Comment s'est construite leur victoire ?

Pour comprendre, avant toute chose, ce qui a fait le succès de cette équipe de France U19, il faut revenir aux propos que nous avait tenus Ludovic Batelli, son sélectionneur, à la veille de la compétition.
C’est une génération qui a du talent. L’ambition de la victoire finale doit être dans toutes les têtes. C’est notre moteur.
Euro U19
Brillants jusqu'au bout, les Bleuets sont allés au bout de leur rêve
24/07/2016 À 20:21
Le talent, d’abord : celui, exceptionnel, d’Amine Harit, de Kylian Mbappé, de Jean-Kevin Augustin, de Ludovic Blas… La génération 1997 est formidablement dense sur le plan des qualités offensives et cela a fait sa force à l’Euro, puisqu’elle a inscrit 15 buts en cinq rencontres.
Au rang des artisans de la victoire, il faut également citer en bonne place Ludovic Batelli, le sélectionneur. “C’est lui qui me donne de la gniaque sur le terrain”, nous confiait Amine Harit avant la demi-finale. Le technicien s’est révélé au cours de la compétition : son amour de la gagne, son sens tactique, sa relation privilégiée avec les joueurs ont été constamment loués par chacun d’entre eux.

Quatre buts, l'exploit d'Augustin, le show Mbappe : le sacre des Bleuets, c'est celui du talent

Quels Bleuets va-t-on revoir au plus haut niveau ?

On se souvient des deux victoires précédentes de la France à l’Euro U19 : 2005 avec la génération Gourcuff-Diaby, 2010 avec celle incarnée par Griezmann et Lacazette. Comment nommera-t-on la génération 1997 dans quelques années ? Autrement dit : qui a-t-on des chances de voir éclore au très haut niveau, dans les plus grands clubs français et européens, mais aussi en équipe de France A, peut-être dès la Coupe du monde 2018 ?
Le talent de Kylian Mbappé a évidemment sauté aux yeux de tout le monde. Quand on pense au potentiel offensif de l’équipe de France A (Coman, Martial…) mais aussi à un autre membre de la génération 1997 qui était absent à l’Euro, Ousmane Dembélé, cela peut laisser présager de beaux jours pour l’attaque des Bleus. Derrière, Issa Diop a tout pour devenir un international A en puissance.
Absents des radars de la Ligue 1 la saison dernière, le Nantais Amine Harit, le Lyonnais Lucas Tousart ou le Rennais Denis Poha ont probablement gagné quelques points aux yeux de leur entraîneur en club. Ils ont réussi un Euro plein au milieu de terrain. Tout comme Jean-Kévin Augustin, meilleur buteur de la compétition et que les clubs de L1 devraient tenter d'arracher en prêt au PSG dans les jours à venir. Le passé a toutefois prouvé une chose : parmi ces jeunes champions d’Europe très prometteurs, certains se casseront les dents à l'échelon supérieur et échoueront à atteindre le très haut niveau.

Jean-Kévin Augustin après son festival contre l'Italie en finale de l'Euro U19, dimanche 24 juillet 2016

Crédit: Panoramic

Cette victoire, le signe d’une formation française de référence ?

Il y a cette victoire, qui intervient deux semaines après la finale perdue des "grands" à l’Euro. Il y a, aussi, le titre au Mondial U20 en 2013 des coéquipiers de Paul Pogba ; celui, à l’Euro U17 en 2015, de la génération 1998. Cela fait plusieurs lignes inscrites, tout récemment, au palmarès du football français.
Cette dynamique est un succès pour la fédération, qui y voit les fruits du virage opéré sur le plan technique il y a plusieurs années : l’encouragement à un football plus offensif et collectif, le recours plus fréquent à des joueurs de petits gabarits doués techniquement… Mais ces succès ne doivent pas servir d’illusion et faire oublier les échecs, comme celui - cuisant - des U17 en mai, éliminés au premier tour de l’Euro sans aucune victoire. L’échec répété des Espoirs à se qualifier pour toute compétition internationale doit également inciter à l’humilité.
Il faudra encore un peu de temps et de résultats pour se gargariser des progrès de la formation française. Mais ce titre de champion d’Europe doit être apprécié pour ce qu’il est, comme la formidable performance d’une génération enthousiaste et enthousiasmante, pleine d’allant et de talent, flamboyante offensivement et excellemment bien préparée. Ça ne sèchera évidemment pas les larmes du 10 juillet, mais c’est un gage de très grand espoir pour le football français.

Kylian Mbappe célèbre son but avec Amine Harit (n°14) et Jean-Kevin Augustin (n°7) lors de France - Pays-Bas, le 18 juillet 2016

Crédit: Panoramic

Euro U19
Mbappé, ce surdoué du football sur lequel la France va compter
24/07/2016 À 07:00
Euro U19
Révélation de l’Euro, Harit a pris les clés du jeu des Bleuets
21/07/2016 À 05:19