Jusqu'ici tout va bien. Tout va très bien même. Trop bien ? Alors qu'ils n'ont pas encore démarré leur Euro, les Bleus surfent sur une vague d'optimisme qui les mène tout en haut des pronostics. Aucun blessé, un titre de champion du monde, le retour de Karim Benzema, une préparation aux petits oignons et un effectif constellé de stars, cette équipe de France n'a jamais abordé un tournoi dans de telles dispositions. Même en 2000 ou en 2002, elle n'avançait pas avec autant de certitudes.
Faut-il nécessairement s'en réjouir ? Le risque du trop-plein de confiance, le péril du nombrilisme, se croire trop beaux, trop tôt : voilà l'écueil qui attend l'équipe de France. En interrogeant les joueurs à Clairefontaine durant la préparation, c'est exactement ce piège qu'ils ont d'eux-mêmes identifié. A la question de savoir quel était le plus grand danger qui guettait ces Bleus, Paul Pogba, Benjamin Pavard, Clément Lenglet et Hugo Lloris nous ont tous donné la même réponse. "Je voudrais passer le message à la France : 'Ce n'est pas gagné d'avance', nous a ainsi confié Paul Pogba. C'est beau, on reçoit beaucoup d'éloges mais on doit garder les pieds sur terre. Il faut être frais dans la tête, il ne faut pas se croire arrivé."
Euro 2020
DD préféré à ZZ sans condition: "On continue comme si rien ne s'était passé, or..."
09/07/2021 À 17:16

Nos favoris de l'Euro - Grand retour, grande équipe : immense pancarte pour la France

Message à la France : 'Ce n'est pas gagné d'avance'"
"On n'a aucune garantie dans le foot, a rappelé Hugo Lloris dans un discours qui lui ressemble. Avec tout le talent sur toutes les lignes, à nous de créer le succès, d'aller chercher la réussite. Il faut y mettre notre force, notre énergie, notre concentration. Quand on regarde les matches de phase de poules, il faudra être de suite à un très haut niveau. On est très attendus, on doit avoir l'humilité de dire qu'en face, c'est du très haut niveau." L'humilité, le maître mot qui revient dans la bouche d'un groupe qui, pourtant, si on en croit les propos de Corentin Tolisso en conférence de presse, se voit comme "la meilleure équipe du monde."

Pogba à l'entraînement à Clairefontaine

Crédit: Getty Images

Dans les faits, difficile de donner tort au Munichois. Jusqu'à preuve du contraire, ce sont bien les Bleus qui ont soulevé le trophée à Moscou en 2018. Dans l'esprit, est-ce habile d'exposer sa confiance exacerbée avant d'entamer l'Euro ? "Il n'y a pas que nous qui sommes favoris, nous a concédé un Benjamin Pavard beaucoup plus prudent que son compère du Bayern. Le Portugal et l'Allemagne le sont aussi. On est une très grande équipe mais il ne faut pas se croire arrivés. Le premier match va être très difficile. Il faut se focaliser sur nous, avoir la même mentalité et la même soif de vaincre qu'en 2018."
La feuille de match est belle à voir mais…
"Ça restera une équipe de Playstation tant qu'on n'a pas gagné de trophée, a prévenu Pogba. La feuille de match est belle à voir (…) mais il faut garder l'humilité." Si les têtes commencent à tourner, les chevilles à gonfler, les Bleus gardent deux atouts précieux, deux garde-fous : Didier Deschamps, bien sûr, et l'expérience de joueurs qui se connaissent par cœur. "Il faut réussir à maintenir cette vigilance et cette alerte pour gagner les matches, il ne faut pas avoir un pic de confiance trop élevé mais on a un staff qui veille pour nous maintenir en éveil et des joueurs capables de s'autogérer, rappelle Clément Lenglet. Ça peut être un danger mais on le maîtrise assez bien."

Didier Deschamps surveille ses joueurs à Clairefontaine

Crédit: Getty Images

Deschamps a déjà prouvé qu'il savait manier la carotte et le bâton ("il sent les moments où il faut une piqûre de rappel et les autres où on peut se détendre et profiter, il est super lucide et vigilant par rapport à ça", témoigne encore Lenglet). Dans Kicker, le sélectionneur a égrené une liste de sept favoris de l'Euro sans détacher la France du peloton. On a le droit de ne pas le croire mais on ne pourra pas lui faire, à lui, le procès de l'excès de confiance.
Euro 2020
Les tirs au but, tout sauf une "loterie" : "Mbappé a imité Bolt, c’est un signe de nervosité"
08/07/2021 À 16:47
Euro 2020
Benzema : "Merci d'avoir accueilli mon retour avec autant de bienveillance"
04/07/2021 À 20:24