C'est un sentiment partagé ! L'Espagne a pris la porte dans cet Euro, éliminée par l'Italie mardi (1-1, 4-2 t.a.b) en demi-finale de l'Euro. Mais la Roja n'a pas manqué sa compétition, loin de là. Elle semble même avoir pris rendez-vous. "C'est un coup dur. On méritait un peu mieux. Mais on a prouvé que cette sélection était prête pour le Mondial", a reconnu Jordi Alba sur Marca. "Cette équipe reviendra. Il reste un an et demi avant le Mondial, mais on est sur le bon chemin. Avec beaucoup de jeunes joueurs, ça leur a servi pour engranger de la confiance", savoure de son côté Sergio Busquets. Et dans le lot de ces jeunes si prometteurs se trouve un certain Pedri
Le jeune milieu de terrain du FC Barcelone a été époustouflant dans cet Euro. Alors qu'il a pourtant découvert la sélection seulement en mars dernier du haut de ses 18 ans, il a pris une place monstre au cœur de cette Roja, jouant toutes les minutes des six matches de ce championnat d'Europe. Enfin toutes sauf une car Luis Enrique l'a fait sortir à la 119e minute contre la Suisse en quart de finale. Mais sinon, le sélectionneur espagnol n'a jamais voulu se passer de son activité dans l'entrejeu.

"Si l'Espagne trouve son avant-centre, elle peut marcher sur le Qatar"

Qualif. Coupe du monde
L'Italie met une claque
08/09/2021 À 20:37
C'est hors de toute logique
Par sa technique, sa science du jeu et son abattage, l'ancien de Las Palmas a démontré qu'il était le présent et le futur de l'Espagne. Et sa demi-finale face à l'Italie n'a fait que confirmer cette impression. Sa prestation a été un régal de bout en bout. De quoi être sous le charme. Et faire l'unanimité. "Quelqu'un a-t-il remarqué l'Euro fait par un garçon de 18 ans nommé Pedri ?", n'a pas manqué de souligner Luis Enrique après la défaite. "Don Andrés Iniesta ne l'a pas fait. Ce qu'a fait Pedri sur cet Euro, à 18 ans, on ne l'a pas vu de la part de quelconque joueur lors d'un Euro, d'un Mondial ou de JO. C'est hors de toute logique. Je suis ravi que beaucoup d'autres montent dans le train Pedri".
Le pire ? C'est que Luis Enrique ne s'emballe pas. Déjà indispensable à cette Roja, Pedri a clairement pris date. Comme il l'a déjà régulièrement démontré au Barça cette saison, il bonifie le collectif de son équipe avec sa science de la passe, sa créativité et une compréhension du jeu hors norme. C'est un joueur à part. Cet Euro n'a fait que le confirmer. Et c'est une excellente nouvelle pour la Roja, qui peut voir la suite avec envie. Consciente qu'elle va pouvoir avancer dans le sillage d'un joueur d'une autre dimension. Encore une fois…
Qualif. Coupe du monde
SOS buteurs et retour sur terre: L'Italie, confiance de champion mais spectre du Mondial
07/09/2021 À 22:00
Qualif. Coupe du monde
Pas de but mais un 36e match sans défaite : l'Italie en mode record
05/09/2021 À 20:40