Getty Images

Deux matches à huis clos pour l'Inter Milan à San Siro

L'Inter Milan écope de deux matches à huis clos
Par AFP

Le 27/12/2018 à 16:37Mis à jour Le 27/12/2018 à 19:02

Les cris racistes dont a été victime mercredi soir le défenseur franco-sénégalais de Naples Kalidou Koulibaly ont soulevé l'indignation en Italie et ont entraîné des sanctions rapides et plus sévères qu'à l'accoutumée, avec deux matches à huis clos infligés à l'Inter Milan.

Phénomène récurrent dans le football italien, les cris de singe qui ont visé Koulibaly au stade San Siro donnent rarement lieu à d'autres punitions que des amendes ou des fermetures de stade ou de tribunes avec sursis. Au lendemain des cris racistes à l'encontre du défenseur en marge de la rencontre Inter Milan-Naples à San Siro, l'instance disciplinaire de la Ligue italienne a été rapide et ferme, infligeant à l'Inter deux matches à huis clos à San Siro. Dans son communiqué, l'instance disciplinaire de la Ligue mentionne des "chants offensants à caractère raciste (...) envers Kalidou Koulibaly", mais aussi des "chants insultants à caractère territorial" à l'encontre des supporters napolitains.

L'Inter Milan a également été sanctionné d'un huis clos partiel concernant seulement "le deuxième anneau vert", c'est-à-dire le Virage Nord, où sont installés les principaux groupes de supporters du club nerazzuro. Lors de ce match, remporté 1-0 par les locaux, Kalidou Koulibaly a été la cible de cris de singe à plusieurs reprises, notamment au moment de son expulsion pour un deuxième carton jaune.

Koulibaly suspendu deux matches

Le même communiqué précise que Kalidou Koulibaly sera lui-même suspendu deux matches après son expulsion mercredi. La première journée de suspension est liée à une accumulation de cartons jaunes. La deuxième est justifiée par la Ligue par "les applaudissements ironiques adressés au directeur de jeu". Le défenseur de Naples a été expulsé à un quart d'heure de la fin du match pour deux cartons jaunes reçus coup sur coup, le premier pour une faute sur Politano, le deuxième pour avoir applaudi l'arbitre. Le score était alors de 0-0 et Naples a finalement perdu sur le score de 1-0.

Ce jeudi en fin d'après-midi, le club de l'Inter Milan a diffusé un message de soutien à Kalidou Koulibaly sur son compte Twitter, pointant directement du doigt ses supporters et leurs chants racistes : "Depuis le 9 mars 1908, l'Inter signifie intégration, innovation et avenir. L'histoire de Milan est faite d'hospitalité. Avec notre ville, nous luttons pour un avenir sans discrimination. Qui ne comprend pas notre histoire n'est pas avec nous."

Les choses pourraient donc changer cette fois et la préfecture de police de Florence a déjà interdit la venue des supporters de l'Inter samedi à Empoli, pour le dernier match avant la trêve. Les événements de San Siro ont également été condamnés par des responsables politiques et sportifs italiens, comme le maire de Milan Giuseppe Sala, qui a déclaré avoir eu "honte" et a demandé "pardon" à Koulibaly au nom de sa ville.

0
0