Son transfert dans l'un des plus grands clubs d'Europe a été officialisé ce jeudi et, pourtant, Mike Maignan a passé une journée plutôt tranquille au regard de la semaine qu'il vient de vivre. Dimanche, le gardien disputait une "finale" à Angers pour aider le LOSC à décrocher le titre de champion de France. Lundi, il fêtait cela avec des milliers de supporters lillois. Mardi, il se rendait à Milan pour y passer sa visite médicale et signer son contrat. Mercredi, il retrouvait Clairefontaine et les Bleus, avec lesquels il s'apprête à disputer sa première grande compétition internationale.
Pourtant, c'est encore un Maignan calme, posé et assez direct qui s'est présenté en conférence de presse, ce jeudi. Le garçon n'est pas du genre à s'agiter. "C'est clair que c'est un bon moment de joie, a-t-il simplement admis. Ça n'arrive pas tout le temps. Je savais que tout allait s'enchaîner. J'ai préparé le match de dimanche, profité du titre et de la signature et en revenant de Milan, je savais que je devais rester concentré sur l'équipe de France."
Euro 2020
Varane soulagé du retour de Benzema : "J'étais dans une situation un peu délicate"
27/05/2021 À 15:45
Pilier de l'exceptionnelle saison du LOSC, Maignan s'apprête à vivre une aventure dans un rôle complètement différent. Dans l'ombre. Celle de l'indéboulonnable Hugo Lloris, capitaine et deuxième joueur le plus capé de l'histoire de l'équipe de France. Et a priori, dans celle de Steve Mandanda, même s'il assure "ne rien savoir" concernant la hiérarchie choisie par Didier Deschamps.
Je dois être le bon coéquipier pour aider l'équipe
Une chose est sûre, le portier formé au Paris Saint-Germain n'est pas encore là pour tenter de bousculer l'ordre établi. "Être N.1 ? Je ne me suis jamais posé la question, a-t-il assuré. On est dans la même équipe. Je ne suis pas là pour faire de la concurrence à Hugo ou Steve. C'est une entraide, pas une compétition. Je ne cherche pas les statuts." Le gardien de 25 ans sait que la hiérarchie est pour l'instant quasi immuable. Et ce que le sélectionneur attend de lui : "Il faut que je donne toujours le meilleur de moi-même. Je dois être le bon coéquipier qui peut aider l'équipe."
Et s'il sait se montrer patient en sélection, il semble être un peu plus exigeant en club. Avant de s'engager à succéder à Gianluigi Donnarumma à l'AC Milan, Mike Maignan a bien failli décrocher le titre de "N.1" en France. Nommé aux Trophées UNFP, il a finalement été devancé par Keylor Navas.
Et ça ne lui a pas beaucoup plu : "Honnêtement, sur le moment, j'étais un peu énervé, a avoué celui dont le transfert en Lombardie devrait rapporter 15 millions d'euros à Lille. Parce que je suis un compétiteur. Mais je suis vite passé à autre chose. Pour moi, le plus important, c'est le trophée collectif. Quand toute l'équipe est récompensée, c'est encore mieux." Voilà qui devrait faire plaisir à Didier Deschamps.

Mike Maignan

Crédit: Getty Images

Euro 2020
Un supporter anglais condamné à 10 semaines de prison pour injures racistes
03/11/2021 À 15:19
Euro 2020
Le retour de Benzema en Bleu a "créé un déséquilibre tactique" selon Giroud
15/10/2021 À 15:51