C'est l'histoire d'une équipe qui a commencé par être incapable de mettre un pied devant l'autre. Qui n'a pas été fichue de remporter un seul match au premier tour, qui a peiné comme jamais pour passer le cap des huitièmes, puis des quarts et qui a fini par se retrouver. Au moment opportun. "Rien ne sert de courir, il faut partir à point", écrivait Jean de la Fontaine. Fernando Santos aurait aussi pu le dire à propos de son équipe qui, vainqueur du Pays de Galles mercredi à Lyon (2-0), s'est qualifiée pour la deuxième finale de Championnat d'Europe de son histoire.

Football
Trois minutes après Ronaldo, Nani s'est jeté pour doubler la mise : son but en vidéo
06/07/2016 À 20:22

La première fois, Ronaldo avait 19 ans. Et la soirée des Lusitaniens s'était terminée dans un océan de larmes sur les bords du Tage, là où la Grèce était venue réussir le casse du siècle et gâcher un mois magique. Douze ans plus tard, le Portugal est de retour sur la grande scène. CR7 a bien grandi. Et c'est brassard autour du bras qu'il va tenter de décrocher dimanche le titre international qui manque à son immense carrière. Et la couronnerait un peu plus.

Le Portugal a attendu son heure

Pour sa première européenne, le Pays de Galles aura réussi son tournoi dans les grandes largeurs mais, mercredi soir, il n'a pas réussi à forcer le verrou portugais, même si celui-ci était privé de Pepe (blessé). Bruno Alves l'a suppléé en défense centrale et il n'a pas été trop perturbé par les ambitions galloises. Gareth Bale a été le seul "danger" britannique de la soirée. A quatre reprises, le joueur du Real Madrid a tenté de faire la différence avec son pied gauche.

Si la première ogive s'est envolée à côté du but (19e), les trois suivantes ont été cadrées. Et stoppées par Rui Patricio (23e, 76e, 80e). Le Portugal dans tout ça ? Il a finalement attendu son heure. Elle est intervenue après la pause. Sur un corner joué à deux et propulsé dans l'axe par Raphaël Guerreiro, Ronaldo s'est élevé plus haut que tout le monde. Plus longtemps que tout le monde. Et Hennessey s'est incliné (1-0, 50e).

Trois minutes plus tard, c'est bien involontairement que le triple Ballon d'Or a servi Nani pour le but du break. Une frappe du droit dévissée et propulsée au fond des filets par le néo-Valencian (2-0, 53e) a mis fin à l'exceptionnelle aventure du Dragon Rouge. Celle du Portugal, elle, continue. Ronaldo, Fernando Santos et tout un pays ont rendez-vous dimanche au Stade de France. Rendez-vous avec l’histoire. Face à l’Allemagne ou aux Bleus.

Euro 2016
D'une tête puissante, Cristiano Ronaldo a mis le Portugal sur orbite et rejoint Michel Platini
06/07/2016 À 20:07
Ligue des Nations
Ronaldo met la Suède au pas
08/09/2020 À 20:51