C’est un levier qu’ils assument. Les Danois semblent portés par une sorte de magie dans cet Euro. Tout est parti du drame qu’ils ont failli vivre lors de leur entrée en lice face à la Finlande (0-1), quand Christian Eriksen s’est écroulé sur la pelouse avant de rester inconscient plusieurs minutes. Leur leader technique ne participe plus à la compétition, mais il va mieux. Et cela compte. Le sélectionneur Kasper Hjulmand a évoqué cela, après le quart de finale remporté samedi par le Danemark face à la République tchèque (2-1).
"Les valeurs fondamentales du football ont ressurgi pendant ces minutes, juste après. Nous nous rappelons pourquoi nous jouons au football, raconte Hjulmand. Je pense encore à Christian tous les jours, nous sommes heureux qu'il ait survécu." Que la réussite de sa formation soit associée à un tel élément déclencheur ne le dérange pas. Au contraire : "Je crois que nous avons tous compris ce qu'est le foot, à la base, et si nous sommes un peu le symbole de cela, je ne peux pas être plus heureux."
Euro 2020
"Ici, on n'a pas l'habitude de ce genre d'atmosphère" : Le Danemark chavire pour son équipe
03/07/2021 À 19:46

Hjulmand embrasse Dolberg, buteur ce samedi

Crédit: Getty Images

"(Eriksen) fait toujours partie de l'équipe"

D'après le technicien de 49 ans, Eriksen est toujours là, proche de son groupe : "Il fait toujours partie de l'équipe. Cette équipe, nous ne l'avons pas bâtie en un jour. Je lui envoie mes félicitations, il est une grande part de ce résultat." Lui, et les supporters danois qui vivent un rêve éveillé après avoir tutoyé un cauchemar : "Les ailes que nous donnent les fans, cela compte, nous sommes heureux de pouvoir les payer en retour. Nous leur en sommes très reconnaissants, ce sont des supporters dingues ! Ils ont pris leur billet (pour Bakou, NDLR) en sachant qu'il risquaient d'être en quarantaine au retour au Danemark."
Simon Kjaer a lui aussi parlé de ce ressort mental unique. "Que Christian (Eriksen) aille bien, ça veut dire qu'on peut continuer à pousser, a déclaré le capitaine de la sélection danoise. Il sait qu'on joue pour lui". Et ils jouent bien. La défaite 2-1 face à la Belgique a été suivie d’une victoire 4-1 contre la Russie, d’une fessée infligée au Pays de Galles (4-0), puis, donc, d'un succès face aux Tchèques. Un supplément d’âme ne suffirait pas à présenter de tels résultats.

Le Danemark est plus que jamais proche d'une nouvelle couronne européenne, après 1992.

Crédit: Getty Images

"Aller à la bagarre, à la bataille"

Kasper Schmeichel, le portier du Danemark, a ainsi insisté sur la qualité de la rencontre livrée par les siens samedi à Bakou : "En première période, je trouve qu'on a hyper bien joué (ils menaient 2-0 à la pause, NDLR), lors de la seconde période ils marquent malheureusement tôt et mettent beaucoup de pression…" Quand l’intenable Patrick Schick a inscrit son cinquième but de la compétition et bousculé les Scandinaves, ces derniers ont relevé le défi physique.
"C'est ce qui caractérise une grande équipe : vous savez bien jouer, mais aussi vous battre, aller à la bagarre, à la bataille et c'est ce qu'on a fait", se félicite Schmeichel. "Il faut savoir gagner un match de cette façon", abonde son sélectionneur. Le gardien de Leicester s’attendait à affronter une équipe qui a "la même intensité (que le Danemark)" et espérait faire la différence grâce à ce qui permet à ses compatriotes de se revendiquer "Brésiliens du Nord" : "On savait qu'il fallait qu'on réponde à ça et en plus de ça, qu'on utilise nos qualités."
C’est chose faite. Même si le scénario n’a pas ravi Thomas Delaney (premier buteur, avant que Kasper Dolberg ne double la mise à la réception d’un superbe centre de Joakim Mæhle). Le milieu danois, désigné "star de la rencontre", a déclaré : "Le match ne s’est pas déroulé comme nous l’avions espéré, mais nous avons tenu bon." De quoi se sentir insubmersible encore quelques jours. Au moins jusqu’à la demi-finale, face à une équipe d'Angleterre qui a laminé l'Ukraine.

L'équipe du Danemark fait vibrer ses supporters, peu habitués à ce genre d'euphorie, lors de cet Euro, comme ici à Copenhague - 3 juillet 2021

Crédit: Getty Images

Premier League
Leicester : Schmeichel absent un mois
03/11/2016 À 12:47