Trois mille six cent soixante-dix-neuf kilomètres. Voilà la distance qui sépare Rome de Riyad à vol d’oiseau. Si l’Arabie saoudite et l’Italie sont géographiquement très éloignées, cela n’empêche pas les deux pays de songer très sérieusement à coorganiser la Coupe du monde de football en 2030. The Athletic révèle la surprenante information ce vendredi.
La version britannique de la publication sportive indique que le royaume du Golfe, conseillé par un cabinet de consulting américain, envisage deux options pour sa candidature : une première, commune avec le Maroc et l’Egypte, et une seconde, plus plausible, avec l’Italie. Mieux équipée, la Botte demanderait moins d’investissements lourds en infrastructures que les deux pays d’Afrique du Nord et offrirait davantage de garanties de succès commercial.
Coupe du monde
"Un impact direct et destructeur" : Le nouveau projet de coupe du monde inquiète les clubs européens
IL Y A 17 HEURES
Si les candidatures communes sont vues d’un bon œil par la FIFA pour alléger les coûts d’organisation d’un Mondial qui réunira 48 équipes à partir de 2026, la coalition italo-saoudienne a, de prime abord, de quoi surprendre. Dans les faits, les deux pays ont déjà opéré un rapprochement commercial, diplomatique et sportif ces dernières années. La Supercoupe d’Italie a par exemple été organisée en Arabie saoudite en 2018 et 2019 et le sera de nouveau début 2022.

Controverse inévitable

Aussi désireux de diversifier son économie qu’ambitieux, le premier exportateur mondial de pétrole a massivement investi dans le domaine du sport ces derniers mois. Le pays accueille ainsi le rallye Dakar depuis 2020 et verra son premier Grand Prix de Formule 1 national se disputer le 5 décembre prochain. L’organisation de la Coupe du monde aurait des allures de Graal pour un pays dont la fierté a été entamée par un autre Mondial, celui de 2022, après que son organisation a été confiée au voisin et rival qatarien.
Comme pour le Qatar, une candidature saoudienne, si elle était avérée, ne manquerait pas de déclencher la controverse. Monarchie absolue dont le droit est fondé sur la charia, l’Arabie saoudite est un régime autoritaire où le respect des droits de l’homme et des libertés est tout relatif. Le pays apparaît par exemple à une peu reluisante 170e place au classement mondial de la liberté de la presse 2021 établi par Reporters sans frontières. Seuls Cuba, le Laos, la Syrie, l’Iran, le Vietnam, Djibouti, la Chine, le Turkménistan, la Corée du Nord et l’Erythrée font pire. Mais ça, la FIFA a déjà démontré que ce n’était pas un écueil insurmontable pour gagner le droit d’accueillir les meilleures équipes nationales de la planète.
Coupe du monde
"Déçue par la méthodologie" : l'UEFA se lève elle aussi contre la Coupe du monde tous les deux ans
22/09/2021 À 15:49
Coupe du monde
La FIFA va consulter les fédérations fin septembre sur la Coupe du monde tous les deux ans
20/09/2021 À 10:09