50 ans. Et une idée très précise de ce qu'il veut pour la suite de sa carrière. Dans une longue interview accordée à nos confrères de L'Equipe, publiée à l'occasion de son cinquantième anniversaire, Zinédine Zidane a révélé, de manière très claire, le cap qu'il souhaite donner à sa carrière d'entraîneur. Et ainsi confirmé les impressions laissées ces derniers mois, voire même ces derniers jours, après avoir repoussé les avances du Paris Saint-Germain.
Car à court ou moyen-terme, l'ancien numéro 10 des Bleus semble avoir une préférence : l'équipe de France. "La plus belle chose qui soit", comme il le dit lui-même. "J'en ai envie, bien sûr, a-t-il confié. Je le serai, je l'espère, un jour. Quand ? Ça ne dépend pas de moi. Mais j'ai envie de boucler la boucle avec l'équipe de France". Autrement dit, Zidane patiente. Et sera très probablement l'élu en cas de départ de Didier Deschamps après la prochaine Coupe du monde. "Aujourd'hui, une équipe est en place, a-t-il ajouté. Avec ses objectifs. Mais si l'opportunité se présente ensuite, alors je serai là."
Euro 2020
Mbappé reprend Le Graët : "Il considérait qu’il n'y avait pas eu de racisme après l'Euro"
19/06/2022 À 13:22

Le PSG ? "Il ne faut jamais dire jamais"

Légende des Bleus, avec qui il a tout gagné, Zizou estime ne pas avoir terminé son histoire avec l'équipe de France. "C'est le summum, a martelé l'ancien milieu de terrain. Et donc, comme j'ai vécu ça et qu'aujourd'hui je suis entraîneur, l'équipe de France est bien ancrée dans ma tête". C'est peut-être la raison pour laquelle il considère que le poste de sélectionneur doit être la prochaine étape, malgré une courte mais très riche carrière d'entraîneur de club. Le reste attendra.

"Hormis Lewandowski, toutes les pistes de Campos font sens pour le PSG"

Y compris le Paris Saint-Germain, qui a tout fait pour en faire le successeur de Mauricio Pochettino et l'un des grands hommes de son nouveau projet, même si le président Nasser Al-Khelaïfi a assuré le contraire. Partie remise ? Peut-être. "Il ne faut jamais dire jamais, a souligné Zizou. Surtout lorsque vous êtes entraîneur aujourd'hui. Mais la question est sans objet. Ce n'est absolument pas d'actualité".
Cela le sera, assurément, à l'avenir. "Entraîneur, il n'y a pas cinquante clubs où je peux aller", fait-il valoir. Pour une raison simple. Ou plutôt deux : Zidane veut gagner avant tout, et en avoir les moyens. Et pour lui, hors de question de prendre les rênes d'un club d'un pays dont il ne maîtrise pas complètement la langue. De quoi réduire le champ des possibles. Même si d'autres fonctions pourraient aussi l'intéresser : "Pourquoi pas être dans un projet dans lequel je suis moi-même le dirigeant", confie-t-il, sans écarter l'idée de présider un club : "Tout est ouvert."

CR7 a-t-il raison d'être inquiet ? "Il aurait fallu en prendre conscience l'an passé…"

Coupe du monde
Zidane : "Bixente est le seul qui aurait pu me contenir"
19/06/2022 À 11:10
Football
On a vu "The Pogmentary" : Dix phrases à retenir du documentaire de Pogba
16/06/2022 À 22:04