AFP

Finale France - Portugal : Le jour d’y croire est arrivé

Le jour d’y croire est arrivé

Le 10/07/2016 à 13:08

EURO 2016 – Face à un Portugal qui ne les a plus battus depuis 1975, les Bleus peuvent s’offrir leur troisième sacre européen. A Saint-Denis, dimanche (21 heures), l’histoire attend la génération Griezmann pour faire ressurgir les souvenirs de 1998.

Le contexte

Ce fut une destination. Un horizon fixé avec ambition. C’est un soir sans juste milieu qui fait basculer les destins, couronne les champions et accable les autres. Et ce sera un souvenir. Eternel quoiqu’il arrive. Sans regret, on l'espère. Un dimanche particulier, hors du temps et historique, comme la France en a peu connus. Quatre pour être exact. Reste à savoir quel goût auront les souvenirs. Celui de l’inachevé comme en 2006 ou celui, plus grisant, du triomphe comme en 1984, 1998 ou 2000.

C’est pour s’inscrire dans les pas de ces générations dorées que celle d’Antoine Griezmann va croiser le fer avec le Portugal au Stade de France. L’objectif n’a jamais été aussi immense : inscrire ces Bleus au Panthéon du football français. Seize ans après leur dernier couronnement, dix ans après leur dernière finale et six ans après Knysna, il est temps de renouer le fil. Réveiller les souvenirs de 1998, voilà l’enjeu de cette soirée brûlante.

Antoine Griezmann face à l'Allemagne

Antoine Griezmann face à l'AllemagnePanoramic

Pas de Brésil cette fois-ci mais son cousin européen, le Portugal. De Ronaldo, celui du 12 juillet, à Ronaldo, celui du 10 juillet, un dénominateur commun : Didier Deschamps. Ce n’est pas lui qui soulèvera le trophée cette fois en cas de victoire. Mais sur le banc de touche, il a façonné une équipe à son image. Ces Bleus sont moins talentueux que ceux de 1984, moins costauds que ceux de 1998 mais ils ont en eux cette haine profonde de la défaite. Ils n’en sont pas encore les héritiers. Il leur reste 90 ou 120 minutes pour le devenir.

Pour finir le travail, il faudra venir à bout d’un Portugal laborieux mais si difficile à prendre à défaut. Un adversaire maudit qui court après un premier sacre international. Un ennemi que les Bleus aiment tant parce qu’il leur rappelle leurs meilleurs souvenirs. Chaque fois qu’elle a été championne d’Europe (1984 et 2000), la France a écarté la Seleçao en demi-finale. Si nous étions superstitieux, il y aurait quelques raisons de miser un billet ou deux sur une victoire tricolore. Mais l’histoire a décidément du mal à bégayer lors de cet Euro. Demandez donc aux Italiens qui n’avaient jamais été éliminés par les Allemands et profitez-en pour en toucher deux mots à la Nationalmannschaft qui n’avait plus perdu face à la France en compétition internationale depuis 1958.

S’ils veulent aller au bout de leur histoire, ils ne devront pas regarder dans le rétroviseur mais plutôt à fond de cinquième. Jouer sur leur point fort, l’attaque évidemment, et placer Antoine Griezmann, leur talisman, sur orbite. C’est d’abord pour cette raison que Didier Deschamps devrait rester fidèle au 4-2-3-1 et aux onze hommes qui l’ont animé au coup d’envoi face à l’Allemagne. Le Portugal, lui, retrouvera le patron de sa défense, Pepe, et comptera, évidemment, sur sa superstar Ronaldo.

Vidéo - Finale - Les Bleus passent Ronaldo au crible

02:15

Les joueurs clés : Cristiano Ronaldo et Antoine Griezmann

Cristiano Ronaldo est déjà immense. Son armoire à trophées déborde. Mais c’est bien ce dimanche qu’il disputera l’autre match le plus important de sa carrière. Douze ans après sa finale perdue à domicile face à la Grèce (1-0), il retrouve le sommet de l’Euro pour ce qui ressemble à une dernière occasion d’offrir un trophée à son pays. CR7 reste la principale menace avec trois buts et une demi-finale aboutie mercredi dernier. Ce n’est pas la seule mais si les Bleus parviennent à le canaliser, ils auront accompli une bonne partie du travail.

Les Portugais doivent, eux, cibler Antoine Griezmann, le meilleur buteur (6) et joueur de l’Euro. Absolument insaisissable depuis la fin de la phase de poule, le Madrilène a l’occasion de s’asseoir à la table des géants ce dimanche et, même si cela restera anecdotique, de titiller le duo Messi-Ronaldo dans la course au Ballon d’Or.

Cristiano Ronaldo avec le Portugal à l'Euro 2016

Cristiano Ronaldo avec le Portugal à l'Euro 2016Panoramic

Ils ont dit :

Didier Deschamps (sélectionneur de l’équipe de France)

" Gagner des titres, c'est toujours difficile et avec une équipe nationale c'est encore plus compliqué. Il faut qu'on saisisse cette opportunité sans penser à la suite mais les joueurs ont conscience de ce privilège, de jouer ce titre de champion d'Europe, chez nous à Paris."

Fernando Santos (sélectionneur du Portugal)

" Je veux continuer à entendre que le Portugal ne joue pas bien. Si le Portugal gagne sans le mériter, je vais rentrer très content chez moi. "

Vidéo - Finale - Les Bleus veulent "rentrer dans l'histoire"

02:17

Trois stats à avoir en tête :

  • 10. La France a remporté ses dix derniers matches contre le Portugal, sa meilleure série contre une nation après ses treize succès de rang face au Luxembourg. La dernière victoire de la Seleçao remonte à avril 1975.
  • 3. En cas de victoire, la France décrocherait son troisième Euro et rejoindrait l’Espagne et l’Allemagne parmi les nations les plus titrées.
  • 34. Le Portugal est l’équipe qui a disputé le plus de matches à l’Euro sans jamais l’avoir emporté (34 rencontres).

Notre avis :

Rien ne sera simple. Parce que ça ne l’est jamais face aux Portugais. Mais cette équipe de France a un destin. Affaires extra-sportives, forfaits de joueurs majeurs, polémiques, elle s’est relevée de tout. Et a envie de redonner le sourire à toute une nation. Bien sûr, elle peut buter sur la dernière marche mais ce n’est pas le sens de sa trajectoire.

0
0