Les Bleus de Munich se sont dissous. Dans le chaudron hongrois, les certitudes nées du succès en Allemagne se sont évaporées en quelques secondes et sous 32 degrés à l'ombre. Dès les premières minutes, il flottait dans l'air l'odeur du traquenard avec un scénario classique : des Hongrois morts de faim et des Bleus, façon sénateurs, qui se sont fait rentrer dans le lard. Le talent n'a pas suffi. Il ne pouvait pas suffire face à plus de 60 000 Magyars venus pour dévorer du champion du monde. Mais les Bleus ne peuvent pas tomber de l'arbre, ils étaient prévenus. Ça n'a rien changé.
"Il a manqué de tout, a confié Antoine Griezmann au micro de TF1, héros du jour pour changer. Il faisait super chaud, l’ambiance, c’était notre première fois avec un stade plein depuis longtemps. Ça change de nos habitudes, on ne s’entend pas, le terrain était sec, il y avait de la fatigue après le premier match." Le Barcelonais résume parfaitement le sentiment général. Comme à Konya, en juin 2019 pour une sombre défaite face à la Turquie (2-0), l'équipe de France n'a jamais pris la mesure de son environnement.
Euro 2020
DD préféré à ZZ sans condition: "On continue comme si rien ne s'était passé, or..."
09/07/2021 À 17:16

La chaleur de Budapest a fait mal aux Bleus

Crédit: Getty Images

Ça va être interprété comme des excuses mais…
"Si je vous dis ça, ça va être interprété comme des excuses mais, oui, le stade a été un atout, a noté Deschamps. Le scénario les a incités à avoir plus d'énergie. Même si le contexte était le même pour eux, l'adaptation physiologique à cet horaire a eu plus d'impact sur nous que sur l'adversaire (…). On a manqué de fraîcheur et de peps." A l'image du duo Adrien Rabiot - Paul Pogba, méconnaissables après leur masterclass de Munich. Les deux milieux ont semblé porter tout le poids du monde sur leurs épaules. "Globalement, un peu tous ont été émoussés, a continué le sélectionneur. Paul, ça se voit plus par son gabarit. Il manquait de jus. Adrien a fait des efforts et c'est pour ça que je l'ai changé. Ils étaient moins bien."
"La chaleur ? C’était la même chose pour les deux équipes", a répondu un Presnel Kimpembe à TF1 qui ne voulait pas se chercher d'excuse. Maladroits devant le but, emprunté dans les duels, naïfs dans le repli : il faut dire que les hommes de Didier Deschamps ont tout un tas de bonnes raisons de ne pas accuser la météo, l'horaire ou la jauge pleine accordée par l'UEFA. Ils sont les premiers responsables d'un nul qui fait tâche quand on a leurs ambitions dévorantes. "Le plus important, c’est de n’avoir pas perdu et d’avoir accroché un point", a continué Kimpembe.

Turnover obligatoire contre le Portugal ?

Avec quatre points, les voilà tout près des 8es de finale quand une défaite les aurait effectivement obligés à trembler plus que de raison avant l'affiche face au Portugal. "Je n'exclus pas qu'on puisse avoir un roulement entre les joueurs, a confié Deschamps. La fraîcheur est un élément important." Ce samedi, les Français manquaient de fraîcheur… et d'un peu tout finalement.

Paul Pogba face à la Hongrie

Crédit: Getty Images

Euro 2020
Les tirs au but, tout sauf une "loterie" : "Mbappé a imité Bolt, c’est un signe de nervosité"
08/07/2021 À 16:47
Euro 2020
Benzema : "Merci d'avoir accueilli mon retour avec autant de bienveillance"
04/07/2021 À 20:24