AFP

Umtiti titulaire contre l'Islande : "N’ayez pas peur pour Sam, il ne craquera pas sous la pression"

"N’ayez pas peur pour Umtiti, il ne craquera pas sous la pression"

Le 29/06/2016 à 19:02Mis à jour Le 29/06/2016 à 19:49

EURO 2016 – Samuel Umtiti va, selon toutes vraisemblances, fêter sa première sélection dimanche en quart de finale de l’Euro. A-t-il les épaules assez larges pour assumer de telles responsabilités ? Nous avons interrogé plusieurs personnes de son entourage pour recueillir leur sentiment.

Umtiti semble désormais devancer Eliaquim Mangala dans la hiérarchie des défenseurs centraux. Les entraînements du Citizen ont fait baisser sa cote auprès du staff alors qu’Umtiti s’est toujours montré solide. C’est un vrai risque que s’apprête à prendre Didier Deschamps : lancer un joueur totalement inexpérimenté dans le grand bain. Pourtant, dans l’interview qu’il nous avait accordée à l’automne dernier, le sélectionneur avait clairement émis des doutes sur la capacité du Lyonnais à répondre aux exigences du très haut niveau. Huit mois plus tard, il va lui faire confiance pour former l’axe de sa défense face aux Islandais.

Aucun match référence au plus haut niveau

Faut-il s’en inquiéter ? Umtiti peut-il faire totalement abstraction du contexte brûlant qui a tétanisé tant de ses coéquipiers pourtant bien plus expérimentés que lui depuis le début de la compétition ? Lui qui n’a toujours pas de match de référence au plus haut niveau. "N’ayez pas peur pour lui", a témoigné son ancien conseiller, Frédéric Guerra. "Il ne craquera pas sous la pression, il est réfléchi et posé". "Il gère très bien le contexte, il sait pourquoi il est là et ne craquera pas", nous a confié son frère et agent, Yannick Umtiti.

Même son de cloche chez Gérard Bonneau, responsable du recrutement des jeunes Lyonnais devenu le tuteur de bon nombre d’entre eux durant leurs jeunes années à Tola-Vologe : "Pour un défenseur central, il a joué très jeune chez les professionnels (ndlr : 19 ans)", nous a-t-il rappelé. "C’est très rare pour un poste aussi exposé. Sa qualité première, c’est qu’il ne craint pas la pression. Il ne se pose pas de question et je ne le vois pas craquer. Surtout pas en quart de finale d'un Euro. Depuis deux ans, il a pris une autre dimension, il est très solide."

Samuel Umtiti avec Lyon lors de la saison 2015/2016

Samuel Umtiti avec Lyon lors de la saison 2015/2016Panoramic

"Il ne se laissera pas impressionner"

"Il ne se laissera pas impressionner", nous a confié Pierre Mankowski, qui l'a dirigé chez les moins de 20 ans, champions du monde en 2013. "Ca ne va pas le perturber. Après, il est certain qu’une première sélection est toujours particulière, les premiers ballons seront importants. Il devra les jouer simplement. Mais il a déjà disputé des matches importants."

Jamais avec une telle caisse de résonnance. Un quart de finale de l’Euro est incomparable avec une rencontre de phase de poule de Ligue des champions, un match pour une place européenne en Ligue 1 ou une finale du Mondial U20. Mais Bonneau croit savoir qu’Umtiti a une autre raison de se montrer costaud dimanche : "Sam est un compétiteur et il veut se faire sa place en équipe de France. Il sait qu’il peut peut-être redistribuer les cartes en cas de grosse performance."

Samuel Umtiti en discussion avec Didier Deschamps lors de la prépation de l'Euro

Samuel Umtiti en discussion avec Didier Deschamps lors de la prépation de l'EuroAFP

Deux inquiétudes majeures

Il a un atout dans sa manche : son pied gauche. Très bon relanceur, le Lyonnais pourrait apporter une solution dans un secteur qui en manque. L’absence de Raphaël Varane a privé les Bleus de leur meilleur spécialiste. Rami et Koscielny n’ont pas brillé dans ce domaine, le Lyonnais peut combler le vide : "Il est très à l’aise techniquement, capable de faire sauter des lignes avec une relance réussie", a confirmé Mankowski.

Mais au-delà de son inexpérience du très haut niveau, il demeure deux problèmes majeurs :

  • Umtiti n’a plus disputé la moindre minute depuis plus d’un mois désormais. "Il est évident qu’un joueur est plus performant lorsqu’il enchaîne les matches", a noté l’ancien adjoint de Raymond Domenech en équipe de France. Pour Sébastien Squillaci, remplaçant lors du Mondial sud-africain avant de jouer le dernier match des Bleus, ce n’est pas un problème : "On est toujours en état d’alerte, on se tient prêt car on sait que tout peut aller vite. Il n’y a qu’à prendre l’exemple de Franck Leboeuf qui a parfaitement maîtrisé Ronaldo en finale de la Coupe du monde 1998 alors qu’il n’était, à la base, qu’un remplaçant en défense centrale." A la différence notable que Leboeuf avait déjà 14 capes en sélection et joué le troisième match de poule.
  • La charnière Koscielny-Umtiti n’a pas une minute en commun. "Mais Sam a une grande capacité d’adaptation", juge Yannick Umtiti. "Ce n’est pas un obstacle. A Lyon, ces derniers temps, il a joué avec trois défenseurs différents : Koné, Rose et Yanga-Mbiwa. Il sait d’adapter."

Jusqu’ici, il fut parfait dans son rôle de coiffeur : souriant et performant aux entraînements. Désormais, il doit assumer sa très probable promotion et démontrer définitivement à Didier Deschamps qu’il n’a plus aucune raison de douter de sa compétitivité au plus haut niveau. Un défi sacrément corsé pour un bizutage en sélection.

Samuel Umtiti en conférence de presse avec l'équipe de France

Samuel Umtiti en conférence de presse avec l'équipe de FranceAFP

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0