C’était le jour des magiciens à l’Euro. Après le doublé d’Antoine Griezmann contre l’Irlande (2-1), c’est Eden Hazard qui a illuminé le stadium de Toulouse de sa classe. C’est simple, l’ailier belge a été inarrêtable dans son couloir gauche.
Très actif dès le début du match, il a cependant attendu la deuxième mi-temps pour définitivement marquer cette rencontre de son sceau. Sa première action décisive ? Une accélération dont il a le secret pour servir Michy Batshuayi seul face au but.
Euro 2016
L'antisèche : Cette Belgique a enfin affiché son vrai visage
26/06/2016 À 21:57

Un but… à la Hazard

Une nouvelle passe décisive qui lui permet de devenir seul le meilleur passeur de cet Euro avec trois offrandes.
https://i.eurosport.com/2016/06/26/1884400.png
Mais l’ailier de Chelsea, en panne sèche cette saison, a encore trouvé les ressources pour accélérer et marquer l’un des buts du tournoi : servi par Kevin de Bruyne aux 30 mètres hongrois, il a fait parler sa vitesse pour revenir dans l’axe, s’est inflitré au milieu de trois hongrois pour terminer par une frappe parfaite dans le petit filet (79e). Du grand art.
Tweet

Justesse et dribbles de folie

Mais, au-delà de l’aspect purement quantitatif, le Belge a surtout été au four et a moulin pour animer le jeu belge, ce qui manquait quelque peu lors des récentes sorties des hommes de Wilmots. En première mi-temps, il est souvent apparu dans l’axe pour dynamiter le milieu hongrois et décaler ses partenaires. Très juste et toujours en mouvement, il a constamment fait les bons choix et a utilisé ses dribbles à très bon escient.
Et, contrairement à ses habitudes, il a également mis la main la patte pour récupérer certains ballons et permettre au bloc belge de remonter.

Avec De Bruyne, ça promet

Lui-même l’avait expliqué avant ce huitième de finale : il monte en puissance. Disons qu’il n’est pas loin d’avoir atteint le sommet. Le soliste Hazard bonifie clairement le jeu de son équipe et son association avec Kevin De Bruyne, l’autre étoile de cette Belgique, longtemps problématique, s’est affinée. Les deux hommes se trouvent plus facilement et semblent avoir enfin trouvé l’équilibre pour ne pas se marcher dessus.
Et quand ces deux-là sont en osmose, c’est toute la Belgique qui en profite. C’est simple, depuis le début de l’Euro, ils sont impliqués, soit pas leurs buts, soit par leurs passes, dans 75% des réalisations belges. Prometteur alors que le pays de Galles se dresse désormais sur le chemin belge. Mais avec un Hazard dans cet état-là, la Belgique n’a plus à douter.
https://i.eurosport.com/2016/06/26/1884402.png
Euro 2016
La Belgique comme on l'aime
26/06/2016 À 20:49
Liga
"Opération en cours" : Le Real Madrid n’aura pas à choisir entre Mbappé et Haaland selon Marca
26/02/2022 À 08:57