Un an après la date prévue, l'Euro débute enfin. Quel est votre sentiment ?
Aleksander Ceferin : J'étais persuadé depuis le début que l'Euro aurait bien lieu cette année. Nous avions reporté (en 2020) pour que les Ligues et les clubs puissent terminer la saison. On le réalise maintenant : c'est d'autant plus important qu'il ait été reporté car sinon, l'an dernier, cela aurait été un Euro sans supporter. Là, nous avons au moins une certaine proportion de supporters dans les stades, c'est très important.
Est-ce une victoire personnelle pour vous ?
Euro 2020
Kane, à bout de souffle
IL Y A 6 MINUTES
C'est le succès de l'organisation et d'une bonne communication avec les gouvernements et les autorités locales. C'était déjà un succès, parce que nous avons joué près de 1300 matches internationaux pendant la pandémie (compétitions de clubs et des matches de sélections organisés par l'UEFA, ndlr), avec de stricts protocoles sanitaires. Nous sommes heureux mais on ne veut pas être trop heureux avant la fin de l'Euro, on fera des commentaires après.
Comprenez-vous la déception des villes qui n'ont finalement pas pu accueillir de matches, comme Dublin ou Bilbao, faute de garanties sur l'accueil de spectateurs dans les stades ?
Je comprends la déception bien sûr, vous êtes déçus quand vous ne pouvez pas accueillir un événement comme celui-ci. Mais pour nous c'était très important d'avoir au moins un pourcentage de supporters dans les stades, onze villes pouvaient le faire, deux ne pouvaient pas s'engager. (...) Nous avons trouvé un accord avec les deux villes, donc je ne pense pas qu'il y a de dissensions.
Les cas positifs au Covid-19 parmi les joueurs (Espagne, Suède, Russie, Pays-Bas) montrent que les "bulles" sanitaires ne sont pas étanches à 100%. Redoutez-vous d'éventuels reports de matches ?
Je ne pense pas que des matches vont être reportés, les bulles sont vraiment strictes. Il faut savoir que même les officiels vaccinés doivent être testés avant chaque match. Les joueurs sont très protégés et je pense que c'est un tournoi plutôt sûr. Bien sûr, on ne sait jamais ce qui peut se passer, mais je suis assez confiant sur le fait que tout va bien se dérouler.
Je pense qu'il y aura beaucoup de spectateurs à Wembley
L'absence de certains joueurs, positifs au coronavirus, peut-elle poser un problème d'équité ?
C'est un situation particulière, on doit tous s'adapter à cette situation. On l'a fait pendant plus d'un an. Si on veut pouvoir finir cet Euro, on doit tous comprendre cela : ce n'est pas un Euro habituel, d'abord parce qu'il se déroule dans onze pays et, par-dessus cela, il y a la pandémie qui rend les voyages encore plus difficiles. On doit tous s'adapter et ce n'est pas simple pour nous non plus.

Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin

Crédit: Getty Images

La progression du variant Delta au Royaume-Uni menace-t-elle la présence de supporters à Wembley lors des demi-finales et la finale ?
C'est très important que pour les demi-finales et la finale les fans puissent venir. Nous sommes optimistes sur ce point. Sur les variants, il faut demander aux épidémiologistes... Je pense qu'il y aura beaucoup de spectateurs pour la finale à Wembley.
La Fifa est ouverte à la possibilité d'une Coupe du monde tous les deux ans, au lieu des quatre ans actuels, que pensez-vous de cette proposition ?
Je ne sais pas si c'est une proposition de la Fifa ou plutôt de la Fédération d'Arabie saoudite et d'autres Fédérations... C'est impossible de le faire et ça n'arrivera jamais. Les joueurs jouent déjà presque trop. Jouer un grand tournoi tous les étés, c'est une illusion. Nous serions strictement contre cette proposition, cela n'entre ni dans le calendrier ni dans le bon sens.
Euro 2020
Bilan parfait pour la Belgique
IL Y A 2 HEURES
Euro 2020
C'était impossible, le Danemark l'a fait
IL Y A 2 HEURES