Getty Images

Le "wine-tour" américain contre la marée Oranje

Le "wine-tour" américain contre la marée Oranje
Par AFP

Le 04/07/2019 à 21:30

COUPE DU MONDE - La finale entre les Etats-Unis et les Pays-Bas (17h) se jouera sur le terrain bien évidement, mais également dans les tribunes du Groupama Stadium.

D'un côté les cohortes d'Américains, passionnés de longue date du "soccer" féminin, de l'autre les néo-convertis néerlandais et leur défilé Oranje : la finale du Mondial s'annonce rythmée en tribunes dimanche (17h00), avec deux équipes largement soutenues depuis le début du tournoi, par deux publics différents.

Le "wine-tour" américain

En centre-ville de Lyon, on entend parler anglais partout ou presque. Avec l'accent américain. C'est que le "soccer" féminin est une tradition de longue date aux Etats-Unis, où sa vitalité vient notamment du système universitaire et ses programmes sportifs réservés aux étudiantes. Le championnat nord-américain est le seul à remplir régulièrement des stades pour des matches de football féminin. "A Portland, qui est un gros club, on jouait devant 18.000 spectateurs à chaque match", racontait à l'AFP la capitaine française Amandine Henry qui a tenté l'aventure américaine en 2016-2017.

"Les Américains sont aussi des grands fans de leur équipe nationale. Historiquement, c'est une des premières équipes féminines à connaître autant de succès (avec les basketteuses) et une des premières disciplines à avoir créé une ligue professionnelle chez les femmes", explique Calvin, originaire d'Atlanta, en Géorgie, et arrivé à Lyon lundi avec sa petite famille.

Alex Morgan - USA - Women's World Cup

Alex Morgan - USA - Women's World CupGetty Images

Depuis le début de Mondial, 156.191 billets ont été écoulés auprès du public américain, soit 15% des places au total. Bien sûr, à domicile, les Français font largement mieux (826.685 billets), mais la "Team USA", triple championne du monde et quadruple médaillée d'Or aux JO, distance largement les autres nations. Familial, le public américain appartient principalement aux CSP+. "Le soccer féminin est une pratique sportive appréciée des classes moyennes et supérieures américaines, ce qui se retrouve dans le public présent à Lyon, massivement blanc et privilégié", estime le sociologue Nicolas Hourcade.

A Lyon, les Américains sont souvent installés dans des hôtels cossus, visitent les traboules, ces passages typiques du vieux-Lyon, et s'offrent un "wine tour" dans le Beaujolais ou en Côte-rôtie. Calvin, son épouse et leur fils Adrian, 12 ans, ont "adoré" le musée des Confluences, son architecture originale et ses expositions consacrées à l'histoire naturelle ou l'anthropologie.

Le déclic Oranje

Aux Pays-Bas, l'engouement autour de la sélection féminine est bien plus récent. Il date de la victoire à l'Euro-2017, à domicile, un déclic. "Je crois que ce potentiel du football féminin existait mais il n'y avait pas encore les infrastructures", a décrit la sélectionneuse Sarina Wiegman mercredi. "Les joueuses ont beaucoup progressé ces dernières années grâce aux compétitions internationales et aux transferts dans les clubs européens".

Et les supporters, aux couleurs de leur pays des pieds à la tête, s'en donnent à coeur joie, comme à Valenciennes, où les habitants se souviendront longtemps de la parade Oranje dans les rues de la ville. L'affluence au stade était moins importante pour l'inattendue demi-finale contre la Suède à Lyon, mais la télévision néerlandaise a signé un nouveau record pour du foot féminin: 5 millions de téléspectateurs, dans un pays de 17 millions d'habitants.

Jackie Groenen (Pays-Bas)

Jackie Groenen (Pays-Bas)Getty Images

Les journaux locaux consacrent leur Une à la buteuse Jackie Groenen et sa joie communicative, comme le Telegraaf qui savoure la "FINALE!", pendant que l'Algemeen Dagblad célèbre une performance "HISTORIQUE", avec cette première qualification en finale de Coupe du monde. Pendant le Mondial, 30.759 billets ont été écoulés auprès du public néerlandais, selon les chiffres du comité d'organisation, en date du 1er juillet.

L'AFP a rencontré des supportrices au camping des Plages de l'Ain, à côté de Lyon et du stade. "On s'est décidé pour ce Mondial en 2017, lorsque nos joueuses ont gagné l'Euro. Ca ne fait que quelques années qu'elles sont vraiment bonnes", lance l'une d'elles. "Qu'est-ce qui n'est pas orange sur moi ? Ben, mes sous-vêtements", rigole Christine Huizing, au pied de son van.

Pour Lyon, cette finale entre deux équipes très soutenues est une très bonne nouvelle. "Tous les hôtels sont complets et les commerces vont, je crois, se remettre un peu de la crise (il fait référence aux gilets jaunes, NDLR) qu'on a connue au cours des derniers mois. Pour eux, c'est un moment de satisfaction", assure le maire Gérard Collomb.

Pays-Bas supporters

Pays-Bas supportersGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0