Elle n'était pas attendue là, si forte, si observée. Parce qu'elle avait fait un trait sur l'équipe nationale et parce que son quotidien ressemblait à celui d'une cabossée dont l'avenir au plus haut niveau n'était plus garanti. Mais Ada Hegerberg est bien présente en Angleterre. Mieux, elle en sera l'une des stars emblématiques, si ce n'est la seule tête qui dépasse après le forfait malheureux de dernière minute d'Alexia Putellas.
Tout savoir sur l'Euro 2022 | Le calendrier des Bleues | Le programme TV complet
Pour en arriver là, Hegerberg aura cravaché. Et c'est avec de multiples casquettes qu'elle débarque à Southampton où la Norvège entame sa quête ce jeudi, face à l'Irlande du Nord (21h00).
Euro 2022
La Norvège et Hegerberg prennent déjà la porte, l'Angleterre gifle l'Irlande du Nord
15/07/2022 À 21:03

La revenante

C'est évidemment le premier "exploit" à mettre en avant. Qu'Ada Hegerberg ait réussi à revenir au plus haut niveau international est une petite prouesse. Le 28 janvier 2020, elle est victime d'une rupture des ligaments croisés au genou droit. Fidèle à sa réputation de bosseuse et voulant participer au Final 8 de Ligue des champions, elle progresse à vitesse grand V.
Mais à l'été 2020, elle ressent de grosses douleurs dans son autre jambe. Verdict : fracture de fatigue au tibia droit. Résultat : elle manquera 20 mois de compétition. C'est parti pour une traversée du désert terrible. "Je ne pourrais même plus dire tout ce qu’elle a eu, nous a avoué Camille Abily, qui l'a accompagnée au quotidien à l'OL. Mais elle n'a pas lâché. Ça n’a pas été facile parce que, quand on revient, on pense qu’on peut refaire tout ce qu’on faisait avant. Mais il faut du temps, il faut accepter, et c’est plus difficile d’accepter le fait de ne pas avoir le même niveau qu’avant la blessure. Lors des premiers entraînements, on peut l’accepter, mais quand on se retrouve dans l’échec… À un moment, il faut accepter de travailler et travailler, et c’est ce qu’a fait Ada".
"Mon agent est souvent venu à Lyon m'épauler car mon mari, footballeur pro, est souvent absent, racontait-elle à L'Equipe en mai dernier. On jouait au Monopoly et je l'affrontais avec une telle rage, le pauvre, cela faisait si longtemps que je n'avais pas été en compétition ! Il a souffert". Mais le Monopoly avait assez duré : C'est à Göteborg, en Suède, qu'elle fait son grand retour à l'automne 2021 avec l'OL. Son retour sera aussi tonitruant que surprenant.

Ada Hegerberg

Crédit: Getty Images

La Ballon d'Or en puissance

A sa blessure, il y avait l'OL et les autres. A son retour, les Fenottes avaient perdu leurs couronnes nationale et européenne. Alors, Hegerberg a troqué son costume de grande blessée pour celui de sauveuse ultime. D'octobre 2021 à juillet 2022, elle redevient une machine à buts ahurissante. Avec l'OL, elle marque 17 fois en 28 matches et permet surtout à la troupe de Sonia Bompastor de reprendre le pouvoir.
C'est en Ligue des champions, compétition dont elle est toujours la meilleure buteuse historique (55 pions en… 53 matches), qu'elle brille le plus. Elle lance l'OL lors du quart retour face à la Juve (3-1), marque également lors de la demi-finale retour face au PSG avant de frapper en finale pour mettre le Barça de Putellas la tête sous l'eau (3-1). Avec six buts en 10 matches, elle s'invite à nouveau dans l'équipe-type de la saison en C1 mais laisse le statut de meilleure joueuse à une Putellas au-dessus de la mêlée.
Reste qu'à la vue du doublé lyonnais et de ses ambitions avec la Norvège, celle qui fut la première à soulever le Ballon d'Or, en 2018, ressemble à la candidate idéale pour soulever à nouveau le prestigieux trophée. Surtout en l'absence de la star espagnole. A moins qu'une de ses coéquipières de l'OL, comme Wendie Renard, ne finisse par décrocher la timbale…

