Le jeu : Le néant

La moitié des joueurs de champ remplacés et un nouveau gardien : pour aller chercher la première place du groupe, Didier Deschamps avait vu plus loin que le Danemark et, d'une certaine manière, souhaité préparer le huitième de finale en mettant certains joueurs sous cloche et en tenant d'en (re)lancer d'autres. Organisés en 4-2-3-1, les Bleus ont démarré piano, continué piano et fini piano. Cet attelage occasionnel avec six changements post-Pérou a eu le ballon, beaucoup (62% de possession), mais n'en a pas fait grand-chose de bien. Les Bleus ont rejoué France - Équateur 2014 et France - Suisse 2016. En pire. C'est dire…
Coupe du monde
Une première place sans saveur
26/06/2018 À 15:51

Les joueurs : Griezmann, ça va très mal…

Il y a bien eu ce raid juste avant la mi-temps, illicitement stoppé par Mathias Jorgensen. Et puis, pas grand-chose d'autre. Voire rien du tout. Le tournoi d'Antoine Griezmann n'a toujours pas débuté. Ou mal. Le Français ne fait pas les bons choix et semble, globalement, manquer de tonus. C'est le cas depuis le début de ce Mondial et, maintenant, ça devient vraiment inquiétant.
Parmi les "coiffeurs" alignés, pas de révolution. Djibril Sidibé est néanmoins celui qui a fait la "meilleure" impression : le latéral droit de Monaco a montré qu'il était un recours. A défaut d'être une solution. Thomas Lemar a sans doute laissé passer sa chance. S'il s'est appliqué sur les (rares) coups de pied arrêtés qu'il a eu à tirer, le nouveau Colchonero n'a absolument pas pesé. Moins qu'Ousmane Dembélé, qui a tenté de donner du goût à la bouillie bleue. Mais sans trouver la recette.

Antoine Griezmann

Crédit: Getty Images

Le facteur X : Fekir ? Même pas…

On n'était pas loin d'y croire quand il a remplacé le fantomatique Griezmann à la 67e minute de jeu. Mais non, le Nabil Fekir en jambes, qui brille lors des oppositions face aux jeunes du Spartak et lors des entrainements, s'est mis au diapason des copains. Il y a bien eu cette frappe à la 70e puis celle, plus dangereuse, de la 82e minute… Mais c'est tout.

La stat : 1

Une fois. Une petite fois seulement, l'équipe de France a conclu le premier tour d'une Coupe du monde en réalisant un sans-faute. C'était il y a vingt ans et les Bleus, cette fois-là, avaient battu le Danemark avec une équipe de "coiffeurs". Pour la deuxième fois de suite en Coupe du monde (la troisième si l'on compte l'Euro 2016), les hommes de Didier Deschamps réussissent un 7/9 avec trois 0-0 pour conclure le premier tour.

Le tweet : Une histoire de coiffure, évidemment

La décla : Didier Deschamps

On a fait plus qu'eux. Ils ne viennent pas, on ne va pas non plus aller les chercher s'ils ne veulent qu'un point. Il n'y avait pas de risque outre mesure à prendre non plus.

La question : Y a-t-il un joueur qui a marqué des points mardi au Loujniki ?

On aurait pu se demander si l'on a assisté au pire match du Mondial. Mais la réponse aurait tenu en un mot : oui. D'ailleurs, les quelques 78 000 spectateurs massés dans les tribunes moscovites l'ont bruyamment fait savoir aux "acteurs" de ce triste France - Danemark… Du coup, on a préféré se pencher sur l'autre intérêt de ce match et les cas individuels de ceux qui avaient été choisis par Didier Deschamps pour en découdre face aux Danois. D'un point de vue comptable, ils ont pris le point qu'il fallait aller chercher. Mais pour le reste…
On le savait avant même de les voir gambader sur le pré du Loujniki : modifier une hiérarchie lors du troisième match du premier tour, quand l'essentiel est acquis et que l'idée directrice est avant tout de laisser les cadres recharger leurs batteries, n'est pas une mince affaire. C'est extrêmement rare et il est possible que ça le reste jusqu'à l'Euro 2020 pour cette équipe de France. Mardi après-midi, sur la pelouse moscovite, aucun des entrants n'a réussi son coup. Pire que ça, les "coiffeurs" ont sans doute accru le fossé qui existe entre les titulaires et eux. Avec, pour DD, un problème qui pointait le bout de son nez mais qui est désormais réel : peut-on sauver le soldat Griezmann ?
https://i.eurosport.com/2018/06/26/2361897.jpg
Equipe de France
Zidane ne ferme pas la porte au PSG... mais vise surtout les Bleus
23/06/2022 À 06:28
Euro 2020
Mbappé reprend Le Graët : "Il considérait qu’il n'y avait pas eu de racisme après l'Euro"
19/06/2022 À 13:22