Il aura donc fallu plus de cinq ans. Absent depuis un France-Arménie remontant à octobre 2015, Karim Benzema, auteur d'une saison exceptionnelle avec le Real Madrid, a finalement fait son retour chez les Bleus mardi. A la surprise générale, on peut bien l'avouer. Dans la liste de Didier Deschamps pour l'Euro 2021, "KB9", qui portera d'ailleurs le numéro 19, a fait l'objet de beaucoup de discussions en amont entre le sélectionneur et Guy Stéphan, son adjoint.

Pourquoi Deschamps a-t-il autant tardé à rappeler Benzema ?

Stéphan confirme que la décision remonte à "quelque temps"

Euro 2020
"Quand 90-95% de ton pays a des doutes..." : Mings a souffert psychologiquement avant l'Euro
IL Y A 18 HEURES
"C'est une période qui l'avait beaucoup affecté (le sélectionneur, ndlr) en 2015-2016, oui. Et puis ensuite le temps a fait son œuvre. Comme il l'a dit lui-même, ce qui compte c'est aujourd'hui et c'est demain. Il a montré déjà par le passé qu'il était capable de pardonner, à de nombreux joueurs, et il le fait encore aujourd'hui. Je crois que c'est une preuve d'intelligence, a-t-il notamment confié à RTL.
"La décision a été prise déjà depuis quelque temps. C'est une décision réfléchie, mûrie (...) Évidemment qu'on a observé Karim pendant tous ses matches. Il se trouve qu'à un moment donné les performances de Karim étaient très fortes, et le souhait de son retour a été évoqué. On en a beaucoup parlé avec Didier, et à un moment il y a une décision qui a été prise pour rencontrer Karim."

Même sans Ronaldo, Benzema a-t-il vraiment évolué tactiquement ?

Une décision collective ? Si une décision collective c’est de la prendre à deux...
Cette décision, d'ailleurs, a visiblement été prise entre "DD" et son adjoint. Et personne d'autre. "Si une décision collective c’est de la prendre à deux, alors oui", a indiqué Stéphan à RTL. "Je n'ai pas de doute sur son intégration dans le groupe. J'ai encore en mémoire des phrases de Karim : "J'aime le foot et j'aime le jeu". Quand il y a de très bons footballeurs ensemble, ils se trouvent. On le verra mais il y a sûrement une animation différente avec le profil des joueurs, il faut trouver une animation offensive et une capacité à tous ses joueurs de se replier. Le défi sera offensif avec le ballon, mais aussi défensif quand on l'aura perdu. Tout le monde veut que l'edf gagne et joue bien."
Sur le besoin de redynamiser un groupe, Stéphan a cité l'Allemagne 2014-2018 et l'Espagne 2008-2014. "C'est dur de rester au haut niveau et quelques fois un groupe a besoin de fraîcheur, de créer quelque chose de nouveau et on espère que ça va arriver avec ce groupe", a-t-il conclu.
Euro 2020
La FA ouvre une enquête indépendante après les débordements à Wembley
19/07/2021 À 13:44
Euro 2020
Victime de racisme, Saka cible les réseaux sociaux contre la haine en ligne
15/07/2021 À 17:41