Cyril Morin : France-Allemagne 2-1

Terrible entrée en matière pour les Bleus. Mais surtout pour l'Allemagne. Pas forcément dans un cycle ultra porteur, la Mannschaft a encore de quoi faire mal à n'importe quelle sélection, la tricolore comprise. D'ailleurs, c'est surtout devant que l'Allemagne pourrait faire mal à la défense française, entre les appels en profondeur de Timo Werner ou Serge Gnabry, le jeu entre les lignes de Müller et les intuitions d'Havertz. Alors, les Bleus pourraient bien avoir à défendre plus qu'à l'accoutumée.
Ça tombe bien, c'est à cette aune que sera jugée la candidature des Français au sacre continental. Devant, pas de doutes, Neuer ou pas, le trio Griezmann - Mbappe - Benzema peut faire sauter n'importe quel verrou, et plusieurs fois. Mais on attend encore de savoir si la France connaît toujours la recette pour bloquer derrière pour mieux piquer devant. C'est tout l'enjeu de ce premier match où la qualité intrinsèque du groupe français, du onze titulaire au réservoir ahurissant, devrait finalement primer.
Euro 2020
DD préféré à ZZ sans condition: "On continue comme si rien ne s'était passé, or..."
09/07/2021 À 17:16

Julien Pereira : France - Allemagne 2-0

Absolument tout penche en faveur des Bleus. Le statut, bien sûr. La dynamique, surtout. Et la confiance, aussi : l'équipe de France arrive lancée après une préparation réussie et un onze blindé. L'Allemagne va débuter sa compétition alors que son sélectionneur, Joachim Löw, n'en a pas tout à fait fini avec ses expérimentations.
Difficile, donc, d'imaginer la bande à DD ne pas montrer les muscles d'entrée, tout en sachant qu'elle est attendue. Et supérieure. Hormis peut-être dans les buts, où il y a match, les champions du monde ont bien plus de certitudes à chaque ligne. Défensivement, la Mannschaft se cherche encore avec des joueurs peu mobiles, qui devraient beaucoup souffrir face au trio d'attaque tricolore. A l'inverse, la sélection allemande va tenter de percer une muraille bien rodée sans véritable avant-centre de métier. Techniquement, le rapport de force est donc là aussi favorable à la France.

Raphaël Brosse : France - Allemagne 2-2

Les deux dernières sélections à entrer en lice dans cet Euro pourraient bien nous offrir l'un des matches les plus haletants de cette phase de groupes. C’est en tout cas ce que l’on est en droit d’espérer, eu égard au potentiel offensif des Allemands comme des Français… mais aussi à leurs carences défensives. La charnière de la Mannschaft, on le sait, souffre d’un déficit de vitesse qui risque fort d’être pénalisant face au flèches tricolores, Kylian Mbappé en tête. Sauf que l’arrière-garde des Bleus n’a pas non plus donné des gages de totale sécurité ces derniers temps. Elle n’a pris aucun but en préparation certes, mais c’était bien la moindre des choses, contre un pays de Galles à dix pendant une heure (3-0) et une faible Bulgarie (3-0).
Raphaël Varane ne sort pas de sa meilleure saison, celle de Presnel Kimpembe a été éprouvante. Quant aux latéraux, Lucas Hernandez et Benjamin Pavard, ils ont tendance à laisser beaucoup d’espaces dans leur dos. Enfin, nul ne sait encore ce que donnera ce 4-4-2 losange, remis au goût du jour depuis le retour de Karim Benzema, face à une opposition d’un tel calibre. Pour toutes ces raisons, je suis un peu moins optimiste que certains de mes collègues et j’imagine donc une entrée en matière ponctuée d’un match nul. Ce qui ne serait en rien une catastrophe, et pourrait au contraire livrer des indications très utiles pour la suite de la compétition.

"Hummels, ce n'est pas Vicaut et on craint Mbappé" : L'Allemagne a peur des Bleus

Maxime Dupuis : France - Allemagne 1-1

A force de couvrir de louanges l'équipe de France, et de rappeler combien ses individualités sont exceptionnelles, on finit par oublier le rapport de force cher à Didier Deschamps. On finit par zapper le fait que, mardi, de l'autre côté du terrain se trouveront onze internationaux allemands et que, si la Nationalmannschaft patine sérieusement depuis trois ans, il serait bon de ne pas prendre de haut le voisin d'outre-Rhin. Celui-ci possède aussi les armes individuelles pour briller et offrir la sortie à Joachim Löw que ce dernier mérite. La France a évidemment les moyens de contrer les joueurs du futur ex-sélectionneur. Mais je serais très étonné que les joueurs de Didier Deschamps se baladent sur la pelouse de l'Allianz Arena.

