Il y a deux semaines encore, je ne voyais pas comment Olivier Giroud aurait pu revenir en équipe de France. Aujourd'hui, je ne vois pas comment il pourrait en repartir. Voilà une carrière résumée en un paradoxe. Le Milanais n'avait jamais semblé aussi loin des Bleus lorsque Didier Deschamps a égrené les 23 noms de ceux qu'il avait convoqués pour les deux amicaux du mois de mars. Un forfait de Karim Benzema plus tard, ce double rendez-vous a rappelé que le sélectionneur n'était jamais catégorique dans ses choix et Giroud, buteur face à la Côte d'Ivoire puis l'Afrique du Sud, jamais aussi fort que quand on l'enterre. Mais désormais se pose la question d'après : que faire de Giroud si Karim Benzema et Kylian Mbappé sont disponibles ?
Equipe de France
Zidane ne ferme pas la porte au PSG... mais vise surtout les Bleus
23/06/2022 À 06:28
Didier Deschamps s'est montré relativement clair en début de rassemblement. Il n'avait plus appelé le Milanais depuis pour l'Euro pour le bien du groupe. Parce qu'il estimait que Giroud ne pouvait pas supporter le statut de remplaçant alors même qu'il était la première option au poste d'avant-centre des Bleus de 2016 à 2021. Un argument qui s'appuie sur la mèche allumée par le Milanais avant l'Euro et ses regrets sur les ballons qui n'arrivaient pas. Le sélectionneur n'a toujours pas digéré et puisqu'il fallait changer quelque chose après l'Euro, le fusible Giroud a sauté.

Deschamps sur Giroud : "Quand un joueur n’a plus le même statut c’est très difficile à vivre"

Qu'est-ce qui a changé ? Rien

Qu'est-ce qui a changé aujourd'hui ? Le deuxième meilleur buteur de l'histoire des Bleus est revenu, il a marqué deux fois et rappelé, pour ceux qui l'avaient oublié, qu'il reste d'une efficacité redoutable dès qu'il enfile le maillot bleu. Bref, rien de bien neuf. Si ce n'est qu'à huit mois du rendez-vous qatari, on voit mal comment Didier Deschamps pourrait désormais se passer d'un homme qui reste sur 14 buts lors de ses 18 dernières titularisations. D'autant que pour la première fois depuis la Coupe du monde en Russie, la question du temps de jeu en club n'est plus un obstacle pour Giroud.
Le sélectionneur n'a pas dû tomber de l'arbre. Il sait de quoi son attaquant est capable. Le rappeler, c'était prendre le risque de redonner du crédit à sa candidature. Si DD l'a fait, c'est que la porte n'était pas complètement fermée. D'autant qu'il lui a offert deux titularisations au détriment d'un Ben Yedder pourtant promu doublure de Benzema et Mbappé depuis l'Euro. C'est dire l'estime de Deschamps pour Giroud (mais aussi pour le Monégasque). "L'avenir, je ne sais pas, il ne sait pas. Ça dépend de beaucoup de choses", a dévoilé le sélectionneur mardi dans les couloirs du stade Pierre-Mauroy comme pour rappeler que la situation du Milanais restait fragile.

Mbappé, c’est irréel : "A son âge, Henry n’avait marqué que 8 buts"

Deschamps doit réussir à lui faire une place

Comment imaginer aujourd'hui partir à Doha avec Wissam Ben Yedder et Christopher Nkunku mais sans Olivier Giroud ? Alors même que la liste dévoilée mi-mars donnait cette direction. Le Milanais donne des garanties incomparables, aucun autre postulant à l'intérieur ou en dehors du groupe ne s'en approche de près ou de loin. Buteur à trois reprises dont la dernière mardi à Lille, Ben Yedder, s'il présente un état d'esprit remarquable et irréprochable, n'a jamais pesé sur le destin des Bleus depuis trois ans alors qu'il n'a raté qu'un rassemblement.

Clauss, comment peut-on siffler un joueur de l’équipe de France ?

Deschamps ne lui a pas donné la moindre minute à l'Euro. DD peut-il en faire sa doublure principale en attaque pour la Coupe du monde avec si peu d'assurance quand Giroud pèse à chaque fois ou presque ? D'autant que le Mondial interviendra au beau milieu d'une saison, que les staffs n'auront pas le temps de préparer leurs joueurs et que le turnover, surtout aux positions offensives, devra sans doute être plus intense que lors d'une Coupe du monde en plein cœur de l'été.
Deschamps doit réussir à lui faire une place, c'est aussi son rôle de manager de convaincre et faire accepter la hiérarchie à chacun dans le groupe des 23. A moins que Giroud soit un cas désespéré, absolument ingérable et qu'il mette une pagaille folle dans le groupe. Mais dans ce cas, pourquoi l'avoir rappelé ?
Euro 2020
Mbappé reprend Le Graët : "Il considérait qu’il n'y avait pas eu de racisme après l'Euro"
19/06/2022 À 13:22
Coupe du monde
Zidane : "Bixente est le seul qui aurait pu me contenir"
19/06/2022 À 11:10