Gardiens : Lloris – Mandanda – Maignan

C'est sans doute le secteur de jeu le plus simple et le plus rapide à constituer pour Didier Deschamps. Trois noms. Deux indéboulonnables : Hugo Lloris et sa super doublure Steve Mandanda. Le premier nommé est un numéro un indiscutable. Le deuxième, son parfait second depuis désormais onze ans et la prise de pouvoir de l'ancien Niçois. Derrière les deux hommes, on devrait retrouver Mike Maignan, actuel numéro 3.

Premier League
Giroud encore au pied du mur : "Il faudra que je prenne une décision en janvier"
22/11/2020 À 12:00

Quid d'Alphonse Aréola ? Il ne bénéficie plus du même crédit, celui qui avait notamment accompagné sa première cape en Allemagne, en septembre 2018 (0-0). Ses soubresauts en club n'ont pas aidé sa carrière internationale. Le champion du monde, actuel portier de Fulham, semble passé derrière Benoit Costil, qui a été appelé lors de ce rassemblement de novembre.

Le grand gagnant et les vrais perdants : Deschamps a fait le tri

Défenseurs : Pavard - Varane - Kimpembe - Hernandez – Digne - Lenglet - Zouma - Dubois

Si Didier Deschamps emmène huit défenseurs à l'Euro, on peut avancer, sans trop se tromper que 75% du casting est déjà connu. Et constitué de 4 champions du monde qui, sauf accident, ont des têtes de titulaires : Benjamin Pavard, Raphael Varane, Presnel Kimpembe et Lucas Hernandez. Leurs doublures : Lucas Digne est un recours solide à gauche et Clément Lenglet, même moins performant en ce moment, ressemblerait à cet instant T à un remplaçant évident pour Kimpembe.

Reste deux noms : Léo Dubois, à droite, profite du marasme et de l'incertitude d'un poste que DD a du mal à stabiliser quand Pavard n'est pas là. Enfin, Kurt Zouma, un régulier du château de Clairefontaine depuis 2015, joue régulièrement avec Chelsea et se montre à son avantage aux côtés de Thiago Silva. Il se peut que le sélectionneur national préfère son expérience aux promesses d’un Dayot Upamecano, encore "émotif" selon ses dires.

https://i.eurosport.com/2020/10/12/2912520.jpg

Milieux de terrain : Pogba – Kanté – Rabiot – Camavinga – Tolisso – Nzonzi

S'il fallait comprendre ce qui guide Deschamps dans ses choix, il faudrait se pencher sur cette liste de milieux. Evidemment, le sélectionneur s'appuie sur ses plus solides fondations, à savoir les deux incontournables Paul Pogba et N'Golo Kanté. On peut y ajouter Corentin Tolisso, de toutes les listes depuis trois ans et première option sur le banc de touche. Fidèle, Deschamps n'est pas conservateur ni borné. Adrien Rabiot a refusé d'être suppléant en 2018 : qu'importe. Désormais incontournable à la Juventus, il ne fait plus seulement partie du groupe mais postule clairement à la succession de Blaise Matuidi sur l'aile gauche du onze de départ.

DD n'a jamais rechigné à ouvrir son groupe aux nouvelles sensations. Excellent à Rennes, Eduardo Camavinga a brillé pour ses premières sélections et sera du voyage s'il continue sur sa lancée. La place de Steven Nzonzi est plus précaire. Mais le Rennais et sa taille rassurent Deschamps en jouant les doublures en sentinelle dans un profil finalement assez rare dans le si profond vivier des Bleus. Moussa Sissoko reste le 24e homme et le soldat idoine de DD en cas de défection. Tanguy Ndombele part de plus loin et il lui faudra convaincre Mourinho avant de convaincre son sélectionneur à nouveau.

Giroud ou Martial : Qui Deschamps doit-il titulariser à l'Euro ?

Attaquants : Griezmann - Giroud - Mbappé - Martial - Coman – Thuram

Passons vite sur Griezmann, Giroud et Mbappé qui, en dépit de leur forme du moment ou leur situation en club, conserveront la confiance de Deschamps vu leurs états de service en sélection. Kingsley Coman, à l'automne 2019, et Anthony Martial, à l'automne 2020, ont retrouvé leur place. Le physique du Munichois oblige à la prudence mais en pleine possession de ses moyens, il devance la concurrence (Thauvin, Dembélé entre autres). A Lisbonne, Martial a marqué des points précieux, quelques jours après une nouvelle prestation sans relief de Wissam Ben Yedder. Le Mancunien a lui aussi un temps d'avance sur le reste de la meute.

La polyvalence de Marcus Thuram, capable de jouer sur un côté et dans l’axe, et ses premiers pas très réussis en font la grosse cote pour juin prochain. Un signe ne trompe pas : Deschamps l'a fait entrer très tôt lors du choc au Portugal et lui a offert deux titularisations. Le message est clair : DD a aimé les débuts de l'attaquant de Mönchengladbach. Mais la marge est plus mince pour lui. Si Dembélé signe enfin une saison référence à Barcelone, le champion du monde aura encore son mot à dire. Houssem Aouar et Nabil Fekir peuvent-ils encore y croire ? Bien sûr. Si le Lyonnais a raté ses débuts, le Sévillan ne doit son absence qu'à une blessure. Mais ce dernier rassemblement semble les avoir éloignés du groupe. Fekir a toujours manqué de références en sélection. Thuram et Martial, eux, sont en train de capitaliser sur son absence.

https://i.eurosport.com/2020/11/18/2938740.jpg
Football
"Avec la génération 1987, ça a toujours été tout noir ou tout blanc"
19/11/2020 À 07:13
Ligue des Nations
Non, 2020 n'aura pas servi à rien
18/11/2020 À 22:08