La vue est dégagée. Les Bleus et Didier Deschamps ont, pour le moment, chassé les quelques contrariétés avec efficacité. Voilà qui ne garantit pas un Euro réussi, le sélectionneur le sait mieux que quiconque, et une défaite à Munich enverrait valser toutes les belles certitudes. C'est le jeu. Mais la France ne pouvait pas mieux aborder l'Euro, la préparation est, sur ce point, une réussite. Seule petite ombre au tableau, la blessure de Karim Benzema. Mais ni Didier Deschamps, ni l'ancien médecin des Bleus que nous avons contacté, ne semblent vraiment préoccuper par ce contretemps. Si les examens ne révèlent pas de nouvelles complications, le Madrilène tiendra sa place à Munich. Voilà pour le doute et, ce mercredi, il est assez mince.
Pour le reste, les Bleus se sont aménagés un boulevard en ce début du mois de juin. Il fallait pourtant répondre à des interrogations nées d'un mois de mars franchement décevant et, surtout, du retour de Karim Benzema. Comment allait-il s'intégrer sur le terrain ? Allait-il mettre en péril l'équilibre des champions du monde ? Comment fallait-il gérer ses retrouvailles avec Olivier Giroud ? Avec une bonne dose de communication bienveillante, un schéma tactique sur-mesure et une association de talents fluide et naturelle avec Antoine Griezmann et Kylian Mbappé, le potentiel problème Benzema est devenu la solution aux problèmes des Bleus.
Tokyo 2020 (F)
Une tuile de plus pour les Bleus : Gélin blessé et forfait pour les JO
09/07/2021 À 17:27

Communication aux petits oignons

La communication aux petits oignons servie par les joueurs, le sélectionneur et Benzema a très vite déminé le terrain avec un message clair : Benzema est là, tout le monde est content, même Olivier Giroud ("c'est une arme supplémentaire", "je ne revendique rien", "je suis en paix") qui a siégé à sa table et vous n'en saurez pas plus. Pas question de déterrer les vieux dossiers, Benzema, pressé par l'assistance, lâchera simplement un "merci Didier". Quant aux excuses, aux remords, aux explications, il faudra attendre.

Karim Benzema à Clairefontaine ce dimanche 30 mai

Crédit: Getty Images

Le terrain a rapidement pris le dessus et comme tout s'est bien passé, les débats se sont éteints les uns après les autres. Même le doublé d'Olivier Giroud face à la Bulgarie n'a rien chamboulé. Benzema vient tout juste de revenir mais c'est comme s'il faisait déjà partie des meubles. S'il est sur pied, Benzema débutera l'Euro dans la peau du titulaire. La complémentarité affichée avec Kylian Mbappé et Antoine Griezmann est devenue l'arme principale des Bleus dans leur quête estivale. La liberté accordée à ces trois-là leur permet une complémentarité totale. Et si la faiblesse de la Bulgarie et les circonstances de jeu face au Pays de Galles empêchent de tirer des conclusions définitives, il est bien difficile à l'issue de cette préparation de ne pas se pavaner devant les immenses promesses couvées par le trio.

Le miracle Tolisso

Dès lors, la forme de Giroud rappelle simplement qu'il est un recours efficace. Tout le monde en est convaincu sauf lui. Et sa sortie mardi rappelle qu'il ne se satisfait pas de son déclassement. Une petite alerte dans le plan bien ficelé de Deschamps qu'il va falloir contenir. Mais Giroud est bien élevé et ne devrait pas faire beaucoup plus de vagues. Il ne sera qu'une arme de plus au sein d'un secteur offensif qui a brillé par son efficacité, sa profondeur et la variété de ses profils. A l'image des entrées réjouissantes d'Ousmane Dembélé, Thomas Lemar et Wissam Ben Yedder face à la Bulgarie.
Au milieu, c'est tout aussi parfait. Corentin Tolisso offre même une solution que personne n'attendait. Il fallait beaucoup d'imagination pour croire que celui qui marchait en béquilles cet hiver postulerait à une place de titulaire le 15 juin. Et pourtant, "Coco" a refait le coup de 2018 et apporte une densité nouvelle à un milieu beaucoup plus exposé dans ce 4-4-2 losange. Le Kanté nouveau, celui qui met les voiles avec le ballon, a besoin d'un joueur de l'ombre, plus Tolisso que Rabiot donc. Et voilà que le Munichois est en pleine bourre… Alléluia. Et comme les cadres (Griezmann, Pogba et Varane en tête) sont irréprochables, comme Mbappé a retrouvé les filets et la joie de vivre en sélection, toutes les planètes sont alignées. Hormis l'alerte Benzema, tout se passe comme prévu. Vivement mardi.

Des béquilles à une place potentielle de titulaire à l'Euro : Tolisso, l'autre comeback de l'année

Equipe de France
"La question a été réglée en trois minutes" : Le Graët maintient Deschamps
08/07/2021 À 13:55
Tokyo 2020 (F)
Nouveau délai pour Ripoll : La liste définitive devra être communiquée vendredi au plus tard
30/06/2021 À 13:07