On ne sait pas encore si "Football is coming home". A ce stade, on peut seulement affirmer qu’une part du chemin a été dessinée mais qu’il reste encore un long trajet au trophée de l’Euro pour tomber dans l’escarcelle des Three Lions. Ce dimanche, à Wembley, c’est une équipe anglaise sérieuse et parfois joueuse qui a su s’adjuger les trois points face à la Croatie (1-0). Victoire attendue, certes, mais jamais garantie. Mais l’histoire est ailleurs.
L’histoire, c’est celle de ce gamin, ballon sous le bras, numéro 10 dans le dos, qui regarde Wembley avec envie et ambition. L’histoire, c’est celle d’un enfant qui rêve de devenir héros national. Cette histoire, c’est celle que Raheem Sterling a décidé de se tatouer sur le bras gauche. "C’est un tatouage de Wembley, avait-il expliqué à ITV Sport en 2018. Quand j’étais jeune, je marchais souvent autour de Wembley ou je me baladais à vélo. J'espère qu’un jour, je pourrais porter ce numéro 10 dans ce stade, être chez moi, et peut-être devenir le Roi de Wembley pour un jour".
Euro 2020
"Je voulais en prendre un" : Critiqué, Grealish assure qu'il voulait frapper un tir au but
12/07/2021 À 11:12
Dans le mille. Ce dimanche, c’est lui qui a su profiter de l’immense travail de l’étonnant Kalvin Philipps pour ouvrir le score et mettre les siens dans le bon sens. Un soulagement et une célébration tout en rage évacuée pour celui dont la cote n’a cessé de baisser depuis quelques mois. Emprunté à Manchester City, maladroit et finalement remplaçant, la fusée anglaise a vécu une saison pénible, bien éloignée de ses standards des années passées où son sens du but et ses fulgurances l’avaient rendu incontournable un peu partout.

Titulaire surprise, ou presque

Ce dimanche, ce fut presque une surprise de le voir débuter tandis que Jadon Sancho avait pris place en tribunes et que Marcus Rashford squattait le banc de touche. Mais Gareth Southgate avait misé sur le bon cheval. "J'ai toujours dit que si je jouais à Wembley dans une grande compétition, je marquerais, a expliqué le héros après coup. Je devais marquer dans mon jardin et je suis ravi de l'avoir fait. Il y a beaucoup de raisons différentes qui expliquent pourquoi je n'ai pas marqué pour mon club mais tout cela ne compte plus, maintenant. Je suis ici avec l'Angleterre, je prends du plaisir dans mon football et je suis juste ravi d'avoir marqué".
Relance piquante : a-t-il trouvé sa titularisation justifiée ? C’est après un petit temps de pause que Sterling a répondu, sans langue de bois : "J'essaie, a-t-il souri. C'est super de démarrer avec une victoire et on espère s'appuyer dessus. Cela a été une longue saison pour moi, j'étais impatient d'être ici et de commencer à jouer avec l'Angleterre parce que je savais que ce serait une expérience positive".
Plus tard, au micro de la BBC, il a expliqué son approche à l’orée de cet Euro. "Je pense qu’une des choses principales à savoir faire en football, c’est de savoir s’isoler et ne pas écouter le bruit autour de vous, a-t-il avancé. Donc je suis resté concentré pour arriver dans ce tournoi avec l’esprit léger. Je sais ce que je peux apporter à l’équipe, c’est aussi simple que ça".

Raheem Sterling (Angleterre), buteur face à la Croatie

Crédit: Getty Images

Compteur ouvert en grande compétition

Difficile de lui donner tort sur ce dernier point. Harry Kane étrangement transparent, ce fut Phil Foden et lui qui furent les détonateurs du jeu anglais. Sa prise de profondeur, notamment, a longtemps fait vivre un calvaire à la défense croate. Et son sens du but, malgré une légère hésitation avant de frapper, a fini par faire le reste.
Après coup, Gareth Southgate savourait son choix gagnant. "Je suis tellement content pour Raheem, content qu’il ait pu éviter le mauvais sort de ne pas réussir à marquer dans un grand tournoi avec l’Angleterre, a-t-il expliqué en référence à son bilan vierge dans les grandes compétitions avant ce dimanche (0 but lors du Mondial 2014, de l’Euro 2016 puis du Mondial 2018). Il a été dangereux pendant tout le match. Son passé statistique montre qu’on doit avoir confiance en lui et je crois qu’il était motivé à l’idée de le prouver". Surtout ici, surtout maintenant, surtout avec ce maillot.
Euro 2020
"Historique", "Grazie", "Malédiction" : La presse italienne savoure, les médias anglais en enfer
12/07/2021 À 06:59
Euro 2020
Southgate, fier malgré tout : "Mieux que n'importe quelle équipe d'Angleterre depuis plus de 50 ans"
12/07/2021 À 00:30