AFP

"La France n'est pas la meilleure équipe du monde à cette heure, mais…"

"La France n'est pas la meilleure équipe du monde à cette heure, mais…"

Le 14/06/2018 à 11:01Mis à jour Le 14/06/2018 à 13:25

COUPE DU MONDE 2018 - Noël Le Graët a donné jeudi sa traditionnelle conférence de presse d'avant-tournoi. Le président de la FFF a rappelé l'objectif des Bleus : une demi-finale. Mais aussi fait le point sur l'actualité de son équipe, notamment sur l'état de forme de chacun. Et l’avenir de son sélectionneur, conforté à son poste quoi qu’il advienne en Russie.

Dans son rôle de président, Noël Le Graët a assuré le service d'avant-Coupe du monde, jeudi à Istra. Quelques heures avant le décollage des Bleus pour Kazan, le patron de la FFF a fait le tour des sujets du moment. Et rappelé que l'équipe de France n'était pas là pour faire de la figuration : "Je pense avoir dit à plusieurs reprises que la France est en progrès. Ce n'est pas la meilleure équipe du monde à cette heure mais cette équipe progresse, elle est jeune. L'objectif est le dernier carré pour nous. On a des qualités techniques au-dessus de la moyenne, j'espère qu'on pourra atteindre ce dernier carré. On n'a pas grand-chose à envier aux autres équipes."

Les favoris du président ? Dans le désordre, l'Allemagne, l'Espagne, le Brésil, voire l'Angleterre, selon ses dires. Mais, une chose est sûre, la France n’a pas à jalouser les qualités de chacune. Même si elle présente la sélection la plus jeune du Mondial, avec le Nigeria. "Quand on regarde les joueurs, on peut se dire que la formation française est bonne, se réjouit-il. Quand on voit Mbappé, difficile de croire qu'il a 19 ans. C'est un bon mix."

Vidéo - Un journaliste provoque un fou rire général pendant la conférence de Griezmann

00:29
" Sidibé, on a jusqu'à demain midi..."

Bref, tout va pour le mieux. Même au niveau médical. A un petit détail près : Djibril Sibidé. Comment va-t-il ? "Djibril Sidibé était en bonne santé ce matin. Il est présent, on a jusqu'à demain midi", a-t-il poliment éludé. Le latéral monegasque a en tout cas pris part à l'entraînement collectif mercredi tout comme Samuel Umtiti, lui aussi touché au genou, mais qui "va très bien" selon Le Graët.

Il s'est montré un peu plus prolixe sur les primes pour rappeler que la négociation n'avait plus lieu d'être. Si Blaise Matuidi, Hugo Lloris et Raphaël Varane sont ses relais sur le sujet, il n'y pas eu de calcul d'épicier. "J'ai mis au point quelque chose de très simple. La FIFA nous donne un budget, les joueurs ont 30% de ce budget, il n'y a plus de négociation".

Tout le monde est sur la même ligne. Comme NLG l'est avec son sélectionneur, qu'il a plus que conforté à deux jours de l’entrée en lice des Bleus. Deschamps a un contrat jusqu'en 2020. L'honorera-t-il quoi qu'il advienne ? "Absolument. Il faut être clair par rapport à ce que l'on fait. Un entraîneur doit être sécurisé dans une compétition comme celle-là. Il n'a dans son contrat aucune ligne négative, il est sous contrat jusqu'en 2020 et j'entends à ce qu'il soit en poste jusqu'à cette date." A l'arrivée, tout va bien dans le meilleur des mondes. Même son petit souci de lundi, lorsqu'il est resté à la porte du camp de base des Bleus est oublié. "Didier a raconté à sa manière cette histoire, il est expert pour gagner du temps. Il manquait un petit macaron sur la voiture du chauffeur. On a réglé ça rapidement." La Coupe du monde peut commencer.

Vidéo - "Deschamps semble préparer une petite révolution contre l'Australie"

00:55
0
0