Imago

Karl-Heinz Rummenigge : "La fédération allemande est remplie d'amateurs"

Rummenigge : "La fédération allemande est remplie d'amateurs"
Par AFP

Le 20/07/2018 à 15:31Mis à jour Le 20/07/2018 à 15:32

Le patron du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge s'en est pris aux dirigeants de la Fédération allemande de football (DFB), qu'il a qualifié vendredi d'"amateurs" après le Mondial 2018 désastreux de la Mannschaft, championne du monde en titre et éliminée dès le premier tour.

"Pour moi, il y a clairement un manque de gestion professionnelle dans une situation de crise", a déclaré Karl-Heinz Rummenigge, au sujet de la Fédération allemande de football (DFB), suite au fiasco de la Mannschaft lors de la Coupe du monde (éliminée au 1er tour). "En même temps, je ne suis pas surpris, étant donné que la DFB est remplie d'amateurs", a ajouté le président du directoire du géant bavarois, sans toutefois réclamer la démission du président de la Fédération Reinhard Grindel.

Défenseur de Löw et d'Özil

Rummenigge, ancien international, a en revanche rendu hommage au sélectionneur allemand Joachim Löw, soulignant sa contribution depuis son entrée en fonctions en 2006. "Il a fait un travail remarquable en 12 ans, il a été sept fois en demi-finale (six, ndlr : Euro 2008, 2012 et 2016 ; Mondial 2010, 2014 ; Coupe des confédérations 2017), il est devenu champion du monde, on est plus qu'obligé d'être reconnaissant vis-à-vis de quelqu'un comme ça", a-t-il expliqué.

L'ancienne gloire du football allemand a également pris la défense du milieu de terrain d'Arsenal, l'international Mesut Özil, très critiqué avant la Coupe du monde pour avoir pris, avec son coéquipier Ilkay Gündogan, une photo avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. Les critiques avaient redoublé après l'élimination de la Mannschaft dès les matches de poule du Mondial 2018 en Russie. Grindel, comme Oliver Bierhoff, le manager de la Mannschaft, avaient également pris Özil pour cible. L'histoire de la photo avec Erdogan "n'a évidemment pas été bien gérée mais de là à faire d'Özil un bouc émissaire exclusif : désolé, mais c'est largement exagéré", a estimé Rummenigge.

Mesut Özil et Oliver Bierhoff, lors du Mondial 2018

Mesut Özil et Oliver Bierhoff, lors du Mondial 2018Getty Images

0
0