dernier, il est programmé pour incarner la relève au sein de l'arrière-garde helvétique. Avec Nico Elvedi, joueur de Mönchengladbach âgé de 21 ans, Akanji doit former une alternative crédible à l'actuelle charnière centrale composée de Fabian Schär et Johan Djourou.

Manuel Akanji

Manuel AkanjiGetty Images

Le sélectionneur

Vladimir Petkovic s'est fait connaître sur le banc de la Lazio avec laquelle il a remporté une Coupe d'Italie en 2013. Après son expérience romaine, le technicien d'origine bosniaque âgé de 53 ans a succédé à Ottmar Hitzfeld à la tête équipe nationale. Le bilan de ses quatre premières années de sélectionneur : un huitième de finale à l'Euro 2016 (défaite aux tirs au but contre la Pologne) et une qualification pour le Mondial en Russie en passant par les barrages.

Vladimir Petkovic, le sélectionneur de la Suisse

Vladimir Petkovic, le sélectionneur de la SuissePanoramic

Son histoire en Coupe du monde

La Suisse participera à sa onzième phase finale de Coupe du monde, la quatrième d'affilée. Il y a quatre ans, la Nati d'Ottmar Hitzfeld avait pris la deuxième place de son groupe derrière la France, puis chuté en prolongation en huitième de finale devant l'Argentine d'Angel Di Maria et Leo Messi. Ses présences en quarts de finale en 1934, 1938 et 1954 restent ses meilleurs résultats.

Lionel Messi (Argentine) entouré de joueurs de la Suisse en huitième de finale du Mondial

Lionel Messi (Argentine) entouré de joueurs de la Suisse en huitième de finale du MondialAFP

Pourquoi cette Coupe du Monde sera la bonne

La compacité et l'organisation collective restent les prérogatives de la Suisse de "Vlado" Petkovic, qui n'est pas appelé le Docteur des bancs de touche par hasard. Malgré l'absence de star incontestée (le talentueux Xherdan Shaqiri manque de régularité), la Nati reste une équipe difficile à affronter. Elle excelle dans l'art de faire déjouer son adversaire. Derrière le Brésil, tout est possible dans un groupe E très ouvert et les Helvètes possèdent l'expérience et le réalisme nécessaires pour franchir le premier tour.

Breel Embolo et Haris Seferovic (Suisse)

Breel Embolo et Haris Seferovic (Suisse)Getty Images

Son programme dans le groupe E

17 juin : Brésil - Suisse (Rostov)

22 juin : Serbie - Suisse (Kaliningrad)

27 juin : Suisse - Costa Rica (Nijni Novgorod)

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0