Enzo Guerini : France – Allemagne 2-1

Une grosse affiche d'entrée, dans la peau de l'ultra favori face à une nation qui cherche à retrouver sa superbe : ce France - Allemagne peut très vite ressembler à un match épineux pour les Bleus. Mais sous la houlette de Didier Deschamps, les Bleus sont rodés, sûrs de leur force, emmenés par un trio offensif qui a montré de belles choses lors des deux matches de préparation face au pays de Galles et à la Bulgarie.

Alors non, à Munich, la France ne devrait pas tomber dans le piège tendu par l'Allemagne. Devant 15 000 supporters ravis de retrouver leur nation à l'Allianz Arena, la Mannschaft aura l'envie de parfaitement débuter son tournoi à domicile. Mais les forces de frappes offensives françaises devraient faire mal au crâne de Manuel Neuer. Les Bleus ont les cartes en main pour soigner leur entrée en matière. A eux de s'en donner les moyens.

Arthur Merle : Allemagne - France 1-1

Cette Allemagne-là est loin d'être la plus souveraine et impressionnante de ces dernières années. Mais elle n'en reste pas moins une sélection composée d'individualités expérimentées et de très haut niveau. La Mannschaft semble d'ailleurs être l'une des seules nations capable, sur le papier, de rivaliser avec le milieu de terrain des Bleus. En face, inutile de présenter le collectif tricolore, de loin le plus qualitatif de la compétition. Mais la charnière Varane - Kimpembe n'a pas une énorme expérience commune et Lucas Hernandez n'est pas encore celui de 2018.
En clair, j'ai un (petit) doute sur le secteur défensif, renforcé par les quelques largesses observées notamment contre la Bulgarie. Combinez cela à la vitesse des Werner et autres Sané, ainsi qu'au soutien du public allemand, et je vois les hommes de Joachim Low mettre la pression et mener rapidement. Mais les Bleus, notamment grâce au coaching de Deschamps, vont relever la tête et logiquement égaliser.

Nos favoris de l'Euro : Les grognards en renfort, un aveu de faiblesse de l'Allemagne ?

Guillaume Maillard-Pacini : France - Allemagne 1-1

Sur le papier (et pas que), les Bleus semblent au-dessus de cette dernière Nationalmannschaft signée Joachim Löw. Mais les Allemands l'ont fait comprendre : ils ont en eux un grand sentiment de revanche sur toutes les critiques dont ils font l'objet. La claque face à l'Espagne (6-0) en novembre prochain n'a pas vraiment été digérée. L'élimination en phase de poules du Mondial 2018 non plus. Un sursaut d'orgueil de Thomas Müller et ses coéquipiers est probablement à prévoir.
Tout le monde s'accorde à le dire : les Bleus sont probablement les grands favoris de cet Euro 2020. Mais attention : être beaux et forts c'est bien, être solides et victorieux c'est mieux. Ce soir, c'est un premier grand test pour les hommes de DD et leur nouveau statut aussi. Et face à eux, l'Allemagne est prête à lui tendre le piège parfait. Ou au moins lui mener la vie dure. Un match nul pourrait finalement convenir à tout le monde.

Louis Gilles : France - Allemagne 0-0

On a tous hâte à l’approche de ce choc haletant entre les deux derniers vainqueurs de la Coupe du monde. Même si le système des quatre meilleurs troisièmes qualifiés pour les huitièmes de finale offre une solution de repêchage à peu de frais, il faudra surtout ne pas perdre. Les deux blocs devraient donc ne pas jouer à se faire peur et ne pas trop se découvrir dans le jeu. Si le talent des deux onze n’est pas remis en question, la qualité des défenses et la force de l’enjeu pourraient bien faire aboutir ce match sur un nul frustrant, mais pas forcément de mauvais augure pour la suite de la compétition.

Vincent Brégevin : France-Allemagne 1-1

Les Bleus ont les armes pour percer la défense allemande. Ça ne fait aucun doute, et l'Allemagne paraît trop fragile pour y résister sur la durée. Mais l'Allemagne reste l'Allemagne. Et elle n'est jamais aussi dangereuse que quand elle est un peu sous-cotée à l'entame d'un grand tournoi. C'est un peu le cas sur cet Euro, malgré les retours de Müller et Hummels. Elle a une base collective compétitive, assez d'individualités fortes et surtout beaucoup à se faire pardonner. Cela jette l'ombre d'un doute sur une victoire des hommes de Deschamps à Munich.