Le symbole national

C'est sans doute l'un des choix les plus courageux des dernières années. Pourtant viscéralement attachée à son pays et à sa sélection, Ada Hegerberg avait fait un choix fort au sortir de l'Euro 2017 : abandonner la sélection norvégienne. "Ca a créé une vraie onde de choc dans le sport norvégien", nous explique Helene Fineide, reporter pour Discovery Norway. En cause : un vrai mécontentement quant au fonctionnement de la fédération, et le système de primes inégalitaire entre les hommes et les femmes.
Logiquement, c'est donc de l'extérieur qu'elle a vécu le parcours des siennes lors du Mondial 2019 (quart de finale). Mais le temps a fait son œuvre et le travail en coulisse de Lise Klaveness, devenue présidente de la fédération, a fini par la convaincre de faire son grand retour, presque cinq ans après son départ.
"Cela m'a beaucoup manqué de ne pas jouer pour mon pays, en sélection, avouera-t-elle à OL Play quelques heures après l'officialisation de son grand retour. Je suis très heureuse de revenir. C'est une bonne possibilité de continuer à développer l'égalité hommes-femmes en Norvège pour le football et les futures générations. Mais il reste encore beaucoup de travail à faire".
Face au Kosovo, elle a vite repris ses habitudes : un triplé pour signer son grand retour (5-1). "C'est juste un avant-goût", expliquera-t-elle, bravache. L'engouement depuis en Norvège n'a pas d'équivalent. Face à la Nouvelle-Zélande, l'affluence a failli effacer le record historique qui remonte à… 2000. "Il serait temps qu'on prenne ce record", avait-elle espéré avant le coup d'envoi. Une marque qui devrait rapidement tomber. L'Hegerberg effect.

Ada Hegerberg

Crédit: Getty Images

La militante pour l'égalité

"C'est évident qu'Ada est devenue une des grandes figures du football féminin et une voix qui porte dans ce sport, estime la journaliste danoise. Le fait qu'elle prenne position, qu'elle aille au bout de sa démarche avec l'équipe nationale en estimant qu'elle n'avait pas le respect qu'elle méritait a vraiment fait réfléchir de nombreuses personnes ici pour reconsidérer le football féminin". Mais Hegerberg ne s'est pas arrêtée là.
Parce que sa voix porte plus, elle a décidé d'embrasser depuis quelques semaines un rôle de porte-voix du football féminin. Et des valeurs qu'elle défend. Sur Twitter, elle s'en est pris à tout le monde. A Gianni Infantino après son discours liant Coupe du monde tous les deux ans et destin des réfugiés venus d'Afrique. A Noël Le Graët en lui reprochant de ne pas avoir su surfer sur la Coupe du Monde 2019 organisée en France. Avant de soutenir sa présidente, qui a eu le courage de critiquer l'attribution du Mondial au Qatar lors du congrès de la FIFA.
"Les gens qui suivent le sport apprécient que les personnes qui peuvent prendre position le fassent, assumait-elle auprès de L'Equipe. Il faut arrêter de dire que la politique n'a pas sa place dans le sport. Le sport, c'est politique. Il reflète la société. Dès qu'on a un peu de pouvoir, autant l'utiliser pour le mieux. Je suis née dans une famille extrêmement engagée pour la démocratie, l'égalité, l'environnement. Mon job, c'est certes de jouer au ballon sur un terrain et pas de porter une parole, mais ce sont des choses sur lesquelles je ne peux pas me taire".

Ada Hegerberg qui soulève son Ballon d'Or en 2018

Crédit: Getty Images

La star internationale

C'est justement ce franc-parler et cette implication sociétale qui a convaincu Nike de miser sur elle. En juin 2020, c'est via un deal encore inédit dans le football féminin que la marque à la virgule avait arraché la star norvégienne à Puma. Montant du contrat ? Inconnu mais Forbes l'avait évalué à six chiffres par an…
Dans un communiqué diffusé par son agence, il était spécifié qu'elle partagerait "les premiers rôles aux côtés d’athlètes tels que Lebron James, Cristiano Ronaldo, Naomi Osaka, Serena Williams, ou encore Kylian Mbappé, comme ambassadrice globale". Rien que cela. Si les Américaines, notamment Alex Morgan ou Megan Rapinoe, ont déjà connu de telles expositions, en Europe, Hegerberg est une pionnière.
Mais Nike n'est pas la seule marque à en faire une égérie mondiale : Hublot en a fait une ambassadrice de choc, tout comme Mastercard. Elle est également devenue l'ambassadrice de la Danone Nations Cup, sous la patronage du grand parrain d'honneur, Zinédine Zidane. Quand on vous dit qu'elle est à part…
Avec Vincent ROUSSEL
Euro 2022
Incroyable : L'Angleterre lamine la Norvège 8-0 et file en quarts !
11/07/2022 À 20:52
Euro 2022
Williamson et le penalty retiré… cinq jours après
10/07/2022 À 22:21