Getty Images

"Un style et une identité ultraréalistes assez moches" : Ben Arfa tacle le jeu des Bleus

"Un style et une identité ultraréalistes assez moches" : Ben Arfa tacle le jeu des Bleus

Le 17/07/2018 à 09:18Mis à jour Le 17/07/2018 à 09:19

COUPE DU MONDE 2018 - Hatem Ben Arfa va à contre-courant. Alors que l'équipe de France a été sacrée championne du monde dimanche, le joueur, toujours sans club, a vivement critiqué le style de jeu de Didier Deschamps dans sa chronique pour France Football.

" Je sais que je vais choquer...."

"Je sais que je vais choquer en cette période de célébration nationale ou passer pour un rabat-joie, mais je m'en fiche et j'assume d'être celui non pas qui casse l'ambiance, mais qui essaie de voir un peu plus loin", poursuit-il. "Pour moi, ce serait dangereux de se cacher derrière cette deuxième étoile pour faire du jeu des Bleus une référence mondiale. On ne va pas se le cacher : le style et l'identité ultraréalistes des Français sont assez moches. Et je n'ai pas envie que ce style-là devienne désormais la norme dans les centres de formation ou les clubs, puisque l'on a souvent l'habitude d'essayer de copier le nouveau champion du monde", explique Ben Arfa.

"A la place de Deschamps, je partirais sur ce coup d'éclat"

Un avis tranché, donc. Pour appuyer ses propos, Hatem Ben Arfa prend l'exemple de quelques joueurs. "Les Bleus sont des spéculateurs qui misent avant tout sur l'erreur de leurs adversaires. Je ne peux pas non plus me résoudre à gagner ainsi avec des talents aussi inventifs que Griezmann, Fekir, Mbappé ou Dembélé. Je pense que c'est du gâchis", écrit l'ancien joueur du PSG, avant d'ajouter qu'il espère voir partir Deschamps après ce triomphe.

"Chapeau M. Deschamps ! Mais, maintenant, à sa place, je partirais sur ce coup d'éclat, un peu à l'image de Zizou avec le Real Madrid. Ce serait ensuite à son successeur de profiter du potentiel technique et de 'libérer' les talents pour avoir une identité de beau jeu à la française, comme les Brésiliens en ont une. Et pour qu'on ne prenne pas du plaisir que dans les résultats", conclut HBA.

Vidéo - 300 000 personnes pour une fête unique : les Champs-Elysées ont bien fêté leurs héros

02:49
0
0