Maxime Battistella : France - Allemagne 2-0

"Le football est un sport qui se joue à 11 contre 11, et à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne." L’adage sorti de la bouche de l’attaquant anglais Gary Lineker lors du Mondial 1990 a vécu. Et le traumatisme de 1982 en quelque sorte vengé (même s’il ne sera jamais vraiment oublié) par l’équipe de France de Didier Deschamps lors de la demi-finale de l’Euro 2016 (2-0). Depuis, les Bleus sont devenus champions du monde et n’ont plus perdu contre les Allemands, d’ailleurs sortis de ce Mondial russe dès le premier tour et par la petite porte. La dynamique s’est donc clairement inversée entre les deux nations et les Français, logiquement favoris, affichent leurs ambitions et leur confiance.
Peut-être trop diront certains, mais il se dégage de cette équipe une force collective et individuelle à quasiment tous les postes qui impressionne. Les Allemands, qui ont réintégré dans leurs rangs des tauliers comme Thomas Müller ou Mats Hummels, auront des choses à prouver. Antonio Rüdiger a d’ailleurs promis un match dur physiquement et "sale". Mais je pense que Deschamps, en tacticien bien averti, aura préparé ses joueurs mentalement au combat. La rencontre pourrait être verrouillée par la volonté des deux équipes de ne pas perdre pour leur entrée en lice, mais le trio offensif tricolore a les qualités techniques et de vitesse pour faire mal, ne serait-ce que par séquences à la défense allemande. Je vois donc une victoire étriquée certes, mais une victoire quand même des Bleus.

Hongrie - Portugal et France - Allemagne : nos pronos avec MPP

Gilles Campos : France – Allemagne 1-1

Les meilleurs sur le papier, c’est bien. Les meilleurs sur le terrain, c’est mieux. Et pour l’instant, cette équipe de France new look - comprenez avec Karim Benzema - n’a encore rien prouvé. Les amicaux contre le pays de Galles (3-0) et la Bulgarie (3-0) ont été facilement expédiés, mais les Bleus font aujourd’hui face à une grosse cylindrée, malgré des cadres vieillissants et sa défense perméable.

Les choses sérieuses commencent et, contrairement à beaucoup, je ne vois pas les hommes de Didier Deschamps marcher sur la compétition. Ni même sur ce match. Une mise en route difficile attend les Français, qui n’ont malgré tout pas pu rôder leur équipe-type comme ils l’auraient voulu, et la Mannschaft en profitera pour faire la différence lors du premier acte. À la pause, le sélectionneur remettra ses troupes dans le bon sens, et Mbappé égalisera au retour des vestiaires. Comme en 2018, les Bleus vont démarrer timidement pour, on l’espère, finir en beauté.

Loris Belin : France – Allemagne 2-2

Euro 2016, France – Roumanie 2-1, avec une réalisation de Dimitri Payet à la 89e minute. Coupe du monde 2018, France – Australie 2-1, grâce à un but contre son camp à dix minutes de la fin. La génération actuelle des Bleus a pris pour habitude de débuter ses grandes compétitions sur un rythme piano avec Didier Deschamps. Certes, le vécu est bien plus grand en 2021, les certitudes autrement plus ancrées. Mais les champions du monde sont encore en rodage dans l'animation avec le retour de Karim Benzema. Le talent offensif est évident, pas encore sa mise en place, pas plus que la solidité de ce milieu de terrain en losange. L'Allemagne va bousculer, et même rentrer dans la couenne de l'équipe de France. Et tout le monde repartira heureux, et avec du travail, d'un match possiblement décousu.

Martin Mosnier : France – Allemagne : 2-1

La vitesse de Kylian Mbappé face aux jambes lourdes de la défense allemande. Voilà ce qui va faire basculer le premier choc de cet Euro. Face à une arrière-garde usée, les Bleus, Paul Pogba en rampe de lancement, Mbappé en boulet de canon, vont faire des ravages. C'est un scénario connu qui a déjà condamné l'Argentine en Coupe du monde en 2018. L'Allemagne, poussée par une Allianz Arena qui va retrouver de la voix, va s'accrocher. Mais l'écart de talent est encore trop grand entre une Mannschaft en reconstruction et une équipe de France en plein bourre et sûre de son fait. Et si les Bleus connaissaient le moindre coup de pompe, les entrées probables de Kingsley Coman, Ousmane Dembélé et Olivier Giroud finiront de planter le clou.
Euro 2020
Les tirs au but, tout sauf une "loterie" : "Mbappé a imité Bolt, c’est un signe de nervosité"
08/07/2021 À 16:47
Euro 2020
Benzema : "Merci d'avoir accueilli mon retour avec autant de bienveillance"
04/07/2021 À 20:24