Pendant des années, ce fut l’un et pas l’autre. Puis, le temps d’un été, l’un et l’autre. Et puis, c’est redevenu l’un sans l’autre. Et on pensait même que l’on ne reverrait plus l’autre. L’autre, c’est évidemment Olivier Giroud. Loin des Bleus depuis la fin d’un Euro acrimonieux, le Milanais a retrouvé ses quartiers à Clairefontaine. Parce que Karim Benzema, cette fois, n’est pas là. Blessé au mollet droit il y a une semaine, le Madrilène a été forcé de renoncer. Et Didier Deschamps n’a pas hésité à rappeler Olivier Giroud, à l’occasion du premier rassemblement de l’année, à huit mois de la Coupe du monde. Un choix sportif, même s'il ne ressemble à aucun autre.
A l’issue de l’Euro et de l'élimination face à la Suisse (3-3, 4 tab à 5), DD n’avait pas mâché ses mots à l’encontre du deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus (46 buts). Son comportement, cristallisé par l’incident qui l’avait opposé à Mbappé après le match de préparation face à la Bulgarie et lié à son déclassement sportif, n’avait guère convenu au patron des Bleus, qui l'avait fait savoir à la France entière. Lundi, pour le grand retour des Bleus à Clairefontaine, Deschamps n’est pas revenu sur cette histoire. Mais il n’a pas manqué de préciser que le monde et le paysage avaient changé. Profondément. Et qu’il fallait l’accepter ainsi.
Equipe de France
Zidane ne ferme pas la porte au PSG... mais vise surtout les Bleus
23/06/2022 À 06:28
Face à la Côte d'Ivoire et l'Afrique du Sud, Deschamps n’attend rien d’exceptionnel de Giroud. Mais il en attend autre chose, et il a indirectement prévenu son joueur. “Il n’a pas à faire plus ni moins, il a fait partie de cette équipe de France qui a été très performante et elle l’a été aussi sans lui, a confié le sélectionneur national. C’est un joueur qui est resté sélectionnable, il fait partie des 23 là. Ne me demandez pas pour le futur. Evidemment, c’est lié à la blessure de Karim. Je ne vais pas avoir une attention particulière pour lui. Il fait partie d’un groupe qu’il connaît très bien.”

Il vient de dépasser Henry mais Benzema est-il le meilleur attaquant français de l'histoire ?

Peut-il se contenter de moins ?

Olivier sans Karim, ça a fonctionné. Karim sans Olivier, aussi. Giroud est-il donc condamné à ne plus jamais croiser la route du capitaine du Real en équipe nationale ? Parce qu’il y aurait incompatibilité entre les deux hommes ? Ce n’est pas la grille de lecture de Deschamps. “Ce n’est pas une question de relationnel, ce n’est pas Karim ou Olivier, ça va plus loin que ça”, a-t-il lancé. Avant de préciser le fond de sa pensée et d’illustrer une situation que DD a régulièrement tenté d’éviter, pour l’équilibre de son groupe.
"C’est toujours la grande difficulté d’avoir un joueur qui a un statut, qui l’a mérité… S’il n’a pas ce même statut et qu’il est toujours là, c’est difficile à vivre. Pour ne pas dire impossible. C’est humain, comprend Didier Deschamps. Quand on est habitué à avoir 100, si on doit se satisfaire de 40… Ce n’est pas spécifique à Olivier, mais c’est très très difficile à vivre. Quand un joueur a mérité cet acquis, c’est très compliqué. (...) Je considère qu’un joueur qui est habitué à avoir un statut, c’est compliqué de lui donner moins, sur le plan humain".
Être sur le banc, condamné à jouer les utilités, après avoir tenu les rênes de l’attaque, jusqu’à décrocher le Graal, c’est donc compliqué à accepter. Et comme Giroud n’est pas du genre à garder sa langue dans sa poche ni à masquer ses sentiments, Deschamps préfère prévenir. Il ne peut plus lui promettre statut et temps de jeu. Et, comme toujours, placera son groupe avant les individus et les états d'âme de chacun.
Pour être tout à fait clair, DD a même poussé la comparaison assez loin, histoire d'être ben compris de son auditoire journalistique, lundi, et que le message soit parfaitement relayé : “Si vous restez longtemps dans la même boite, que vous commentiez le match du dimanche soir et que vous vous retrouvez à couvrir celui que personne ne regarde, vous allez le faire... Mais vous n’allez pas bien le vivre. C’est un bon exemple.”
Equipe de France
Faut-il déjà envisager un onze sans Griezmann ?
04/06/2022 À 00:56
Equipe de France
Le physique, le système, Hernandez : qui est le coupable de cette défaite ?
04/06/2022 À 00:52